Chantier naval à Gaspé: un contrat de 6 millions $ pour des Écossais

Avec ses 32 mètres, le Dual Venture est... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Avec ses 32 mètres, le Dual Venture est le plus grand navire de pêche jamais bâti au Chantier naval Forillon.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Le Chantier naval Forillon, de Gaspé, construit son plus grand navire de pêche à vie, un senneur de 105 pieds (32 mètres) destiné à la pêche au hareng. Au cours de la dernière année, les employés ont aussi terminé leur cinquième traversier, fruit d'une diversification de l'entreprise.

Le bateau de pêche, baptisé Dual Venture, est une commande de 6 millions $ de Lunar Fishing New Brunswick Inc., une association entre une firme de l'Écosse et une firme de la Nouvelle-Écosse.

«C'est le plus gros navire de pêche qu'on ait fait jusqu'ici, et aussi le premier senneur», indique Jean-David Samuel, directeur des opérations du chantier naval Forillon.

Le senneur dispose d'un espace à l'arrière pour un plus petit bateau, qui sera largué pour maintenir sur place une extrémité de la senne (le filet) pendant que le navire la déploie en cercle. Le hareng, sorti de l'eau grâce à une «pompe à poisson», aboutira dans la cale où circulera de l'eau réfrigérée.

Une trentaine d'ouvriers travaillent sur le Dual Venture, qui doit être livré en avril 2015. L'entreprise compte au total près de 50 employés, dont une partie s'affaire à de la réparation navale ou dans les bureaux.

Le dernier navire de pêche bâti au chantier datait de 2009, indique le propriétaire, Robert Côté. «Depuis 2006, on cherche d'autres marchés parce que dans les pêches, il y a eu un drop. [...] On a été proactifs [pour diversifier]. On a un noyau super qualifié qui nous permet de nous présenter à plein de clients avec des projets clé en main [du design à la construction]. C'est notre force.»

En juin dernier, le chantier a mis à l'eau son cinquième traversier, le M. Bourbonnais VII. Le navire de

30 mètres, un contrat de 2,5 millions$, est la propriété des Traversiers Bourbonnais, qui s'en servent pour la desserte Masson-Cumberland sur la rivière des Outaouais. Il peut contenir 67 passagers et 15 voitures.

«Au début de l'été, on a aussi livré deux remorqueurs à McNally Construction, un contrat de 1,2 million pour les deux», ajoute Jean-David Samuel.

«De bonnes années»

Les ouvriers du chantier commenceront cet hiver un autre navire de pêche pour un client de Terre-Neuve. Le navire d'environ 90 pieds (27 mètres) sera destiné à la pêche à la crevette et au crabe des neiges.

«On est aussi en train de s'entendre avec un client pour deux ou trois petits remorqueurs. On a de la job, mais pas à pleine capacité, jusqu'au printemps 2016», dit Robert Côté.

Le chantier vit «de bonnes années», estime son propriétaire, mais peine à trouver de la main-d'oeuvre. «On manque de gens qualifiés dans tous les postes, y compris des journaliers», dit-il. Cette pénurie freine les élans du chantier, en l'obligeant à décaler les projets dans le temps.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer