Pétrolia à Gaspé: le bras de fer se poursuit

La foreuse de Pétrolia est installée sur le... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

La foreuse de Pétrolia est installée sur le site du futur forage Haldimand n° 4, à Gaspé.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partager

Geneviève Gélinas, collaboration spéciale
Le Soleil

(Gaspé) S'il le faut, Gaspé fera valoir en cour son règlement sur l'eau potable, qui a pour effet d'interdire à Pétrolia de forer le puits Haldimand n° 4. Et la bataille promet de faire des vagues dans tout le Québec, d'où fusent déjà des réactions.

Le conseil municipal de Gaspé a adopté un règlement qui interdit d'introduire dans le sol «par forage ou par tout autre procédé [...] toute substance susceptible d'altérer la qualité de l'eau souterraine ou de surface servant à la consommation humaine ou animale».

Cette interdiction s'applique dans un rayon de 10 kilomètres de tout lieu de puisement d'eau de surface de la municipalité.

Or, le futur puits Haldimand n° 4 est situé à six kilomètres de la prise d'eau potable qui approvisionne le centre-ville de Gaspé. Les fluides utilisés pour le forage contiendront des additifs chimiques en petite quantité, même si aucune fracturation n'est prévue pour l'instant.

Selon le maire François Roussy, la Ville a «l'obligation légale et morale» de protéger la santé et l'environnement de ses citoyens. La Loi sur les mines, qui encadre aussi les hydrocarbures, est «complètement désuète», dit-il, et les gouvernements provinciaux tardent à la modifier. Le maire dénonce aussi l'absence de «réponses adéquates» de Pétrolia depuis deux ans, notamment sur les produits contenus dans les boues de forage et sur l'éventuelle utilisation de la fracturation.

«On est en faveur du développement des hydrocarbures, affirme M. Roussy, mais dans un nouveau modèle qui protège l'environnement et l'eau potable, avec des contre-expertises indépendantes et des retombées locales.»

M. Roussy demande à la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, au ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, et au ministre responsable de la région, Gaétan Lelièvre, de venir à Gaspé pour discuter de ce nouveau modèle.

«Illégal»

«C'est un règlement illégal», affirme quant à lui le président de Pétrolia, André Proulx. Il refuse de dire si Pétrolia annulera son forage. La foreuse de Pétrolia est déjà installée et prête à forer.

La firme a aussi transmis aux médias les résultats d'un sondage Léger Marketing payé par Pétrolia, selon lequel 55 % des citoyens de Gaspé sont pour le projet de Haldimand (606 personnes sondées les 28 et 29 décembre).

La Loi sur l'aménagement et l'urbanisme interdit aux municipalités d'adopter tout règlement ou plan qui pourrait empêcher l'exploration ou l'exploitation des hydrocarbures.

Toutefois, la Loi sur les compétences municipales permet à Gaspé de légiférer en matière d'environnement, d'eau potable et de santé publique, fait valoir le conseil. Le règlement est tout à fait légal, croit le maire Roussy, et les contrevenants s'exposent à un recours judiciaire.

Le milieu des affaires québécois a réagi lundi au règlement. La Fédération des chambres de commerce du Québec demande au gouvernement Marois d'intervenir pour que Pétrolia puisse commencer à forer. L'entreprise s'est conformée aux exigences environnementales et a obtenu son permis du ministère des Ressources naturelles, fait valoir l'organisme.

Le Conseil du patronat dénonce les décisions prises «à la pièce» comme celle de la Ville de Gaspé, et incite Québec à se doter d'une politique d'ensemble pour développer ses ressources naturelles.

Manifestations

Une centaine de citoyens d'opinions diverses, mais en majorité contre le règlement, se pressaient aux portes de l'hôtel de ville de Gaspé pendant la conférence de presse de lundi. «On est en colère. On a une industrie qui veut se développer chez nous, c'est des jobs», a lancé David McCallum, le porte-parole du groupe, qui est aussi actionnaire et administrateur de Pétrolia. Quant aux citoyens qui soutiennent le règlement, ils étaient 140 à marcher vers l'hôtel de ville lundi soir au moment d'écrire ces lignes.

Résultats encourageants

Pétrolia a choisi la journée de lundi pour faire connaître les résultats d'analyses de carottes de forage prélevées dans la formation des shales de Macasty sur l'île d'Anticosti. «Ces nouveaux résultats, supérieurs à ceux utilisés antérieurement dans le calcul des ressources, conduisent à une révision de ces estimations, a fait savoir la firme par voie de communiqué. Les résultats des hydrocarbures présents dans la roche indiquent un potentiel très positif pour la production d'hydrocarbures dans la formation de Macasty», poursuit Pétrolia. Les carottes proviennent des sondages Princeton Lake et Highcliff réalisés par Pétrolia et Corridor Resources à l'automne 2012. Pétrolia et Corridor Resources possèdent les droits sur 6000 kilomètres carrés à l'île d'Anticosti.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer