Crise de l'industrie forestière: manifestation à Baie-Comeau

Quelque 400 personnes ont répondu lundi midi à... (Collaboration spéciale Steeve Paradis)

Agrandir

Quelque 400 personnes ont répondu lundi midi à l'appel du comité de la crise forestière sur la Côte-Nord et se sont réunies au coin d'artères achalandées de Baie-Comeau.

Collaboration spéciale Steeve Paradis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Environ 400 personnes ont répondu lundi midi à l'appel du comité de la crise forestière sur la Côte-Nord et se sont réunis près d'un secteur achalandé à Baie-Comeau afin de manifester leur appui à la survie de l'industrie forestière dans la région.

De plus, un peu moins d'une centaine d'entreprises ont entériné le mot d'ordre de la Chambre de commerce de Manicouagan de fermer leurs portes entre 12h et 13h lundi afin de donner une idée de ce qui attend la région si Produits forestiers Résolu en vient à fermer son usine de papier journal de Baie-Comeau. En Haute-Côte-Nord, le même genre de manifestation était aussi organisé à l'invitation de la scierie Boisaco, qui a aussi fermé ses portes pour une heure.

On se souviendra qu'il y a deux mois, Résolu avait signifié son intention de fermer deux des trois machines de son usine pour une période indéterminée. La compagnie estime payer beaucoup trop cher pour obtenir les copeaux nécessaires à la fabrication du papier et déplore que l'approvisionnement n'est pas constant. La première machine a cessé d'opérer à 22h dimanche et l'autre fera de même le 12 décembre, laissant en jeu une centaine d'emplois.

Résolu négocie présentement avec Québec pour régler la question du coût de la fibre. La compagnie souhaite aussi une aide spéciale afin de récolter le bois touché par l'épidémie de tordeuse de bourgeons de l'épinette. Les syndiqués demeurent optimistes sur la conclusion des négociations, mais ils sont prêts à aller plus loin si ce n'est pas le cas.

«Si on n'a pas satisfaction, ce n'est pas une manifestation dans un stationnement que ça va prendre, ça va être des gestes spectaculaires», a prévenu le conseiller régional de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Bertrand Méthot. Quelques instants plus tard, les manifestants prenaient d'assaut le coin Laflèche et De Bretagne afin de remettre des tracts aux automobilistes.

«Le gouvernement ne peut pas continuer à laisser les régions seules à elles-mêmes. Il démantèle les programmes et laisse partir les jobs», a lancé à la foule le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, de passage à Baie-Comeau. Le dirigeant a aussi rappelé que dans les circonstances, la survie même de la papetière et de ses 300 emplois est sur le fil.

«Si le gouvernement ne s'entend pas avec Résolu, la compagnie peut très bien fermer l'usine. Elle nous l'a démontré dans le passé, ça ne la dérange pas trop trop», a-t-il ajouté en entrevue.

Quant au directeur général adjoint du syndicat Unifor, Renaud Gagné, il a souligné que la crise forestière est la pire des 50 dernières années au Québec et a soutenu que les travailleurs sont encore «pris en otages» entre les compagnies et le gouvernement. «C'est inacceptable que les négociations piétinent. On se sert de nous pour mettre de la pression», a-t-il jugé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer