Deux éoliennes seront mises à rude épreuve

Au moment de la visite du Soleil sur... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Au moment de la visite du Soleil sur les lieux, les travailleurs de RES Canada s'affairaient à fixer une section de tour sur la base d'une des deux éoliennes. 

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

 

Geneviève Gélinas, collaboration spéciale
Le Soleil

(Rivière-au-Renard) Le TechnoCentre éolien construit deux éoliennes REpower à Rivière-au-Renard, un projet de 10 millions $. Les éoliennes, érigées sur l'emplacement du défunt Parc éolien du Renard, serviront à tester les éoliennes en climat froid.

Depuis quelques jours, les Renardois voient circuler des convois de composantes d'éoliennes sur leurs routes. Il s'agit des modèles de deux mégawatts (MW) de REpower, débarquées au quai de Matane en août. L'entrepreneur RES Canada a entamé les travaux de construction il y a trois semaines, pour le compte du TechnoCentre. Au moment de la visite du Soleil sur les lieux, les travailleurs de RES Canada s'affairaient à fixer la première section de tour d'une des éoliennes. Ils espéraient avoir terminé la con­s­truction d'ici Noël. Le propriétaire du parc, le TechnoCentre éolien, refuse toute demande d'entrevue, sans en spécifier la raison.

Son projet, baptisé Site nordique expérimental en éolien Corus, servira à tester les éoliennes dans des conditions rigoureuses, soit le mandat du Centre de recherche Corus (une entité du TechnoCentre), basé à Murdochville. Une cinquantaine d'étudiants du Cégep de la Gaspésie et des Îles et du groupe Collegia auront accès aux éoliennes REpower pour leur formation (dont Maintenance d'éoliennes), se réjouit le professeur Christian Babin. «Les éoliennes vont être disponibles pour le Collège, pour qu'on puisse monter dans la nacelle. Elles vont aussi être disponibles pour les entreprises qui veulent faire des tests, des essais sur le givre dans un climat froid, par exemple.»

Les deux éoliennes sont érigées en terre publique, à 300 mètres d'altitude, 175 mètres derrière les trois modèles Jeumont construits en 2003 au même emplacement. Ces dernières seront démantelées, indique le TechnoCentre dans sa demande de permis à la Ville de Gaspé. Le TechnoCentre souhaite vendre l'électricité produite à Hydro-Québec, ce qui permettrait de rentabiliser l'investissement en tout ou en partie. L'entretien des éoliennes fournira de l'emploi à deux personnes.

Une histoire qui finit mal

En 2003, le Groupement éolien québécois (GEQ) inaugurait à Rivière-au-Renard trois éoliennes de 750 kilowatts de la française Jeumont. Le Parc éolien Renard devait servir à adapter la technologie avant de passer au stade commercial.

«Jeumont est la firme la mieux placée pour devenir, avec le GEQ, le premier turbinier au Canada», affirmait alors Évangéliste Bourdages, du groupe Ohmega, un des membres du GEQ.

Québec et Ottawa ont mis 4 millions $ dans le projet, qui totalisait 7 millions $. La technologie Jeumont s'est finalement révélée peu fiable; les éoliennes ne produisent plus depuis 2007.

En 2005, la firme française intentait contre le Parc éolien Renard une poursuite de 1,9 million $, le prêt consenti pour acheter les composantes et les transporter. Depuis, trois des quatre membres du GEQ se sont départis de leurs parts au profit de François Arsenault, président de Fabrication Delta, firme membre du GEQ.

Les éoliennes Jeumont seront démantelées. M. Arsenault refuse de commenter.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer