Les Innus bloquent encore l'accès à La Romaine

Les Innus de Nutashkuan entravent la circulation à... (Courtoisie)

Agrandir

Les Innus de Nutashkuan entravent la circulation à l'entrée du chemin d'accès menant au complexe La Romaine depuis mercredi en fin de journée.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Les Innus de Nutashkuan promettaient d'occuper encore ce matin le seul chemin d'accès menant au mégacomplexe La Romaine, qu'ils entravent depuis mercredi.

Les manifestants réclament qu'Hydro-Québec «respecte leurs droits territoriaux» et, par le fait même, l'entente conclue avec la communauté en 2008, avant même le début de l'important chantier de près de 8 milliards $. Selon eux, le gouvernement et sa société d'État «bafouent» leurs droits et «mettent en péril» l'environnement.

«Le gouvernement doit comprendre que cette étape n'est que le début», a averti le chef de la communauté voisine du village de Natashquan, Rodrigue Wapistan. «Malgré de nombreux efforts et appels auprès d'Hydro-Québec et du gouvernement, nous faisons toujours face à un mur d'indifférence et d'insouciance. Notre patience a atteint sa limite.»

Les Innus accusent la Société d'État d'avoir notamment ennoyé plus de 50 % de la ressource forestière, ce qui impliquerait «des conséquences graves sur l'environnement, les activités traditionnelles autochtones et le développement économique», peut-on lire dans un communiqué transmis par le conseil de bande.

La bande n'hésite pas à qualifier le chantier de «désastre environnemental» qui a provoqué une«crise économique». Selon elle, les contrats de déboisement n'ont pas apporté les fruits escomptés. «Nous voulons sortir de notre misère et offrir un avenir meilleur à nos enfants, mais comment faire quand notre territoire et nos ressources sont détruits?» interroge le chef Wapistan.

Une visite «impossible»

Les manifestants n'ont pas l'intention de dégager la voie tant que Philippe Couillard ne s'engagera pas à rencontrer leur chef ou même à se déplacer sur les lieux de la barricade. Une doléance «impossible», a assuré le ministre responsable des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, qui a été saisi du dossier.

«Si tout le monde commence à barrer des routes pour avoir accès au premier ministre, la société ne peut pas fonctionner comme ça», a-t-il réagi en marge de la rencontre des premiers ministres des provinces à Terre-Neuve. «J'invite de nouveau les Innus à retourner à la table, on va trouver des solutions aux différends qu'ils ont soulevés», a poursuivi le ministre Kelley, qui s'est entretenu jeudi au téléphone avec M. Wapistan.

Hydro-Québec se défend pour sa part de ne pas respecter l'entente de 2008 et dit suivre «la situation de près.» La société d'État détient par ailleurs une injonction émise par la Cour supérieure, qui ordonne à quiconque de déplacer toute forme d'entrave sur la route menant au chantier La Romaine.

En fin de journée jeudi, la Sûreté du Québec assurait toujours la surveillance du barrage au kilomètre zéro. Selon Hydro-Québec, les manifestants laissent passer les travailleurs du chantier qui partent pour leur congé ou pour les vacances. L'entrave ne perturbe pas la circulation sur la route 138.

Le Soleil a été incapable de joindre le chef Wapistan, qui se trouve sur le site de la manifestation, où les télécommunications sont difficiles.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer