La Romaine: la fin devancée d'un chantier

Le site où seront construit la centrale, le... (Photo fournie par Hydro-Québec)

Agrandir

Le site où seront construit la centrale, le barrage et l'évacuateur de crues de Romaine-3.

Photo fournie par Hydro-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Un peu plus de cinq ans après le début du chantier, le complexe hydroélectrique de la rivière Romaine produira ses premiers mégawatts dans quelques semaines, dans les temps prévus. En fait, les travaux se déroulent à un rythme tel qu'Hydro-Québec se permet d'envisager de devancer la fin des travaux, prévus en 2020.

«De projet en projet, de contrat en contrat, on apprend et on devient meilleur. On regarde pour faire Romaine-4 (début des travaux en 2016) encore plus vite que les autres en recherchant des façons de faire pour y arriver», a signalé la responsable des communications du chantier, Marthe Nadeau, qui espère un échéancier devancé de trois, voire de six mois. «On tente d'optimiser tout, des méthodes de travail aux matériaux. C'est ça qui fait gagner du temps.»

La porte-parole ajoute «qu'entre le début de Romaine-2 et celui de Romaine-4, on va avoir nettement progressé». Cette progression s'exprime notamment dans la construction de barrages et de digues avec noyau asphaltique, une technologie éprouvée en Europe, mais toute récente en Amérique du Nord. Hydro-Québec a d'ailleurs érigé à la Romaine-2 le plus grand aménagement du genre au monde.

En production avant 2015

À Romaine-2, plus grande installation des quatre, tout s'est déroulé dans les temps. Le réservoir est rempli à près de 90 % et la centrale est en essais de mise en route, qui se poursuivront encore quelques semaines avant de démarrer officiellement la production de640 mégawatts, qui sera pour l'instant destinée aux marchés hors Québec. Sans préciser de date, Mme Nadeau soutient que «c'est sûr que ça démarre pour de bon en 2014».

Le chantier de la Romaine-1 est aujourd'hui complété à 70 %. Le barrage devrait être terminé avant la fin de l'année et la centrale de 270 mégawatts devrait être en service à la fin 2015, un peu plus tôt que prévu à l'origine. «À Romaine-1, le défi est de ramener de 16 à 12 mois les travaux d'installation des deux groupes turbine-alternateur, a indiqué la porte-parole. C'est possible notamment grâce au préassemblage en usine de certains éléments.» De plus, comme il s'agit d'une centrale au fil de l'eau contrairement aux trois autres, la mise en eau de l'installation sera très courte.

Pour ce qui est de la Romaine-3, dont la mise en service est prévue pour 2017, on est encore dans l'excavation et le déplacement de milliers de tonnes de roc, avec un échéancier complété à 35 %. Des travailleurs sont actuellement affectés à nettoyer à fond le lit de la rivière, qui comporte un sillon de 10 mètres de profondeur, avant d'amorcer l'érection du barrage. Dans ce secteur, la dérivation de la rivière vient d'être complétée et on construit les batardeaux amont et aval pour se protéger de la crue printanière. «On a également démarré les travaux sur le site de la centrale et à la galerie d'amenée. Il va rester à octroyer les contrats pour la construction de la centrale ainsi que pour le bétonnage de la prise d'eau et l'évacuateur de crues», a enchaîné la porte-parole d'Hydro-Québec.

Lancement de la phase 4

En ce qui a trait à Romaine-4, environ une soixantaine de travailleurs se trouvent actuellement sur ce territoire afin d'exécuter les travaux préparatoires, comme la géologie du terrain, avant le lancement du chantier.

Et qu'en est-il du budget de ce mégachantier? Sera-t-il respecté? Selon Marthe Nadeau, il n'y a aucune raison d'en douter. «Si tu rentres dans ton échéancier, t'as de bonnes chances de rentrer dans ton budget», a-t-elle lancé.

****

Le complexe hydroélectrique en quelques chiffres

1550
Production totale en mégawatts des quatre centrales
1800
Travailleurs présentement sur le chantier (dont 44 % de la Côte-Nord)
279
Kilomètres carrés de superficie totale des quatre réservoirs

496 kilomètres de nouvelles lignes

Le chantier de la Romaine, ce n'est pas seulement des ouvrages imposants, c'est aussi des centaines de kilomètres répartis dans deux nouvelles lignes de transport d'énergie, 496 kilomètres pour être précis. La partie la plus longue, soit le tronçon de 267 kilomètres entre Romaine-2 et le poste Arnaud, près de Sept-Îles, est déjà complétée et s'apprête à recevoir les premiers mégawatts de la centrale Romaine-2.

Quant à la seconde ligne, d'une longueur d'environ 200 kilomètres, elle reliera Romaine-3 et Romaine-4 au poste des Montagnais, au nord de Sept-Îles. Le déboisement de cette ligne est en voie d'être complété et la nouvelle infrastructure sera prête en 2017, à temps pour le début de la production de Romaine-3.

Pour ce qui est de la partie entre Romaine-1 et Romaine-2, la ligne va être érigée au cours de l'hiver qui vient, a souligné Marthe Nadeau. Romaine-1 sera donc relié à l'ensemble du réseau québécois quand la centrale donnera ses premiers tours de turbine, fin 2015.

Évidemment, ces lignes viennent avec la construction de postes de départ à côté de chacune des quatre centrales. Des modifications ont aussi été apportées au poste Arnaud, du même genre de celles qui seront effectuées au poste des Montagnais.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer