Déversement de Cap-aux-Meules: le maire réclame l'amende payée par Hydro

Quelque 100 000 litres de diesel ont fui... (Photo Diane Hébert, tirée de Facebook)

Agrandir

Quelque 100 000 litres de diesel ont fui de l'oléoduc d'Hydro-Québec au port de Cap-aux-Meules, aux Îles-de-la-Madeleine, en septembre 2014.

Photo Diane Hébert, tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Îles-de-la-Madeleine) La municipalité des Îles-de-la-Madeleine réclame les 410 000 $ qu'Hydro-Québec est condamnée à payer comme amende pour le déversement de diesel au port de Cap-aux-Meules. Pour la Ville, ce serait une compensation pour tous les inconvénients subis depuis l'incident survenu le 11 septembre 2014.

La loi oblige la société d'État à verser l'argent au Fonds vert. Le maire des Îles demande au gouvernement de verser un montant équivalent à sa communauté en guise de compensation pour tous les dommages et les inconvénients engendrés par le malheureux événement. 

«L'industrie des croisières a été chamboulée depuis 18 mois, déplore Jonathan Lapierre. Elle va être chamboulée encore pour les deux prochaines années. On n'est pas sur un quai pour pêcher le maquereau une fois de temps en temps! On est dans la porte d'entrée des Îles-de-la-Madeleine, où il y a des pêcheurs, les deux bateaux de la CTMA qui nous relient à l'Île-du-Prince-Édouard et à Montréal, il y a des milliers et des milliers de passagers, on a des pétroliers qui viennent approvisionner Hydro-Québec, il y a le traversier qui relie l'Île d'Entrée, en plus de tous les utilisateurs de la marina.» 

Selon l'élu, il est anormal que sa population n'ait reçu aucune compensation. «Quand les touristes débarquent aux Îles sur un quai qui est troué partout, que l'asphalte est levé, qu'il y a des excavations et que ça sent encore le diesel, ça amène un certain contrecoup et des dommages collatéraux», estime le président de l'agglomération des Îles-de-la-Madeleine. 

Pour la communauté

M. Lapierre croit que les 410 000 $ pourraient servir à l'élaboration d'un projet environnemental pour sa communauté. Par exemple, il pourrait s'agir de créer ou d'améliorer un espace vert. Cet argent pourrait aussi être investi dans certains autres projets, tels que dans l'élaboration de la stratégie énergétique, de la première politique environnementale ou de la charte des paysages des Îles. «Des projets, il y en a des tonnes, indique le maire. Le problème, c'est qu'il y a 400 000 $ qui nous filent sous les mains et qui vont au Fonds vert, alors que c'est nous qui vivons, au quotidien, les contrecoups de ça.»

Jusqu'à présent, Hydro-Québec a récupéré 65 000 litres d'hydrocarbures sur les 100 000 litres déversés. «C'est très long, se désole Jonathan Lapierre. Ça fait 18 mois que ça dure. Au total, quand Hydro-Québec aura fini ses opérations de décontamination, toute cette histoire-là aura duré presque quatre ans! On a hâte que ça se termine!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer