Une bière brassée sur feu de bois

Martin Desautels, copropriétaire de la microbrasserie Tête d'Allumette... (Collaboration spéciale, Marc Larouche)

Agrandir

Martin Desautels, copropriétaire de la microbrasserie Tête d'Allumette de Saint-André-de-Kamouraska

Collaboration spéciale, Marc Larouche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Larouche

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Saint-André-de-Kamouraska) Jeudi, 21h30, quelque part entre Saint-André et Kamouraska au Bas-Saint-Laurent. Les rues sont calmes. Tout à coup, au milieu de nulle part, des lumières laissent voir une grande maison avec du monde, beaucoup de monde. Depuis son ouverture, la microbrasserie Tête d'Allumette ne dérougit pas!

«Nous sommes très contents. Les gens nous ont vite adoptés», raconte Martin Desautels, copropriétaire avec sa conjointe Élodie Fortin. Le couple est connu pour avoir été de l'aventure de La Camarine, un restaurant de Kamouraska offrant des produits régionaux et géré en formule coopérative. Un incendie l'a détruit en 2009.

Déjà, à cette époque, Martin y brassait sa P'tite Lévesque. «J'ai développé la recette lentement, dans mon sous-sol», dit-il. Après un voyage brassicole autour du monde avec son ami maître brasseur Jean-Sébastien Bernier de la microbrasserie À l'abri de la Tempête aux Îles-de-la-Madeleine, Martin a découvert en Belgique une entreprise qui brassait sur feu de bois. Le sort en était jeté.

Solution Novika de La Pocatière a mis deux ans à concevoir une cuve adaptée et assez épaisse pour être chauffée sur feu de bois. «Les parois sont en contact direct avec le feu et deviennent rapidement très chaudes. Les vortex de chaleur créés concentreront les saveurs et caraméliseront le grain, ce qui donnera une bière un peu plus sucrée», dit-il. Que goûte cette merveille sur feu de bois? Les clients ne le découvriront que cet automne, permis oblige. Actuellement, la P'tite Lévesque est brassée aux Îles-de-la-Madeleine.

Les boiseries sont reines dans cette immense maison bicentenaire pour laquelle le couple a eu le coup de foudre. Ils y ont fait construire une terrasse «avec du fleuve sur 200 degrés». Dans un coin, une dizaine de violonistes, un guitariste et un contrebassiste s'exécutent. Le traditionnel est à l'honneur. «Il y a des amis de Québec, mais aussi des gens du voisinage qui ont apporté leur instrument», poursuit Martin. Ce cachet, c'est en plein celui qu'il désire donner à Tête d'Allumette: un endroit festif que les clients s'approprient.

Un «cachet unique»

En attendant de brasser ses bières, Tête d'Allumette offre des bières brassées aux Îles-de-la-Madeleine en plus de divers mets régionaux, dont des poissons fumés avec salicorne de mer, des feuilletés aux épinards et des Pogos, composés d'un saucisson biologique du Fou du Cochon de La Pocatière entouré d'une pâte à la bière maison.

«Notre cachet est unique, en pleine nature, il n'y a aucun voisin. Nous sommes 100% Kamouraska», conclut Martin, précisant que l'objectif est d'embouteiller et de vendre leurs bières. «Nous voulons créer quelques emplois à l'année. Nous comptons beaucoup sur la clientèle locale.» Pour l'instant, elle est là, et nombreuse.

Et «swing» la compagnie!

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer