Les ATR garderont le contrôle sur leur taxe d'hébergement, promet la ministre Vien

En Gaspésie, l'industrie du tourisme avait plaidé pour... (Photo Shutterstock, Xin Qiu)

Agrandir

En Gaspésie, l'industrie du tourisme avait plaidé pour que Québec laisse aux régions le contrôle de la taxe d'hébergement de 3 % par nuitée.

Photo Shutterstock, Xin Qiu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Les associations touristiques régionales (ATR) pourront continuer d'utiliser à leur gré la taxe d'hébergement prélevée chez eux, et qui sert surtout à promouvoir leur région, s'est engagée la ministre du Tourisme, Dominique Vien, de passage à Gaspé mercredi. Mais la ministre songe toujours à ponctionner un montant supplémentaire pour financer le renouveau de la destination «province de Québec».

Mme Vien prépare un plan d'affaires et de gouvernance dans l'objectif de faire croître les recettes touristiques de 5 % par an au Québec d'ici 2020. Dans la foulée des consultations, la ministre avait proposé que les gîtes et les hôtels imposent une taxe de 3,5 % par nuit à leurs clients pour hausser leur cotisation commune annuelle de 49 à 67 millions $, avait rapporté Le Soleil. Québec voulait aussi administrer les millions de dollars provenant des établissements d'hébergement sur le territoire des 22 ATR.

«Il n'a jamais été question de centraliser la taxe, s'est défendue Mme Vien mercredi. Nous voulons que la taxe prélevée retourne dans les régions. C'est à peu près 50 millions $ par année; on ne touche pas à cet argent-là. Mais peut-on aller chercher un montant supplémentaire et mettre ça dans un pot?»

Cette somme servirait de «levier financier» pour développer la destination québécoise et la promouvoir auprès d'éventuels touristes. «Il faut faire un virage pour redonner des forces au produit, insiste Mme Vien. Pour ça, ça va nous prendre des sous. La question, c'est comment on va s'y prendre? La taxe d'hébergement fait partie de la solution mais il n'y a pas que ça.»

Cap sur les objectifs

Tourisme Québec garde le cap sur les objectifs d'un plan de développement 2012-2020 présenté par l'ancien gouvernement libéral, qui visait sept millions de visiteurs de plus d'ici 2020. 

En Gaspésie, l'industrie du tourisme avait plaidé en entrevue au Soleil pour que Québec laisse aux régions le contrôle de la taxe d'hébergement de 3 % par nuitée. Selon les régions, cette taxe est de 2 $, de 3 $, de 3 % ou de 3,5 % (à Montréal) par nuitée. Elle est facturée aux visiteurs, envoyée au ministère québécois du Revenu et redistribuée aux ATR par la suite.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer