Recul de 60 % des investissements miniers sur la Côte-Nord en 2014

Une excavatrice à godets est utilisée pour extraire... (Rio Tinto IOC)

Agrandir

Une excavatrice à godets est utilisée pour extraire du fer dans une mine de Sept-Îles.

Rio Tinto IOC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Le recul de 35 % des investissements miniers au Québec affecte durement la Côte-Nord qui a vu chuter les sommes investies sur son territoire de près de 60 % en 2014, en faisant la région la plus «sévèrement touchée» par le cycle baissier du prix des métaux, selon l'Institut de la statistique du Québec (ISQ).

La Côte-Nord jongle avec l'effondrement du prix du fer qui a forcé plusieurs joueurs miniers à mettre la pédale douce sur les investissements. Le géant américain Cliffs Natural Resources a jusque tiré un trait en décembre 2014 sur les activités de sa mine du lac Bloom, près de Fermont, qui embauchait quelque 600 travailleurs.

«La fermeture d'une mine, ça vient créer un niveau important de désinvestissement», a expliqué Louis Madore de l'ISQ, qui a dévoilé mardi son bulletin Mines en chiffres 2014. En 2014, la Côte-Nord n'a pas totalisé le milliard d'investissements (0,8 G$). Le Nord-du-Québec et l'Abitibi-Témiscamingue ont aussi connu des reculs de 18,3 % et 9,6 %.

Pour tout le Québec, l'investissement minier s'établit 3 milliards $. Après neuf ans de croissance, c'est la deuxième année que la province enregistre une diminution. Il faut rappeler que le boum minier de 2012 avait permis d'atteindre des sommets inégalés, avec 5,1 milliards $ d'investissements.

Chute marquée 

«Tout ça a culminé en 2012, souligne M. Madore. Pour ensuite diminuer, mais de façon modérée en 2013 parce que des projets encore en cours se terminaient. C'est certain qu'il y a un équilibre qui doit se faire, mais on parle de chute drastique [en 2014]. Ce qui est de nouveau dans le portrait, c'est que le prix des matières premières a été pris à partie.»

L'ISQ n'entrevoit pas de remontée pour 2015, mais la descente sera «de façon moins marquée», indique Louis Madore. Sur la Côte-Nord, difficile de prédire si la mine du lac Bloom trouvera un repreneur qui décidera de l'exploiter dès 2016. Rio Tinto Fer et Titane a aussi choisi d'interrompre les activités de sa mine d'ilménite en Minganie jusqu'en mars.

Sur une note plus positive, Rio Tinto IOC et ArcelorMittal, deux importants employeurs de la région, parviennent pour l'heure à tirer leur épingle du jeu. Le nouveau joueur, Tata Steel Minerals Canada, prévoit également augmenter sa production en 2015.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer