Pétrolia veut forer à Gaspé en janvier

La foreuse louée par Pétrolia est immobilisée depuis... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

La foreuse louée par Pétrolia est immobilisée depuis janvier  sur le site de Haldimand n° 4, à Gaspé.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) Pétrolia veut entreprendre en janvier le forage de Haldimand n° 4, à Gaspé, mais le gouvernement préférerait que la firme attende au printemps, le temps de recevoir les résultats de l'étude hydrogéologique commandée cet été par Québec. Quant à Gaspé et Pétrolia, ils ont convenu de repousser leur différend judiciaire après les Fêtes.

Québec livre un «bras de fer» à Pétrolia pour convaincre la firme de patienter, a expliqué au Soleil le ministre délégué aux Régions et député de Gaspé, Gaétan Lelièvre. Même si Pétrolia estime avoir des droits acquis, elle sera «moralement» liée aux résultats de l'étude en cours, qui évaluera les risques environnementaux du forage, ajoute M. Lelièvre.

Pétrolia et la Ville de Gaspé s'accordent à reporter le procès intenté par la firme pour faire invalider un règlement municipal sur l'eau potable. Pétrolia avait déposé sa requête en Cour supérieure en avril, parce que le règlement de Gaspé a pour effet d'interdire le forage de Haldimand n° 4, d'abord prévu en janvier 2013.

Ce report permettra «d'entreprendre des discussions» pour trouver «une solution au différend» qui oppose Pétrolia et la Ville et «éventuellement reprendre ses activités sur le projet Haldimand», a déclaré Pétrolia par communiqué.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, confirme le report, mais l'explique autrement. «C'est pour laisser la chance au gouvernement du Québec de déposer son règlement sur l'eau potable. Oui, il faut avoir des discussions avec Pétrolia, mais la solution est entre les mains de Québec. S'il y a du fine tuning à faire, on verra après.»

Le règlement provincial, qui se fait toujours attendre, supplantera celui de Gaspé et d'environ 70 autres municipalités québécoises qui ont adopté un texte semblable.

Les relations entre Myron Tétreault, qui a succédé à André Proulx à la présidence de Pétrolia en septembre, et le nouveau maire Daniel Côté, sont cordiales, selon ce dernier. Myron Tétreault n'a pas répondu à nos demandes d'entrevue.

Coalition d'opposants

Pendant ce temps, les opposants au pétrole à Gaspé se sont alliés à une coalition d'opposants au gaz de schiste du sud du Québec pour demander un moratoire sur le développement des hydrocarbures dans tout le Québec.

«On peut faire peser la force du nombre et celle de nos contacts politiques», a déclaré Jacques Tétreault, le coordonnateur du Regroupement interrégional gaz de schiste de la vallée du Saint-Laurent, récemment de passage à Gaspé.

Le comité Ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé compte 350 membres; le Regroupement rassemble 117 comités de citoyens. Ces groupes craignent les effets sur l'environnement et la santé de la fracturation, une méthode que Pétrolia n'a jamais exclue pour son projet Haldimand.

Haldimand n° 4, pour lequel Pétrolia détient un permis de forer du ministère des Ressources naturelles, serait situé à 350 mètres de résidences et à 800 mètres du puits artésien le plus proche.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer