Décontamination du site de la Gaspésia: les travaux reprendront

L'anicenne usine Gaspésia de Chandler... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'anicenne usine Gaspésia de Chandler

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Chandler) Les travaux de décontamination de l'emplacement de l'ancienne usine Gaspésia pourront redémarrer au cours des prochains jours, en vertu d'une entente intervenue entre la Société de développement économique et industriel de Chandler et l'assureur La Garantie.

La décontamination des vestiges de l'ancienne papeterie a été arrêtée le 13 décembre 2013 en raison de la faillite de l'entrepreneur EDS, une firme dont le siège social était situé en Angleterre. Il aura fallu 18 mois de pourparlers pour que s'entendent la Société de développement économique et industriel de Chandler (SDEIC) et l'assureur, chargé de gérer la caution déposée par EDS avant les travaux.

«La Garantie ne donnera rien de plus que les frais supplémentaires permettant de réaliser les travaux», précise Jean-Raymond Lepage, président de la SDEIC, tout de même soulagé que les travaux reprennent.

Nettoyage à faire

Le contrat initial prévoyait 17 millions $ pour la décontamination de l'usine, dont la démolition a été achevée au printemps 2013. Il reste toutefois des amoncellements de débris à ramasser et du nettoyage de sols à réaliser, jusqu'en octobre.

«Environ 80 % des travaux sont réalisés», ajoute M. Lepage. Toutefois, la somme payée aux entrepreneurs n'atteignait pas cette proportion, parce qu'EDS devait de l'argent à plusieurs d'entre eux, et aussi parce qu'en décembre 2013, la SDEIC avait retenu 1,9 million $ en paiements à EDS.

«Il reste 6 645 000 $ à verser pour la fin des travaux. Le montant est en fiducie, et il inclut les 1,9 million retenus en 2013», précise M. Lepage. Il ne peut dire pour le moment combien La Garantie devra verser pour le parachèvement des travaux, mais il sait que ce ne sera pas le gros lot.

Restera-t-il de l'argent pour faire du développement économique, une fois le terrain de l'ancienne usine reverdi? «Il n'en restera pas beaucoup, moins d'un million de dollars», note M. Lepage, arrivé dans le dossier en 2012, alors que plusieurs poursuites ponctuaient ce chapitre de l'histoire de la Gaspésia. Son projet de modernisation avait avorté en janvier 2004.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer