Forêt: obligation de résultats

Karl Blackburn, directeur principal, Affaires publiques et relations... (Photo François Gervais)

Agrandir

Karl Blackburn, directeur principal, Affaires publiques et relations gouvernementales chez Produits forestiers Résolu

Photo François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Après des mois d'échanges de toutes sortes, les industriels forestiers de la Côte-Nord rencontrent aujourd'hui trois ministres du gouvernement Couillard afin de tenter de trouver une solution à la crise forestière régionale. Sans évoquer une rencontre de la dernière chance, l'industrie parle néanmoins d'obligation de résultats.

«Ça fait au moins neuf mois qu'on discute, qu'on évalue. On est maintenant rendu à l'étape des décisions», de lancer le porte-parole de Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn. «Demain [mardi], les attentes sont très élevées de la part de l'industrie. On rencontre trois ministres, je présume qu'ils auront des choses concrètes à nous présenter.»

«On s'attend à des propositions concrètes et significatives pour diminuer le coût de la fibre sur la Côte-Nord», a enchaîné Pierre-Olivier Lussier, son collègue du Groupe Rémabec, propriétaire de la scierie Arbec de Port-Cartier, à propos de cette rencontre avec les ministres Laurent Lessard (Forêts, Faune et Parcs), Carlos Leitão (Finances) et Jacques Daoust (Économie, Innovation et Exportations). «C'est certain que s'il n'y a rien de significatif qui arrive cette semaine, le processus sera difficilement renversable», a-t-il ajouté.

Rappelons que depuis le 19 juin, Résolu et Arbec ont mis fin à leur coupe forestière sur le territoire, expédiant ainsi autour de 350 travailleurs au chômage. Arbec avait déjà interrompu ses activités à sa scierie quelques semaines auparavant, ce qui a touché 160 autres emplois.

Quant à Résolu, si la crise ne se résorbe pas, elle entend poursuivre les activités à la scierie des Outardes de Pointe-aux-Outardes jusqu'à la mi-septembre. Quelques semaines plus tard, ce serait au tour de l'usine de papier journal de Baie-Comeau de cesser ses opérations. En conséquence, la compagnie a déjà fait parvenir des avis de licenciement collectif à ses employés de la scierie (137 personnes) et de la papetière (250).

Demandes

Depuis 10 jours, les trois industriels forestiers de la Côte-Nord (l'autre étant Boisaco, de Sacré-Coeur) ont présenté par écrit leurs demandes au ministre Lessard afin de décrocher, selon eux, un prix juste pour le bois de la Côte-Nord, difficile d'accès, petit et vieux, entre autres. À ce portrait, il faut ajouter l'épidémie de tordeuse des bourgeons de l'épinette, qui a ravagé jusqu'ici plus de trois millions d'hectares de forêt dans la région.

«L'une de nos demandes est de revenir au prix qui existait en 2007-2008. À l'époque, le prix reflétait la juste valeur marchande de la fibre, mais, par la suite, le prix s'est mis à monter de façon injustifiée», a déclaré M. Blackburn, de Résolu. «Autre exemple : en ce qui concerne le taux de mortalité, les hypothèses du Ministère parlent de 7 %. Dans la réalité, c'est pourtant plus de 20 %», a-t-il ajouté.

Une bonne partie de la Côte-Nord retient son souffle dans ce dossier. C'est que, dans la région, la forêt procure un emploi direct à 1700 personnes. On évalue le nombre d'emplois indirects à 2700.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer