La grande séduction

Paber Aluminium est une entreprise familiale dans laquelle... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Paber Aluminium est une entreprise familiale dans laquelle règne une ambiance favorisant les bonnes relations de travail. À droite, les deux dirigeants de l'entreprise, Geneviève et Bryan Paris.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Votre employeur vous offre-t-il un gâteau et une carte humoristique personnalisée à votre anniversaire? Non!

Ne boudez plus votre plaisir et postulez chez Paber Aluminium, une entreprise de transformation de l'aluminium de Cap-Saint-Ignace, près de Montmagny.

Ça tombe bien, Paber affiche une douzaine de postes permanents à pourvoir immédiatement. Des mouleurs. Des couleurs. Des meuleurs. Des polisseurs. Des sableurs.

Il suffit d'avoir un peu d'endurance physique, une certaine dextérité manuelle et une bonne résistance à la chaleur.

Entreprise familiale - les rejetons Geneviève (36 ans) et Bryan (33 ans) Paris ont pris la relève de papa Luc Paris et de maman Diane Collin à la tête de l'actionnariat de la compagnie de 95 employés - Paber est emportée par un véritable tourbillon de croissance.

En un peu plus d'un an, son chiffre d'affaires est passé de 13 à 16 millions $ et la direction prévoit une progression de 30 à 35 % à court terme.

«Nous sommes en croissance et nos clients, aussi, sont en croissance», explique Geneviève Paris. «La pression est forte sur l'organisation afin que l'on puisse livrer la marchandise dans les délais qui conviennent à nos clients.»

Pour Paber, pas question de refuser des contrats malgré la difficulté de combler tous les postes. 

«Nous travaillons fort pour négocier les délais de livraison. Nous tentons, avec nos clients, de les étirer le plus possible», souligne la directrice générale en ajoutant que pour tenter de contourner le manque chronique de main-d'oeuvre, la PME avait recours de plus en plus à la robotisation de ses opérations.

L'entreprise est spécialisée dans le moulage d'aluminium de haute qualité pour des multinationales évoluant dans les transports, la défense et la sécurité ainsi que les équipements médicaux.

Les pièces qui sortent de chez Paber ne doivent présenter aucun défaut, aucune trace d'impureté. Pour la plupart, elles passeront sous l'oeil intransigeant d'un rayon X.

Offensive de recrutement

Paber mène actuellement une offensive de recrutement en recourant principalement à une campagne en ligne, à des interventions ciblées sur Facebook et aux interventions de ses employés auprès d'amis et de connaissances.

Pour trouver les perles rares, Paber ratisse large: de Lévis jusqu'à La Pocatière. «Se limiter à la région de Montmagny-L'Islet ne suffit pas. Toutes les entreprises manufacturières s'arrachent les candidats disponibles.»

Et rares sont les détenteurs d'un diplôme d'études professionnelles en fonderie. Les centres de formation de Trois-Rivières et de Saguenay n'en forment qu'une quinzaine par année. Un géant comme Rio Tinto en attire plusieurs.

«La voie la plus réaliste pour nous est la formation en entreprise», explique Geneviève Paré, qui ne mise pas trop sur le recrutement international. «Des délais trop longs pour faire venir des travailleurs sur une base temporaire seulement.»

Puisque les métiers de couleur ou de mouleur ne sont pas considérés en réelle pénurie, Paber ne peut recruter des candidats pour l'immigration permanente; seulement sur une base temporaire.

Gâteau, Halloween et jogging

Ses employés, nouveaux et anciens, Paber en prend soin.

«À la base, Paber est une entreprise familiale et nous nous efforçons d'entretenir la tradition en créant une saine ambiance de travail et en facilitant les bonnes relations entre les individus», indique Geneviève Paris.

Remettre un gâteau d'anniversaire, saluer les collègues croisés dans l'usine ou les bureaux, souligner l'arrivée d'un nouvel employé, organiser un party de Noël, se déguiser à l'Halloween, réunir des employés et leur famille, le dimanche matin, pour une séance de jogging dans les rues de Cap-Saint-Ignace, tout ça fait partie de la culture Paber.

«Des initiatives qui ne coûtent pas les yeux de la tête. Il suffit d'y mettre un peu d'énergie et de temps», signale la directrice générale.

Tout comme la fourniture de vêtements de travail, le suivi de l'intégration des nouveaux venus dans les équipes de travail et l'aide apportée à ceux et celles qui veulent améliorer leur sort dans l'organisation.

«Ça peut paraître bien anodin, tous ces petits gestes, mais ils peuvent faire la différence dans un marché de l'emploi qui permet aux travailleurs de choisir leur employeur. Si quelqu'un se sent apprécié, il va se sentir bien dans son milieu de travail», affirme Geneviève Paris.

Tous pour un

Plutôt que de faire grimper les enchères et d'utiliser des chasseurs de têtes pour voler les travailleurs du voisin, les employeurs de la région de Montmagny ont plutôt choisi de s'entraider.

Ensemble, de concert avec la MRC de Montmagny, ils se démènent pour aider les nouveaux travailleurs à s'établir dans leur coin de pays, notamment en essayant de trouver un gagne-pain au conjoint ou à la conjointe de celui ou celle qui vient de décrocher un boulot dans une entreprise de fabrication de la région ou encore en veillant à ce que l'intégration des enfants dans leur nouvelle école se passe en douceur.

Jusqu'à tout récemment, la région offrait un coup de pouce financier de 5000 $ pour inciter l'installation de travailleurs qualifiés ou le maintien de résidents dans les 14 municipalités du territoire afin de pourvoir les nombreux emplois disponibles dans le secteur manufacturier. Une nouvelle mouture de ce programme doit bientôt être rendue publique. 

«Nous nous entendons également sur une politique de partage de la main-d'oeuvre», fait remarquer Geneviève Paris, directrice générale de Paber Aluminium. «Lorsqu'une entreprise connaît une baisse de production, elle peut prêter sa main-d'oeuvre à une autre.»

Et lorsqu'un coup dur survient, les PME se serrent les coudes.

Récemment, l'un des principaux manufacturiers de Montmagny, Ressorts Liberté, a annoncé la suppression d'une quarantaine de postes.

«Désireuse de voir ses ex-travailleurs se dénicher un gagne-pain rapidement et consciente du besoin de main-d'oeuvre des autres PME de la région, la direction de Ressorts Liberté nous a permis de remettre aux personnes qui allaient perdre leur emploi toute l'information concernant les postes disponibles dans nos entreprises», expose Mme Paris.

«Cette collaboration fait en sorte qu'aujourd'hui, la plupart des ex-travailleurs de Ressorts Liberté ont pu retomber sur leurs pattes ou sont sur le point de le faire.»

Contactez-nous

Votre entreprise se fend en quatre pour attirer et retenir les employés? Elle a développé des stratégies toutes plus imaginatives les unes que les autres pour rendre ses employés heureux?

Faites-le-moi savoir en m'écrivant à gleduc@lesoleil.com.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer