Aérodrome de Neuville: une coïncidence qui fait réagir

Le porte-parole du comité de citoyens contre l'aéroport... (Photo collaboration spéciale Johanne Martin)

Agrandir

Le porte-parole du comité de citoyens contre l'aéroport de Neuville, Robert Jasmin

Photo collaboration spéciale Johanne Martin

Johanne Martin, collaboration spéciale
Le Soleil

(Neuville) S'il demeure sur les terrains de l'Aéroport international Jean-Lesage, le club de vol de loisir Les Ailes Québécoises devra assumer une hausse de loyer de près de 73 % dès la fin de son bail, en 2013. Une mauvaise nouvelle que les membres du club ont reçue au même moment que le détail d'une offre plutôt alléchante déposée par les promoteurs de l'aérodrome de Neuville.

«On trouve très étrange que les membres du club reçoivent les propositions de l'aéroport de Québec et de celui de Neuville à peu près en même temps, la première étant inintéressante et l'autre, présentée comme étant très avantageuse», se questionne le porte-parole du comité de citoyens contre l'aéroport de Neuville, Robert Jasmin, invité à commenter des documents dont Le Soleil a obtenu copie.

Les documents en question sont ceux qui ont été transmis en prévision de l'assemblée générale annuelle des Ailes Québécoises, qui aura lieu mardi. Au cours de cette réunion, les membres seront appelés à ratifier la résolution du conseil d'administration du club qui confirme son intention d'accepter la proposition de l'aéroport de Neuville.

«On sait que le dossier suscite une forte division chez les propriétaires de petits avions. Des gens qui appartiennent au groupe d'aviateurs ont communiqué avec le comité de citoyens pour lui faire part de la vive opposition que soulève la prise de position du conseil d'administration des Ailes Québécoises chez plusieurs membres», indique M. Jasmin.

Le porte-parole des citoyens contre l'aéroport de Neuville s'insurge aussi contre l'un des énoncés de l'offre soumise par les promoteurs de l'aérodrome et qui suggère «les faibles coûts des taxes municipales», une donnée qui n'est pas connue, puisque la Ville de Neuville n'a pas encore déterminé le taux de taxation qui s'appliquera.

«À cela s'ajoute la possibilité que les utilisateurs de la piste se voient imposer une taxe sur la nuisance sonore, taxe qui sera prélevée à chaque décollage et atterrissage d'un aéronef», reprend Robert Jasmin, qui rappelle qu'à sa séance régulière de lundi dernier, le conseil municipal s'est engagé à étudier la question.

Des interventions auprès de ministres québécois et de la Fédération québécoise des municipalités en vue de les sensibiliser à la portée du jugement de la Cour suprême d'octobre 2010 ont par ailleurs été faites cette semaine «parce que ce qui arrive à Neuville peut survenir n'importe où. Le dossier n'est pas seulement local, il est également d'envergure nationale», termine M. Jasmin.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer