Premier Tech acquiert une entreprise au Brésil

Premier Tech fabrique des robots permettant la manutention... (Photo fournie par Premier Tech)

Agrandir

Premier Tech fabrique des robots permettant la manutention de produits.

Photo fournie par Premier Tech

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jusqu'à maintenant, l'Amérique latine représentait bien peu dans les affaires de Premier Tech : entre 10 et 15 millions $ par année pour l'entreprise de Rivière-du-Loup, qui a réalisé des revenus de 525 millions $ en 2014.

Les opportunités de croissance dans ce coin du monde, par contre, se comptent à la pochetée et le fabricant de produits agricoles et d'horticulture, d'équipement d'emballage et de systèmes de traitement des eaux usées est dorénavant en bonne position pour obtenir sa part du lion.

En effet, Premier Tech a annoncé, lundi, qu'elle avait fait l'acquisition d'une entreprise au Brésil. 

Comme elle, Almeida Martins conçoit et fabrique des équipements de manutention et d'emballage, principalement pour le secteur de l'alimentation humaine et animale. 

«Nous avons réalisé un bon match», indique au Soleil le président et chef de l'exploitation de Premier Tech, Jean Bélanger. «Almeida Martins nous apporte des technologies que nous ne possédions pas. Nous pouvons maintenant compter, dans ce pays, sur une équipe d'une cinquantaine de travailleurs, ce qui nous permettra, par exemple, de bonifier l'offre de service pour nos clients en Amérique latine.»

Cette percée au Brésil, Premier Tech y travaillait depuis trois ans. Le Brésil est l'un des grands greniers de la planète. Le pays produit beaucoup de denrées alimentaires. 

«Nous cherchions la meilleure façon de s'y implanter, soit en ouvrant une usine, soit en concluant un partenariat, soit en réalisant une acquisition», énumère M. Bélanger. Et puisque Premier Tech s'y connaît en matière d'acquisitions - la compagnie en a réalisé 20 depuis 2008 -, c'est par cette porte qu'elle fera son entrée au Brésil.

Si ce pays est ouvert aux investissements étrangers, il fait la vie dure aux compagnies qui exportent leurs produits à l'intérieur de ses frontières en imposant des barrières tarifaires. «Du statut d'exportateur, nous passons à celui de manufacturier local» explique Jean Bélanger. «Plusieurs de nos clients américains et européens sont déjà installés au Brésil. Si nous voulions les accompagner dans leurs processus d'automatisation et d'amélioration de leur performance, il fallait que nous devenions un manufacturier local.» 

3000 employés

Avec cette acquisition, Premier Tech compte maintenant 3000 employés dont 900 sont en poste à Rivière-du-Loup. Son personnel est réparti dans 23 pays.

Fondée en 1923, l'entreprise connaît une poussée irrésistible depuis un quart de siècle avec une croissance annuelle moyenne de 11,5 % de son chiffre d'affaires, qui devrait atteindre entre 570 et 575 millions $ en 2015, puis plus de 600 millions $ en 2016. L'entreprise a pris l'habitude de doubler plus ou moins sa taille aux cinq ans.

Aujourd'hui, Premier Tech, ce n'est plus qu'un simple producteur de tourbe de mousse de sphaigne, bien que sa division Horticulture et Agriculture représente la moitié du chiffre d'affaires de la compagnie. Premier Tech développe des produits (engrais, terreaux de plantation, etc.) destinés aux marchés professionnels et de détail sous des marques connues des consommateurs comme C-I-L, Wilson, Plant Prod ou Pro-Mix.

«Nous avons toujours conçu et fabriqué nos équipements. Un jour, nous nous sommes rendu compte que nos compétiteurs nous copiaient. Tant qu'à se faire copier, nous avons décidé que nous allions leur vendre nos technologies», raconte Jean Bélanger. 

C'est ainsi que Premier Tech, sous l'impulsion de Bernard Bélanger (le père de Jean), a amorcé sa diversification à partir de sa ressource principale - la tourbe - de ses connaissances et de ses compétences.

Deux divisions ont vu le jour : celle vouée au développement, à la fabrication et à la commercialisation d'équipements industriels de haute technologie pour l'emballage, le recyclage et le traitement de grande variété de matières organiques et non organiques, puis une autre qui met en marché des solutions d'assainissement des eaux respectueuses de l'environnement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer