Éolien: 100 emplois perdus et 200 menacés en Gaspésie

Fabrication Delta de New Richmond, qui fabrique des... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Fabrication Delta de New Richmond, qui fabrique des tours d'éolienne en acier, a remercié 60 travailleurs la semaine dernière.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) La Gaspésie et la Matanie perdent 100 emplois dans des usines de composants d'éoliennes et 200 autres sont en péril. L'industrie et les élus pressent Québec d'agir pour maintenir les emplois, alors que le gouvernement tarde à dévoiler sa stratégie énergétique 2016-2025, attendue depuis décembre.

La semaine dernière, Fabrication Delta de New Richmond a mis à pied 60 travailleurs faute de nouveaux contrats. L'entreprise fabrique des tours d'éoliennes en acier pour le marché de l'Amérique du Nord.

À l'usine Enercon de Matane, un fabricant de tours de béton, 45 des 63 employés seront mis à pied entre la mi-mai et la mi-juillet.

L'inquiétude est présente aussi chez LM Wind Power, fabricant de pales de Gaspé qui emploie 200 personnes. Au-delà de septembre 2016, son carnet de commandes est vide. «Pour nous, ce n'est pas habituel. Dans les dernières années, on a toujours eu une bonne idée de la politique énergétique. [Celle à venir] est repoussée de mois en mois», indique le directeur de l'usine, Alexandre Boulay, aussi président du Créneau d'excellence en éolien.

«Un marché domestique, c'est la base qui justifie la présence d'une usine dans une région. Après, on peut regarder vers l'exportation», ajoute M. Boulay. L'industrie a besoin d'une commande de 300 à 350 mégawatts (MW) par an au Québec.

L'industrie a «un noyau, une grappe industrielle à conserver», dit M. Boulay. «On ne peut pas continuellement fermer et ouvrir des usines. [...]. On est déjà dans une situation irréversible. Probablement que des gens mis à pied se sont déjà trouvé des emplois ailleurs. Ça prend des années à les former.»

«Chaque jour qui passe agrandit la saignée», dit le maire de Matane, Jérôme Landry, dans un communiqué rédigé avec les maires de Gaspé et de New Richmond. Les carnets de commandes de Marmen, fabricant de tours de Matane, seront aussi vides à l'automne 2017, souligne M. Landry. «On a besoin d'une orientation gouvernementale rapide et forte.»

«La date du dévoilement de la politique énergétique sera connue au moment opportun», a réagi Véronique Normandin, porte-parole du ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand. Le ministre «a agi», dit-elle, en rencontrant les développeurs et les turbiniers éoliens en juillet 2014.

«Le marché du Nord-Est américain représente un potentiel de développement très important [...]. Notre réseau de délégations à Boston et New York s'affaire à développer des liens d'affaires», ajoute la porte-parole.

Les résultats du dernier appel d'offres pour de l'énergie éolienne ont été annoncés en décembre 2014. Plus de 80 % de ces 450 MW ont été accordés à des promoteurs associés à Siemens et Vestas, deux turbiniers qui n'ont pas de chaîne d'approvisionnement au Québec.

L'industrie éolienne est responsable de 5000 emplois au Québec, dont 1200 en Gaspésie et en Matanie.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer