Faillite de Cliffs Natural Resources: les créanciers n'auront que 1,5 ¢ du dollar

La mine du lac Bloom de Cliffs Natural... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La mine du lac Bloom de Cliffs Natural Resources a été vendue 10,5 millions $.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) L'achat de la mine du lac Bloom par Champion Iron Limited laisserait bien peu aux centaines de créanciers de Cliffs Natural Resources, qui se trouve au centre d'une liquidation légale de ses actifs depuis maintenant un an.

Un groupe de huit créanciers s'oppose à la transaction évaluée à 10,5 millions $ et réclame la mise en faillite des biens du site minier de Fermont. Selon eux, la vente proposée, qui devra être approuvée par la Cour supérieure, aurait un «effet désastreux» sur l'ensemble des créanciers de la mine du lac Bloom.

Le processus de vente de la mine «s'est soldé par un échec relativement à leur intérêt [des créanciers]», peut-on lire dans la requête du Groupe UNNU-EBC, appuyée par les contestataires. À elle seule, l'entreprise en construction de L'Ancienne-Lorette réclame 52 millions $ à Cliffs, dont 31 millions $ en réclamations garanties pour des travaux réalisés non payés.

Le groupe évalue, à la lumière du dernier rapport du contrôleur, que «dans le meilleur des scénarios», les créanciers disposant d'une hypothèque légale pourraient toucher 3 % de leurs créances garanties, tandis que les créanciers chirographaires ne recevraient que 1,5 ¢ du dollar de réclamation.

Pas d'avantage

La vente de la mine à un prix de 10,5 millions $ n'offrirait non plus, selon le groupe, «aucun avantage ou bénéfice» comparativement à la faillite, qui permettrait de «protéger les intérêts de la masse des créanciers» le temps que le marché du fer se redresse. EBC a déjà mandaté PricewaterhouseCoopers à titre de conseiller financier et propose que la Cour le nomme syndic de faillite, si la solution des créanciers est retenue.

Le groupe d'entreprises contestataires préconise notamment la mise en veilleuse de la mine pendant 24 mois, tout comme l'envisage aussi Champion, ce qui offrirait «une opportunité potentiellement plus avantageuse pour la vente» que l'offre actuellement sur la table.

Difficile pour l'heure de chiffrer la dette de Cliffs Natural Resources au lac Bloom puisque la date butoir du dépôt des preuves de réclamation pour l'ensemble des créanciers était fixée au 18 décembre. Selon nos informations, la créance s'élèverait facilement au-delà de 1 milliard $.

La Cour supérieure devait entendre mercredi à Montréal la proposition retenue pour la vente de la mine du lac Bloom, mais les procédures ont été reportées ultérieurement devant l'objection de certains créanciers. Toute l'affaire pourrait connaître son dénouement d'ici la fin janvier à moins qu'un délai supplémentaire ne soit accordé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer