Industrie éolienne en Gaspésie: les carnets de commandes s'effritent

Enercon démantèlera, dès la semaine prochaine, ses moules... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Enercon démantèlera, dès la semaine prochaine, ses moules servant au coulage des segments de tours de béton à son usine de Matane.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier, Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Matane) Pour l'industrie éolienne, qui procure 1200 emplois en Gaspésie, les contrats québécois se font plus rares, ces temps-ci. Résultat : Enercon s'apprête à démanteler une bonne partie de son usine de Matane, tandis que d'autres se tournent vers l'exportation.

Dès la semaine prochaine, Enercon commencera graduellement le démantèlement de ses plus grosses pièces d'équipement de son usine WEC Tours Québec de Matane. Le turbinier sortira les moules servant au coulage des segments de tours de béton. Pour la compagnie, le départ de ces pièces est définitif.

«En termes d'espace, c'est difficile à chiffrer, mais j'aurais tendance à dire que ça représente les deux tiers de l'usine», estime le directeur de la gestion commerciale d'Enercon Canada, Nicolas Bourbonnière. «Ce sont les équipements les plus gros, les plus massifs et les plus dispendieux.» 

À court terme, une vingtaine d'emplois seront abolis sur les 86 que compte l'usine. Au plus fort de sa production, Enercon procurait de l'emploi à 120 personnes à Matane.

Devant un carnet de commandes vide, l'entreprise remplira ses engagements découlant des appels d'offres antérieurs et réduira peu à peu sa présence au Québec. Par contre, le manufacturier et installateur d'éoliennes continuera à offrir le service d'entretien et de maintenance de ses turbines implantées au Québec.

M. Bourbonnière se défend bien de dire qu'Enercon pourrait fermer définitivement son usine de Matane. Mais, chose certaine, il confirme un arrêt de production pour très bientôt, qu'il qualifie de temporaire.

Toutes ces conséquences découlent du fait qu'Enercon n'a pas été retenu lors de l'appel d'offres de 450 mégawatts d'énergie éolienne lancé en décembre par Hydro-Québec. En revanche, le vent a tourné pour Siemens et Vestas, qui n'ont pas de chaîne d'approvisionnement au Québec. Les deux turbiniers ont obtenu 83 % des 450 MW.

L'usine LM Wind Power de Gaspé se tourne vers l'Ontario, où elle expédiera 54 pales par camion et 12 autres prendront la mer vers l'Allemagne. Depuis 2010, l'usine avait cessé l'exportation, puisque l'abondance des contrats pour des parcs québécois tenait les 200 employés occupés.

Sous-traitant touché

Fabrication Delta de New Richmond est un sous-traitant d'Enercon. Elle fabrique les sections supérieures des tours d'éoliennes en acier. Joint mardi, le directeur général de Fabrication Delta n'était pas encore en mesure de commenter les répercussions du démantèlement partiel d'Enercon sur son entreprise. «On est en production pour eux actuellement, indique Élie Arsenault. Les tours s'en vont au Québec et en Nouvelle-Écosse.» 

Les 130 travailleurs de Fabrication Delta fournissent déjà d'autres clients hors Québec. L'usine a récemment acheminé des tours vers le Maine pour le turbinier Vestas. M. Arsenault laisse entendre que Siemens pourrait aussi faire partie de ses clients. «On ne peut rien divulguer pour le moment», se réserve-t-il de dire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer