Québec donne un feu vert conditionnel à Mine Arnaud à Sept-Îles

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, le ministre... (Collaboration spéciale, Fanny Lévesque)

Agrandir

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand et le ministre délégué aux Mines, Luc Blanchette, entourent le directeur de projet de Mine Arnaud, François Biron.

Collaboration spéciale, Fanny Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>
Fanny Lévesque

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sept-Îles) Mine Arnaud a peut-être reçu le feu vert environnemental de Québec, mais le gouvernement ne lui fera pas de cadeau. Le décret l'autorisant à aller de l'avant avec son projet d'exploiter une mine d'apatite à ciel ouvert à l'entrée ouest de la ville de Sept-Îles est l'un «des plus exigeants» jamais imposé par le ministère de l'Environnement.

Une vingtaine de partisans du projet s'était déplacés... (Photo Martin Bélanger) - image 1.0

Agrandir

Une vingtaine de partisans du projet s'était déplacés à l'aéroport de Sept-Îles lundi matin pour accueillir la délégation ministérielle, venue donner le feu vert au projet Mine Arnaud.

Photo Martin Bélanger

Le certificat d'autorisation délivré par le Conseil des ministres s'accompagne de 11 conditions imposées par Québec et plus d'une cinquantaine d'engagements du promoteur, qui se regroupent sous 17 points précis. «Le rapport d'analyse environnemental, avec les mesures d'atténuation prévues, les engagements et les conditions ajoutées rendent le projet d'exploitation de cette mine acceptable», a martelé le ministre David Heurtel.

Il y a plus d'un an, le Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE) concluait pourtant le contraire, après enquête. «On est quand même partis de loin, a concédé le ministre Heurtel, de passage à Sept-Îles. Mais Mine Arnaud a travaillé «activement» avec les autorités gouvernementales, de façon à présenter un projet «grandement évolué», a-t-il assuré. «Quand on soulève des questions à propos de la qualité de l'air ou l'eau potable, on ne peut pas prendre ça à la légère.»

La question de la qualité de l'air et l'eau, le suivi de la composante sociale et le climat sonore sont parmi les plus gros morceaux de la liste d'engagements du promoteur. La minière devra notamment mettre en place cinq stations de mesures de la qualité de l'air à la limite de sa propriété. En cas de dépassement des normes, Mine Arnaud s'engage à interrompre le transport de minerai, un fait rare pour un industriel, selon le Ministère.

Une caractérisation de la baie de Sept-Îles sur 500 mètres sera effectuée dans la «zone d'influence» de la mine. Une étude complète, comme le demandaient des citoyens, s'avérait un exercice «démesuré» d'autant plus que d'autres utilisateurs se trouvent à proximité. Le promoteur ne pourra qu'effectuer un sautage par jour, entre 9h et 17h, préférablement à l'heure du dîner.

Québec limite aussi la production de Mine Arnaud à 75 000 tonnes par jour. Aucun suivi ne sera effectué par contre au lac des Rapides, où se trouve la source d'eau potable municipale, parce que toutes les études menées ont démontré «un effet nul» de la mine sur la qualité des eaux du lac. La minière dispose enfin d'un délai de 10 ans pour commencer son exploitation commerciale.

Transparence et acceptabilité sociale

La réalisation du projet Mine Arnaud déchire les Septiliens depuis trois ans déjà. Le rapport du BAPE avait d'ailleurs soulevé «l'absence de consensus social» autour du projet de 850 millions $. Pour le ministre Heurtel, tout le travail accompli depuis l'exercice du BAPE, en «tenant compte des préoccupations citoyennes soulevées [...] est l'illustration complète de ce qui mène à l'acceptabilité sociale».

Québec a par ailleurs l'intention de faire taire les critiques de manque de transparence du promoteur. Un tableau des engagements sera présenté et des mises à jour régulières seront effectuées sur le site Web. Un système de gestion des plaintes et un service téléphonique seront aussi créés. Tous les bilans et les rapports du comité de suivi seront également rendus publics.

Mine Arnaud appartient à Investissement Québec (62 %) et à la norvégienne Yara International ASA (38 %). L'actionnariat sera appelé à changer d'ici les prochains mois, réduisant la participation de la société d'État. Pour l'heure, Québec ne confirme pas la hauteur de son investissement dans le projet.

850
millions $
d'investissements
800 à 1000
emplois pendant la phase de construction
300
emplois permanents créés
1,2
de tonnes d'apatite produites

Ce qu'ils ont dit...

«J'entends qu'on ne néglige rien, qu'on veut faire un projet nickel, ç'a toujours été ma préoccupation qu'on fasse bien les choses.»

Réjean Porlier
maire de Sept-Îles

«Ça fait plusieurs mois qu'on n'avait que des mauvaises [nouvelles], je pense que ça va redonner confiance à la population.»

Luc Dion
président Corporation économique

«Les difficultés de l'industrie du fer ont plongé la région dans une grande incertitude. Plusieurs familles songent à quitter la région. Ce nouveau projet redonne espoir à plusieurs travailleurs.»

Dominic Lemieux
Syndicat des Métallos

«L'annonce d'aujourd'hui n'est rien de plus qu'une cure de beauté pour un projet qui n'a pas véritablement changé depuis son rejet par le BAPE l'an dernier.»

Amir Khadir
Québec solidaire

Un projet fait sur mesure pour le Plan Nord

Le ministre des Ressources naturelles et responsable du Plan Nord, Pierre Arcand, n'a pas raté l'occasion de vanter les retombées positives d'un «projet porteur» comme celui de Mine Arnaud «pour toute l'économie de la région et du Québec». Selon le ministre, le projet Arnaud est «tout à fait le genre de projets que le [gouvernement] veut voir se réaliser dans le cadre du Plan Nord».

Le ministre Arcand va plus loin en soulignant que l'exploitation du gisement d'apatite offre un «équilibre» entre les aspects environnemental, social et économique. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer