Havre-Saint-Pierre coupe les vivres à son bras économique

Pour Nico Flowers, le président d'IDEM, le déclin guette... (PHOTO FOURNIE PAR HYDRO-QUÉBEC)

Agrandir

Pour Nico Flowers, le président d'IDEM, le déclin guette la Minganie, notamment avec la fin en 2020 du chantier hydroélectrique de la rivière Romaine (photo), ce qui entraînera une hausse du taux de chômage, un exode des travailleurs et une baisse de la valeur des propriétés.

PHOTO FOURNIE PAR HYDRO-QUÉBEC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Havre-Saint-Pierre) La municipalité de Havre-Saint-Pierre a décidé de mettre fin au financement d'Initiatives de développement économique Minganie (IDEM), son bras économique. Un changement à la loi et un «malaise» sont à l'origine de cette décision. En guise de réponse, l'organisme se saborde.

Selon le maire Berchmans Boudreau, l'avenir de l'organisme était déjà sur la sellette depuis février «car on avait identifié un malaise». Décision a donc été prise à la séance du conseil municipal de lundi de couper les 150 000 $ de subvention annuelle versés à IDEM, en place depuis 18 mois.

Ce malaise, d'après le maire, découlerait du fait que des personnes liées à IDEM seraient devenues actionnaires d'une entreprise de consultants embauchée par l'organisme pour faire avancer ses dossiers. Assurant qu'aucun argent public n'a été impliqué dans cette affaire, Berchmans Boudreau a soutenu «qu'il n'y a rien d'illégal là-dedans, mais ce n'est pas moral aux yeux de la municipalité».

Le maire soutient aussi que les dernières modifications à la loi font en sorte que le développement économique n'est plus du ressort des municipalités, mais des MRC. «Et pour l'instant, la MRC est en questionnement sur la forme que pourrait prendre un nouvel organisme de développement économique», a-t-il ajouté.

«Je trouve ça pathétique qu'on retombe dans ce dossier. On avait convenu en février qu'il y avait un malaise, les deux personnes en question ne sont plus avec IDEM et pour nous, c'est de l'histoire ancienne. Le malaise a été identifié et réglé», a rétorqué le président d'IDEM, Nico Flowers.

Selon ce dernier, cette prise de position de la municipalité sert à masquer la véritable raison pour laquelle Havre-Saint-Pierre ne veut plus financer IDEM, qui est que la ville ne croit pas à son développement économique. «L'argument de fond dans ce dossier, ça reste la volonté de la ville. Elle se réfugie derrière les changements à la loi, mais quand tu veux, tu peux», illustre l'homme d'affaires. Le maire Boudreau assure au contraire que «la municipalité veut absolument participer au développement économique de la Minganie».

Pour Nico Flowers, le déclin guette la Minganie, notamment avec la fin en 2020 du chantier hydroélectrique de la rivière Romaine, ce qui entraînera une hausse du taux de chômage, un exode des travailleurs et une baisse de la valeur des propriétés. «La Minganie et toute la Côte-Nord en sont à un point tournant. Il faut s'organiser dès maintenant pour faire face au déclin», a-t-il lancé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer