Port de Sept-Îles: le cours du fer fait mal au chiffre d'affaires

Le ralentissement du marché du fer affectera fortement... (Photo fournie par le Port de Sept-Îles)

Agrandir

Le ralentissement du marché du fer affectera fortement le Port de Sept-Îles en 2015.

Photo fournie par le Port de Sept-Îles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>

(Québec) La débâcle du marché du fer ne ménagera pas le Port de Sept-Îles, qui, après des années fastes, anticipe que son chiffre d'affaires fondera presque de moitié en 2015.

Le chiffre d'affaires du Port de Sept-Îles pourrait passer de 13 à 7 millions $ cette année, a confirmé son président-directeur général, Pierre D. Gagnon. C'est principalement l'arrêt de l'exploitation de la mine de fer du lac Bloom en janvier qui fera mal, avec un volume d'activités de 5,5 millions de tonnes de minerai en moins.

«C'est environ 20 % de notre volume, c'est majeur», a affirmé M. Gagnon. Les effets du ralentissement du marché ont commencé à se faire ressentir en 2014 avec la suspension des activités de Labrador Iron Mines et la fermeture de la mine Scully, appartenant tout comme celle du lac Bloom au géant américain Cliffs Natural Resources.

Le tonnage de l'année dernière avait alors été réduit de 14 % pour atteindre 23,8 millions.

Pour 2015, le volume d'activités oscillera entre 19 et 20 millions de tonnes, selon le pdg. C'est une performance qui s'apparente à 2009, l'année avant l'embellie du marché, qui avait fait grimper le prix de la tonne à plus de 180 $. Pour l'heure, une tonne de fer se vend à peine au-delà de 60 $.

«Extrêmement difficiles»

Les années 2015 et 2016 seront «extrêmement difficiles» a pour sa part affirmé le nouveau

président du conseil d'administration du Port, Avit Ouellet. «Le gros des revenus venait de Wabush [Scully] et Bloom, surtout Bloom. On a encore le tonnage d'IOC, mais ils ont leurs propres installations, on ne touche que les droits portuaires.»

«C'est en 2015 qu'on va avoir le reflet au complet de la baisse du tonnage et des revenus», prévient-il. En poste pour un mandat de trois ans, le retraité de la minière IOC concède que «ce sera une période de stabilisation» et qu'avec «le climat économique qu'on a, la période d'expansion qu'on a eue, c'est terminé pour l'instant».

Il faut rappeler que le Port y est allé de record en record depuis les dernières années en matière de dépenses en immobilisations, notamment avec la construction du tout nouveau quai multiusager, un projet ambitieux de

220 millions $. Pour la suite, «tout va dépendre de la reprise des marchés», a ajouté M. Ouellet, qui joue de prudence quant à l'avenir.

Projet DSO

Le Port de Sept-Îles espère néanmoins que le coup d'envoi que prévoit donner Tata Steel Minerals Canada à son projet DSO contribuera à minimiser les pertes à court terme. Dès l'automne, la minière indienne espère faire grimper considérablement sa production jusqu'à présent plus modeste.

L'impasse entourant l'accès au quai multiusager devrait aussi se dénouer au courant de l'été avec la fin du processus légal de mise en vente des actifs de Cliffs Natural Resources, qui refuse de rendre publique une partie de son chemin de fer, la seule qui atteint la nouvelle infrastructure.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer