La fermeture de la mine de Havre-Saint-Pierre s'étire

La mine de Havre-Saint-Pierre, fermée depuis la mi-octobre,... (Photo fournie par Rio Tinto Fer et Titane)

Agrandir

La mine de Havre-Saint-Pierre, fermée depuis la mi-octobre, le restera pour deux semaines de plus que prévu, soit jusqu'au 10 avril.

Photo fournie par Rio Tinto Fer et Titane

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Havre-Saint-Pierre) Les temps durs se prolongeront encore un peu aux installations de Rio Tinto Fer et Titane de Havre-Saint-Pierre. L'entreprise a annoncé que la fermeture de la mine sera plus longue que prévu, le marché du dioxyde de titane demeurant faible.

Rio Tinto Fer et Titane (RTFT) prolongera ainsi de deux semaines la fermeture temporaire des installations minières, qui sont déjà stoppées depuis la mi-octobre. La reprise des opérations est donc maintenant prévue pour le 10 avril. Quant à l'arrêt opérationnel prévu pour l'été, il passe de six à huit semaines.

«C'est très préoccupant comme annonce», a été la première réaction du maire de Havre-Saint-Pierre, Berchmans Boudreau. «On comprend bien que tout ça est en fonction du contexte mondial, mais on a quand même hâte d'entendre un autre type d'annonces.» Le maire a indiqué que l'entreprise lui a toutefois assuré que le nombre de semaines d'opération à la mine demeurerait à 24 pour l'année, puisque les activités cesseront plus tard que prévu à l'automne.

On se rappellera que la fermeture de l'automne dernier avait fait mal à la localité de 3500 personnes, avec la mise à pied d'une centaine de travailleurs et le chômage pour plusieurs mois pour 200 autres. Seulement une quarantaine d'employés sont demeurés en poste, pour assurer les services essentiels aux installations.

Cette prolongation de fermeture annoncée cette semaine a également des effets sur les investissements. En effet, la multinationale a revu à la baisse les travaux d'entretien prévus au concasseur. Ces travaux devaient s'étendre sur huit semaines, à compter du 14 mars. Ils dureront deux fois moins longtemps, soit quatre semaines. Finalement, des employés cadres «seront mis à pied pour une période temporaire au cours de l'année», affirme RTFT dans un communiqué.

«Pour assurer la survie à long terme de l'entreprise, nous devons, à court terme, prendre des décisions difficiles», a indiqué la porte-parole chez Rio Tinto, Claudine Gagnon, par le biais de ce communiqué. «Au cours des derniers mois, nous avons redoublé d'ardeur pour établir un plan visant à assurer la pérennité de la mine dans un contexte mondial hautement compétitif», a-t-elle ajouté.

Dans les circonstances, Berchmans Boudreau tente de rester optimiste en affirmant qu'il faut vivre d'espoir, «mais une nouvelle comme celle du début de semaine nous ramène sur le qui-vive. La mine est le moteur économique de notre milieu, elle offre des emplois bien rémunérés et elle en opération depuis plus de 60 ans», a-t-il rappelé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer