Gaz naturel liquéfié: Pétrolia veut fournir la Côte-Nord

Le président-directeur général de la société pétrolière québécoise... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le président-directeur général de la société pétrolière québécoise Pétrolia, Alexandre Gagnon

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Au tour de Pétrolia de vouloir fournir la Côte-Nord en gaz naturel liquéfié (GNL), avec une usine de liquéfaction en Gaspésie. La commercialisation du gaz naturel est en fait nécessaire à une exploitation rentable du projet Bourque, près de Murdochville, où Pétrolia compte éventuellement produire du pétrole. Et tant qu'à vendre un produit, aussi bien trouver le marché le plus près possible.

«C'est important de trouver un client pour valoriser le gaz naturel [du projet Bourque]. On ne peut pas seulement le brûler», a lancé le président-directeur général de l'entreprise, Alexandre Gagnon, après sa présentation devant une vingtaine de membres de la Chambre de commerce de Manicouagan.

«Donc, on veut trouver un débouché au gaz naturel pour produire le pétrole du projet Bourque. Si on ne peut pas l'apporter sur la Côte-Nord, il restera à nous tourner vers les marchés d'exportation», ajoute M. Gagnon, qui parle de début 2017 pour démarrer une éventuelle production.

Dans l'état actuel du projet, Pétrolia cherche à s'entendre avec un partenaire pour le transport par bateau du gaz naturel, qui serait vraisemblablement liquéfié sur une barge. On en saura peut-être plus long aujourd'hui alors que Pétrolia prendra part à Sept-Îles à une annonce de la compagnie Tugliq Énergie, spécialisée dans l'approvisionnement énergétique de proximité pour le Grand Nord. Tugliq a déjà en marche un projet d'une usine flottante de liquéfaction.

Destinations envisagées

Selon M. Gagnon, qui croit que ce projet peut à la fois s'inscrire dans la Stratégie maritime du Québec et le Plan Nord, trois destinations sont envisagées pour le gazoduc qui partirait du secteur Bourque. Il s'agit, dans l'ordre, de Port-Daniel, de Grande-Vallée ou de Gaspé. Le gaz serait liquéfié au bout du gazoduc, qui serait construit par Gaz Métro, avant d'être expédié par navire de l'autre côté du fleuve.

Le pdg de Pétrolia estime à six milliards de pieds cubes par année le minimum de demande pour le GNL sur la Côte-Nord avant de lancer ce transport par navire. À terme, cette demande devra grimper à 20 milliards de pieds cubes pour assurer la rentabilité à long terme. 

Seulement avec les installations d'ArcelorMittal à Port-Cartier et les deux chemins de fer qui montent vers le Nord, Alexandre Gagnon évalue les besoins à 18 milliards de pieds cubes. À lui seul, le projet Bourque pourrait produire plus de 1000 milliards de pieds cubes de gaz naturel, soit cinq fois la consommation annuelle de l'ensemble du Québec, selon l'entreprise.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer