Fabrication de lits d'hôpital: Umano Médical remporte son pari

Le plancher de production de 16 000 pieds... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le plancher de production de 16 000 pieds carrés d'Umano Médical à L'Islet.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec son lit d'hôpital plus bas, plus facile à nettoyer et d'une utilisation simple comme un jeu d'enfant pour le personnel soignant et les patients, Umano Médical relève un défi de taille. Remettre sur la voie du succès et de la rentabilité une entreprise qui avait pourtant mis la clé sous la porte au printemps 2012.

À l'époque, l'usine de L'Islet appartenait à la multinationale de la sous-traitance Flextronics qui venait d'en faire l'acquisition des mains de la société américaine Stryker Medical.

Un bon jour, Flextronics annonce le transfert des activités de fabrication de lits d'hôpitaux vers le Mexique. Près de 300 travailleurs perdront leur gagne-pain. Un dur coup pour la région de Montmagny-L'Islet.

Contrat de cinq ans

Avec l'aide de bailleurs de fonds - Investissement Québec, Développement économique Canada, Capital Régional Desjardins et le Centre financier aux entreprises Desjardins de Montmagny -, quatre anciens dirigeants de Flextronics prennent le pari de relancer l'entreprise. Le Groupe Bertec deviendra un sous-traitant de Stryker Medical. Il continuera de fabriquer des lits d'hôpitaux pour Stryker et de fournir les pièces aux clients.

Un contrat de cinq ans lie toujours les deux partenaires d'affaires. Au terme de son échéance, en 2017, rien n'assure que le pacte sera renouvellé.

Dès la remise en exploitation de l'usine, les quatre actionnaires - Christian Cariou, Robert Dion, Ghislain Demers et Denis Bourgault - ont regroupé une équipe de professionnels et de techniciens pour concevoir de nouveaux produits.

«Pendant deux ans, nous avons parcouru le Canada et les États-Unis pour connaître les besoins des dirigeants d'hôpitaux et du personnel médical qui soigne les malades pour déterminer comment nous pourrions répondre à ces besoins», explique le vice-président à la recherche et développement et aux ventes, Ghislain Demers.

L'entreprise a investi 2,5 millions $ pour créer son premier produit-vedette, le lit d'hôpital Ook Snow.

La mise en marché de ce produit a débuté en janvier dernier, explique le président de la compagnie, Christian Cariou. 

Depuis, le Groupe Bertec est devenu Umano Médical.

«Comme nous voulions commercialiser nos propres produits et prendre un virage international, nous avons voulu nous donner une nouvelle image», explique M. Cariou.

Avec l'aide de ses partenaires financiers, Umano Médical investira 3,5 millions $ pour commercialiser ses produits à l'étranger au cours des prochaines années.

Un commando d'une trentaine d'agents manufacturiers est déjà en poste, principalement aux États-Unis. Une quinzaine d'autres s'y grefferont d'ici la fin de l'année.

De plus, Umano Médical travaille activement à développer des partenariats commerciaux au Brésil, au Chili et en Arabie Saoudite.

Trois des quatre actionnaires d'Umano Médical: Christian Cariou... (Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 2.0

Agrandir

Trois des quatre actionnaires d'Umano Médical: Christian Cariou (président), Denis Bourgault (vice-président des opérations) et Ghislain Demers (vice-président recherche & développement et ventes) et le lit d'hôpital Ook snow. 

Le Soleil, Pascal Ratthé

En route vers Terre-Neuve

Le lit d'hôpital Ook Snow a déjà trouvé preneur. Umano Médical en livrera 400 par année - pendant cinq ans - aux hôpitaux de Terre-Neuve.

L'entreprise vient d'annoncer une entente avec Yankee Alliance, un groupe d'achats qui compte plus 11 000 membres aux États-Unis.

Un autre accord est en voie de signature avec un très gros joueur américain - Health Trust - qui possède 168 hôpitaux et qui est l'acheteur désigné pour 1350 autres.

Pour ce qui est des hôpitaux québécois, Umano Médical attend avec impatience l'appel d'offres qui sera lancé en juin 2016 par le gouvernement du Québec.

Outre son premier produit-vedette, Umano Médical planche sur d'autres modèles de lits destinés à des clientèles diverses (enfants, nouvelles mamans, personnes obèses et les gens âgés hébergés dans les centres de soins de longue durée).

Selon Denis Bourgault, vice-président aux opérations, l'entreprise devrait produire sous peu entre 3500 et 4000 lits par année. À l'époque de Stryker Medical, l'usine de L'Islet en sortait jusqu'à 20 000 par année.

«La capacité de production est là», affirme M. Bourgault en faisant une tournée sur le plancher de production de 130 000 pieds carrés.

Umano Médical compte actuellement une centaine d'employés. «Nous voulons faire passer ce nombre entre 220 et 230 d'ici 2019», indique Christian Cariou.

Quant au chiffre d'affaires de la compagnie, l'objectif est de le faire grimper à 100 millions $ d'ici 2022. 

La Cadillac des lits d'hôpitaux

À écouter l'énumération des options offertes par le Ook snow, l'image d'une Cadillac vient immédiatement à l'esprit du simple observateur.«C'est bel et bien ça. Nous offrons la Cadillac des lits d'hôpitaux!» lance Ghislain Demers. «Une Cadillac d'abord et avant tout facile d'utilisation.»

=> Caractéristiques

  • La hauteur basse du lit. Dix pouces ou 25,4 centimètres. Ce qui facilite l'entrée et la sortie du lit. Une façon de prévenir les chutes, notamment des personnes âgées.
  • Un système de détection de sortie de lit. Dès qu'un patient tente de descendre de son lit alors que son état exige qu'il demeure allongé ou assis, un système d'alarme se mettra à fonctionner pour aviser le personnel. «Le système peut être ajusté en fonction du niveau de risque de chutes de chaque patient», signale Ghislain Demers.
  • Un lit plus facile à nettoyer. Ce qui contribue à la prévention des infections. Fabriqué en polypropylène, le lit présente une surface lisse. Les joints d'assemblage sont minimisés. Les pièces sont facilement accessibles. Les câbles et composantes électriques sont cachés. «Alors qu'il faut quatre minutes pour nettoyer correctement un lit conventionnel, le travail se fait en une seule minute avec le Ook snow.
  • Le lit propose un système de balance intégré permettant de prendre une lecture du poids du patient.
  • Un port USB permet aux patients de garder leurs appareils mobiles chargés près d'eux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer