Tata Steel Minerals Canada: un géant tranquille

Le site minier du projet DSO exploité par... (Photo fournie par Tata Steel Minerals Canada)

Agrandir

Le site minier du projet DSO exploité par Tata Steel Minerals Canada, près de Schefferville

Photo fournie par Tata Steel Minerals Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Tout n'est pas sombre dans l'industrie minière. Le site du géant Tata Steel Minerals Canada fourmille de 700 travailleurs dans le Nord québécois pour donner, d'ici l'automne, le réel coup d'envoi au projet DSO, évalué à 600 millions de dollars.

Tata Steel Minerals Canada, une coentreprise détenue par Tata Steel (80 %) et New Millennium Iron (20 %), parvient à tirer son épingle du jeu dans un contexte où la chute du prix du fer donne du fil à retordre aux géants et encore plus à ceux qui essaient de démarrer les projets sur la table à dessin. «C'est, sans hésiter, un moment très difficile», assure le président-directeur général de la société, Rajesh Sharma. 

«Tata est un joueur de longue date et c'est pourquoi nous poursuivons les opérations, mais le temps est difficile, ce n'est pas facile», a-t-il poursuivi. «Notre principal objectif est de démarrer l'usine et de mettre en branle les installations le plus rapidement possible pour ensuite, augmenter progressivement notre production.» 

Bien qu'elle expédie des tonnes de fer depuis 2013, c'est cette année que le projet DSO prendra son envol. Au cours de l'été, la minière mettra la touche finale à son usine de traitement près de Schefferville, non loin de la fosse du Labrador, où se trouvent les gisements exploités. Grâce aux nouvelles installations, la minière pourra maintenir ses activités tout l'hiver. Le traitement du minerai en améliorera aussi sa teneur en fer. 

«Il faut avoir une certaine teneur pour arriver à le vendre. À l'heure actuelle, on expédie du matériel qui est en haut de 59 %», a expliqué le vice-président, dirigeant du conseil d'administration de New Millennium Iron, Dean Journeaux. «Avec l'usine, on va augmenter entre 64 et 65 %. Cette teneur-là est très demandée par les aciéristes, qui préfèrent avoir la plus haute teneur possible.» 

Tata Steel Minerals Canada demeure néanmoins discrète sur ses objectifs de production pour 2015. «Nous espérons que le marché se redressera et que les choses iront mieux», a fait savoir M. Sharma. Le site DSO possède une capacité annuelle de production allant jusqu'à quatre millions de tonnes de minerai. Le tonnage emprunte le chemin de fer autochtone Tshiuetin pour ensuite, rouler sur le tracé de QNS&L vers Sept-Îles. 

Schefferville revit 

Schefferville, qui a vibré au rythme de l'industrie minière jusqu'au départ de la Compagnie minière IOC en 1982, ressent déjà les répercussions du démarrage du projet DSO. De nouvelles constructions et un hôtel ont notamment été bâtis pour accueillir les centaines de travailleurs. Trente ans après sa fermeture, l'aréna a aussi été rouvert en 2014, grâce entre autres à une aide de 5 millions $ allongée par Tata Steel Minerals. 

Tata Steel Minerals Canada a également conclu des ententes de répercussions-avantages avec six Premières Nations du territoire, au Québec et au Labrador. Ces ententes prévoient des compensations financières pour l'exploitation des ressources, mais aussi diverses garanties en matière d'emploi et de formation.  

Jeudi encore, une dizaine d'Innus de Uashat mak Mani-

Utenam à Sept-Îles ont terminé une formation d'opérateur, grâce au partenariat entre la bande et la société. Le site minier DSO procurera du travail à 350 ouvriers, dont 40 % seront des Autochtones, selon les objectifs de l'entreprise. Quelque 150 travailleurs issus des Premières Nations sont déjà à pied d'oeuvre dans la phase de construction.

Le président-directeur général de Tata Steel Minerals Canada,... (Collaboration spéciale Fanny Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Le président-directeur général de Tata Steel Minerals Canada, Rajesh Sharma

Collaboration spéciale Fanny Lévesque

Accès à la Pointe-Noire: à la recherche de solutions

Tata Steel Minerals Canada pourrait bien inaugurer le nouveau quai multiusager du port de Sept-Îles, pour lequel la minière a investi 13 millions $ dans la construction, mais qui, comme les autres joueurs qui ont payé la moitié de la facture de 220 millions $, n'y a toujours pas accès. 

Cliffs Natural Resources, qui a placé tous ses actifs sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers, refuse de rendre publique une portion de son chemin de fer Arnaud, la seule qui atteint l'infrastructure portuaire, dont la livraison est prévue cet été. «Nous avons espoir, mais c'est un problème compliqué», a affirmé le président-directeur général, Rajesh Sharma. 

Tata Steel Minerals Canada confirme travailler de pair avec le gouvernement québécois et le Port de Sept-Îles pour «tenter de trouver une solution». Pour l'heure, la minière a pris une entente avec Rio Tinto IOC pour expédier sa production de Sept-Îles vers l'Europe et la Chine. 

Investissement Québec et le Port de Sept-Îles ont déposé une offre d'achat pour se porter acquéreur des installations de Cliffs sur la Pointe-Noire, révélait Le Soleil, la semaine dernière.

Tata Steel Minerals Canada

  • Propriété de Tata Steel (80 %) et de New Millennium Iron (20 %)
  • Tata Steel, géant indien de l'acier
  • New Millennium Iron, société canadienne
Projet DSO

  • Minerai de fer à enfournement direct : 600 millions $ d'investissements
  • Capacité de production de 4 millions de tonnes

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer