Dans le jardin de SBI

Tous les jours, sur l'heure du midi ou... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Tous les jours, sur l'heure du midi ou à la fin des quarts de travail, il y a des dizaines d'employés de SBI qui font du yoga, du spinning ou de la course à pied, signale Jean-François Cantin, qui a pris les rênes de l'entreprise avec son frère Marc-Antoine.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dites-moi ce qu'une entreprise ne ferait pas pour simplifier la vie de ses employés?

Comme, par exemple, demander à des traiteurs de préparer et de livrer à l'usine, tous les jours de la semaine, des repas que les salariés pourront déguster sur place ou apporter à la maison.

Ou encore, négocier des prix de groupe avantageux auprès de fournisseurs de produits alimentaires, frais ou surgelés, qui seront acheminés au lieu de travail.

Ou encore commander des paniers de fruits et de légumes auprès de cultivateurs de la région.

Tout ça, sans que le travailleur ne sorte sa carte de débit, puisque les achats sont déduits automatiquement de sa paie. 

Et, pourquoi pas, aménager un jardin collectif où les travailleurs pourront faire pousser et récolter les légumes de leur choix qui seront ensuite offerts à l'ensemble des employés.

Maintenant, vous comprenez pourquoi SBI - Fabricant de poêles international est l'un des gagnants du Prix reconnaissance conciliation travail-famille décerné, la semaine dernière, par le ministère de la Famille et le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Son nom le dit, SBI conçoit, fabrique et commercialise des appareils de chauffage à combustibles solides. L'ancêtre de SBI, c'est F.X. Drolet, une compagnie fondée à Québec en 1875. 

En 1999, deux jeunes entrepreneurs, les frères Marc-Antoine et Jean-François Cantin, ont pris les guides de la compagnie. Ils ont fait passer le chiffre d'affaires de 5,5 millions à 45 millions $, notamment en procédant à neuf acquisitions au Canada, en Australie, au Brésil et aux États-Unis. Les poêles et les cheminées de la société de Saint-Augustin-de-Desmaures sont vendus un peu partout à travers le monde.

La philosophie des frangins est simple.

«Le coeur de notre compagnie, c'est notre main-d'oeuvre. Sans elle, pas de produit. Pas de produit, pas de client», expose Jean-François Cantin. 

«Aujourd'hui, pour les jeunes, il n'y a pas de dissociation entre la vie au travail et la vie à l'extérieur du travail. Ils nous ont forcés à réaliser que le boulot et la vie à l'extérieur de l'usine, c'est un tout. Ils recherchent des milieux de travail qui leur procureront une ambiance familiale.»

Et du temps pour s'occuper d'eux et de leurs proches.

Bouffe et sport

«Nous essayons de faire tout ce que nous pouvons faire pour réduire les contraintes liées à la conciliation travail-famille afin que nos employés puissent passer du temps de qualité avec leur petite famille», explique M. Cantin. 

Ça passe, notamment, par la bouffe livrée au travail. 

Ça passe, aussi, par l'entraînement et le bien-être physique des 200 employés.

«Nous possédons un gym. Des entraîneurs professionnels viennent superviser nos athlètes. Tous les jours, sur l'heure du midi ou à la fin des quarts de travail, il y a des dizaines d'employés qui font du yoga, du spinning ou de la course à pied.»

Les mesures mises en place font la différence, assure Jean-François Cantin. «Et si nous écoutions nos employés que nous consultons sur une base régulière, nous en ferions encore plus!»

En outre, le taux d'absentéisme est «extrêmement» bas.

Le taux de roulement, lui aussi, est peu élevé. 

«Lorsque nous nous comparons avec d'autres manufacturiers, le taux de roulement est souvent deux fois plus bas que la moyenne. Nous présumons que ce que nous faisons en matière de conciliation travail-famille - tout en offrant évidemment une rémunération compétitive - a un impact direct sur la rétention du personnel.»

L'entreprise fait aussi preuve d'ouverture dans la gestion des horaires. 

«Personne ne fait un plat si un collègue rentre plus tard un matin, car il a un rendez-vous quelque part. Nous savons tous qu'il reprendra ses heures à un moment donné.»

Jean-François Cantin avoue que c'est à la demande des employés que l'entreprise a déposé sa candidature pour le Prix reconnaissance conciliation travail-famille.

«Comme employeur, tu es toujours réticent à dévoiler la manière dont tu fais les choses. Tu crains que des concurrents viennent te chiper tes bonnes pratiques en matière de gestion des ressources humaines. Nos travailleurs nous ont dit que nous n'étions pas un employeur comme les autres et que nous aurions intérêt à nous mettre un peu en vedette. Ce prix, je le reconnais, va nous apporter de la visibilité. Ça va nous aider à recruter des talents, car nous en avons besoin. Notre croissance ne s'arrêtera pas demain matin.»

***

Facilités de paiement

Jean-François Cantin, vice-président de SBI... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 3.0

Agrandir

Jean-François Cantin, vice-président de SBI

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

«Faute de temps, les travailleurs négligent trop souvent la gestion de leurs affaires personnelles. Testament. Assurances. Rapports d'impôts», constate Jean-François Cantin.

«Nous avons conclu des ententes avec un notaire et un assureur que nos employés peuvent consulter à leur guise, et ce, bien souvent à partir du lieu du travail, notamment dans le cas de l'assureur. Nous réfléchissons maintenant à l'idée de faire appel à un comptable au moment de la saison des impôts pour aider nos travailleurs à faire leurs déclarations de revenus. Il se déplacerait ici à l'usine.»

Non seulement SBI propose les services de spécialistes à ses travailleurs, mais l'entreprise met aussi de l'avant des facilités de paiement!

«Ce qui fait mal lorsque tu fais ton testament, c'est de débourser 800 $. Nous proposons donc à nos travailleurs de les financer en retenant une petite somme d'argent sur leur paie jusqu'à ce que la somme de 800 $ soit atteinte.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer