Tourisme sur la Côte-Nord: la baleine toujours en vedette

La nouvelle campagne de publicité de Tourisme Côte-Nord... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La nouvelle campagne de publicité de Tourisme Côte-Nord mise encore sur l'attrait exercé par les croisières d'observation des mammifères marins.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) À l'est de Québec, la baleine est le principal produit touristique, la chose est bien connue. Le temps de changer de produit vedette n'est pas encore venu et Tourisme Côte-Nord le sait bien. Accompagné de plusieurs partenaires, dont ses semblables du Bas-Saint-Laurent et de Charlevoix, Tourisme Côte-Nord a lancé lundi à Québec une campagne promotionnelle pour mousser les croisières d'observation des mammifères marins, une initiative que les protecteurs des baleines voient d'un bon oeil.

Cette campagne, simplement nommée Baleines 2015, est présentement visible dans l'ensemble du Québec, l'est de l'Ontario, le nord du Nouveau-Brunswick et le nord-est des États-Unis, et ce, jusqu'à la fin juillet.

Le gouvernement du Québec y a investi la moitié de la somme, soit 300000 $. La ministre du Tourisme, Dominique Vien, en a fait l'annonce lundi, à bord du Louis--Jolliet. Le reste du montant provient des trois associations touristiques régionales et de l'Alliance Éco-Baleine, qui regroupe les entreprises d'excursion aux mammifères marins. Parcs Canada et la SÉPAQ, gestionnaires du Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, sont aussi de la partie.

«La baleine est un produit exotique et recherché et, en plus, le Saint-Laurent est à l'ordre du jour par les temps qui courent», a déclaré la directrice générale de Tourisme Côte-Nord--Manicouagan, Grétha Fougères, qui indique que cette campagne prend place pour une troisième année. «L'an passé, il y a eu 30 000 visiteurs de plus dans nos régions et 100 % plus de visites sur le site Web de la campagne, par rapport à la première année.

«Souvent, les touristes ont un premier contact avec nos régions par les excursions aux baleines, enchaîne Mme Fougères. C'est donc important de faire découvrir par la suite notre environnement afin notamment de maximiser les retombées économiques.»

«Ça vaut la peine d'amener les gens voir les baleines. C'est une belle façon de changer le monde», lance, de façon imagée, le président et directeur scientifique du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud, organisme membre de l'Alliance Éco-Baleine. «L'industrie des excursions en mer arrive à une certaine maturité, mais elle est encore capable d'accueillir plus de monde sans ajouter de bateaux, notamment en répartissant mieux les gens sur les différents quais de départ.»

Industrie responsable

Observateur des baleines et de l'industrie des excursions depuis 30 ans, Robert Michaud assure que les membres du regroupement sont écoresponsables et mettent de l'avant les meilleures pratiques dans l'industrie, qui accueille bon an mal an plus d'un demi-million de clients au Québec.

«En place depuis cinq ans, l'Alliance Éco-Baleine s'est dotée d'un code de conduite qui va bien au-delà des normes et de la réglementation dans le domaine, a-t-il affirmé. On continue à travailler à réduire notre empreinte écologique, mais on est fiers de ce qu'on a accompli jusqu'à présent et on est heureux d'accompagner l'industrie touristique régionale dans cette campagne de promotion.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer