Une séance du BAPE dès mercredi sur le projet d'usine de silicium de FerroQuébec

Une maquette de l'usine de silicium métal à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Une maquette de l'usine de silicium métal à la fine pointe de la technologie de FerroQuébec, qui sera construite sur le site de l'ancienne usine de pâtes et papiers d'ITT-Rayonier, fermée en 1979.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Port-Cartier) Les gens de Port-Cartier et des environs pourront en apprendre plus sur le gros projet qu'ils attendent tant, celui d'une usine de silicium de la société FerroQuébec. Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) tiendra mercredi prochain à Port-Cartier une séance d'information sur ce projet évalué à 385 millions $.

On se rappellera que FerroQuébec, filiale du géant espagnol FerroAtlantica, a annoncé il y a tout juste un an son intention de construire une usine de silicium métal à la fine pointe de la technologie sur le site de l'ancienne usine de pâtes et papiers d'ITT-Rayonier, fermée en 1979.

Avec ses cinq fours de 30 mégawatts chacun, l'usine produira 100 000 tonnes de silicium métal de haute qualité, destiné aux marchés de l'aluminium, des silicones et des panneaux solaires. Ces fours seront alimentés avec des résidus forestiers des environs. Selon le promoteur, la construction de l'usine s'échelonnera sur 18 mois, afin de faire une mise en service progressive à partir de janvier 2017. Quelque 300 travailleurs seraient mobilisés pour la construction de l'usine et autant pour son exploitation.

Dans l'état actuel du projet, l'usine dépasserait les normes en matière de rejet de CO2 dans l'atmosphère, que FerroQuébec estime à 400 000 tonnes par année. Ce total placerait l'entreprise au 18e rang des plus grands émetteurs industriels du Québec.

En guise de justification, l'entreprise dit croire que le choix d'une production de silicium pour alimenter le marché mondial aura globalement un effet positif sur l'empreinte carbone de l'industrie, compte tenu de l'accès à l'hydroélectricité et aux matières ligneuses résiduelles.

Le BAPE signale aussi qu'avec le type de produits transportés et entreposés à l'usine, des accidents dits technologiques peuvent survenir, qui affecteraient au premier chef les industries voisines. FerroQuébec a soumis un plus d'urgence préliminaire, qui sera révisé lors de la conception des installations et mis à jour périodiquement par la suite.

Les personnes intéressées à demander des audiences publiques sur ce projet ont jusqu'au 24 juillet pour le faire, auprès du ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. La séance d'information du 17 juin se tient à l'agora du Complexe récréatif et culturel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer