Rivière Trois-Pistoles: le projet de barrage rallie 81 % des sondés

Agrandir

Simulation visuelle montrant l'intégration de la petite centrale projetée par la MRC des Basques le long de la rivière Trois-Pistoles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Larouche
Le Soleil

(Trois-Pistoles) Le projet de petite centrale hydroélectrique sur la rivière Trois-Pistoles n'est pas mort, bien au contraire. Un sondage scientifique mené par Léger Marketing dans la région et commandé par la MRC des Basques, a révélé que 81 % des sondés étaient en faveur de la réalisation de ce projet, maintenant 100 % public.

«Le sondage a été mené auprès de 1030 répondants, tous de la MRC des Basques, sur une possibilité de 8300 électeurs. Comparativement aux sondages menés à l'échelle de la province où l'échantillonnage peut être de 750 personnes sur cinq millions, nous pouvons affirmer que la grande majorité est en faveur de notre projet, puisqu'en excluant les 14 % d'indécis, le sondage précise que 81 % des répondants se disent d'accord avec la réalisation de notre projet, alors que 19 % sont en désaccord», affirme le préfet des Basques, Bertin Denis.

Le projet ne date pas d'hier. Au départ, il devait être public à 51 % et privé à 49 %. En 2004, malgré un référendum remporté par le Oui à 60 %, les pressions des opposants et le moratoire gouvernemental concernant les petites centrales ont eu raison du promoteur privé, Grade Trois-Pistoles, dirigé par Jean-Marc Carpentier. La MRC a décidé depuis de relancer le projet et le mener seule.

«Aujourd'hui, c'est un projet 100% public, qui appartiendrait entièrement à la collectivité. Je crois que c'est ce qui explique

les résultats obtenus», poursuit M. Denis, ajoutant que ce projet constitue un levier économique important pour la région.

«Nous avons évalué les résultats les plus pessimistes, et la moyenne annuelle des revenus sur les 25 ans de l'hypothèque serait de 600 000 $, dont 350 000 $ la première année. C'est un revenu net, après avoir remboursé l'emprunt et les intérêts», dit le préfet de l'une des MRC les plus pauvres du Québec.

Présentation à Hydro-Québec

Le projet de centrale au fil de l'eau sera présenté en février à Hydro-Québec, relativement à l'appel d'offres lancé cet été par la société d'État. «Le sondage a d'ailleurs été commandé pour répondre à une exigence d'Hydro, voulant que tout promoteur devait prouver l'acceptabilité sociale de son projet. Le référendum datait déjà de cinq ans, et la firme de sondage choisie est très crédible.»

Si le projet total, qui frise les 8 millions $ est accepté, il sera soumis à la population. Un autre référendum pourrait alors avoir lieu. La centrale doit produire 3,7 MW d'électricité annuellement, qui serait vendue à Hydro-Québec.

À ceux qui affirment que la centrale dévisagerait la rivière, M. Denis répond que c'est une question d'opinion. «La centrale sera calée entre deux crans rocheux et on ne verra le barrage que très peu. Non seulement les pêcheurs ne perdront pas leur rivière, mais il y aura en plus un beau grand lac derrière le barrage, ou la faune aquatique pourra se développer», conclut le préfet Denis.

Les intéressés peuvent s'informer du projet de la MRC sur le site www.mrcdesbasques.com/energie.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer