Québec doit renflouer la caisse de retraite de Cliffs Natural Resources, dit PKP

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau,... (fournie par le cabinet de Lorraine Richard)

Agrandir

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a tenu un point de presse mercredi midi, en compagnie de la députée de Duplessis, Lorraine Richard, des représentants du syndicat des Métallos et des retraités de Cliffs Natural Resources.

fournie par le cabinet de Lorraine Richard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) En devenant propriétaire des actifs de Cliffs Natural Resources à Sept-Îles, Québec a le devoir de renflouer le bas de laine des quelque 700 participants au régime de retraite de la minière, clame le Parti québécois (PQ).

L'État a profité de la liquidation légale du géant américain pour mettre la main sur les biens stratégiques de la Pointe-Noire pour 66,75 millions $, mais bien peu pour ceux et celles «qui ont travaillé une grande partie de leur vie» et qui se retrouvent aujourd'hui avec une caisse de retraite déficitaire, a soulevé le chef Pierre Karl Péladeau. 

Depuis le 1er mars, les retraités de Cliffs Natural Resources au Québec et au Labrador ont vu leurs prestations amputées de 21 %, mais la situation pourrait s'aggraver lorsque l'ampleur du déficit de la caisse de retraite sera connue, au terme du processus légal. Pour l'heure, le syndicat des Métallos évalue le manque à gagner à 30 millions $. 

«Victimes du Plan Nord»

«Le gouvernement a un certain nombre d'obligations à pourvoir», a affirmé M. Péladeau lors d'un point de presse, mercredi. Le PQ propose que 30 % des revenus nets que générera éventuellement l'activité minière sur les terres publiques soient remboursés dans le fonds de pension de ces «victimes du Plan Nord». 

C'est que Québec entend créer une société en commandite, appelée la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire, dans laquelle il est prévu que des joueurs miniers, qui lorgnent des projets d'exploitation dans le nord du Québec et au Labrador, deviennent partenaires pour utiliser les installations. La Société du Plan Nord en assumera la gestion. 

«C'est un juste retour pour ces gens-là, qui ont été des bâtisseurs de la Côte-Nord, où l'industrie minière est omniprésente», a indiqué la députée de Duplessis, Lorraine Richard. «Nos retraités méritent d'avoir l'esprit tranquille», a-t-elle poursuivi, rappelant le contexte économique régional morose depuis la débâcle du marché du fer. 

Difficile pour l'heure de chiffrer quelle pourrait être la contribution de l'État sans connaître «l'image finale» du déficit de la caisse de retraite, a expliqué en entrevue le coordonnateur des Métallos sur la Côte-Nord, Nicolas Lapierre. La proposition du PQ ne vise par ailleurs que les retraités québécois participant au régime. 

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, aussi responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, a dit avoir «bien entendu le message» et être «très sensible à la situation» que vivent les anciens travailleurs de Cliffs. Le ministre Arcand assure qu'il aura «rapidement» l'occasion d'en discuter avec son collègue des Finances, Carlos Leitão «dans le but d'étudier les possibilités qui s'offrent à (nous)».

Des retraités, des «conjointes survivantes» et les 165 travailleurs mis à pied à Pointe-Noire avant la retraite font partie des quelque 700 participants québécois au régime de retraite de la minière Cliffs Natural Resources.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer