Nicolas Bégin: Hit The Floor

Nicolas Bégin, fondateur et directeur... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Nicolas Bégin, fondateur et directeur

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Dossiers

Actualité

Dossiers

soleil affaires dossiers »

(Lévis) Enfant, Nicolas Bégin danse et économise ses sous.

Adolescent, il danse, encore, et enseigne à l'école de breakdance Studio Party Time de Québec.

Jeune homme précoce, il réalise des placements financiers. «À 15 ans, j'ai cotisé à mon premier régime enregistré d'épargne-retraite.»

À l'Université Laval, il termine un baccalauréat en administration des affaires.

Adulte, Nicolas Bégin ne danse presque plus, mais gère une entreprise, Hit The Floor, qu'il a pu mettre en orbite avec tous les dollars accumulés dans son bas de laine.

«La danse a toujours été ma passion», raconte celui connu sous le nom de scène B-boy Hero. «Par contre, je savais que ma formation en finance allait m'être utile un jour.»

Au cours de la dernière année de son baccalauréat, le jeune homme ébauche son plan d'affaires. Il veut organiser une compétition de danse multistyle.

Cependant, il doit mettre son projet sur la glace puisqu'il est choisi avec son groupe Blueprint Cru pour participer, à Toronto puis à Los Angeles, à deux populaires émissions de télévision mettant en vedette des danseurs pas piqués des vers, So You Think You Can Dance Canada (2009) et America' s Best Dance Crew (2010).

Entre les répétitions et les enregistrements, le spécialiste de la danse urbaine continue de peaufiner son plan d'affaires.

«Ma participation à ces deux émissions populaires m'a procuré une visibilité incroyable dans l'industrie de la danse au Canada et aux États-Unis. Mon réseau de contacts a littéralement explosé. Ç'a été un tremplin formidable pour Hit The Floor.»

Questions/réponses

Q Devenir entrepreneur, ça allait de soi pour vous?

«Ça m'a pris du temps à m'en rendre compte, mais j'ai toujours été un entrepreneur. Depuis mon jeune âge, j'ai toujours été un leader. Dans mon groupe de breakdance, c'est moi qui préparais les chorégraphies, qui planifiais les entraînements, les répétitions et les compétitions. Un jour, en plus de continuer d'organiser des compétitions de danse, j'aimerais gérer d'autres entreprises.»

Q Pourquoi être devenu un entrepreneur?

«Pour avoir la chance de changer les choses, d'aider les gens et de faire évoluer la danse. De permettre à des jeunes danseurs de progresser et d'en arriver éventuellement, comme moi, à gagner leur vie avec une activité qui les passionne.»

Q La conciliation entre le travail et la vie personnelle, ça se passe comment?

«Je suis père de deux petites filles et je m'assure de garder le meilleur équilibre possible entre le travail et la famille. Pour m'aider à maintenir cet équilibre et satisfaire mon besoin de solitude, je garde toujours une heure par jour pour moi. Tôt le matin avant huit heures. Je prends le temps de lire, de faire du sport.»

Q Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez dans votre vie d'entrepreneur?

«Sans aucun doute la gestion du stress. Veux, veux pas, ton entreprise, tu y penses tout le temps.»

QLa décision la plus difficile que vous ayez eu à prendre?

«Ne plus danser aussi souvent qu'avant. Une douloureuse décision que je devais prendre afin que je puisse consacrer tout mon temps au succès de l'entreprise. Ça me manque beaucoup.»

Q Quelle grande satisfaction vous apporte la profession d'entrepreneur?

«De voir 7000 danseurs, heureux et souriants, s'en donner à coeur joie dans une compétition réglée au quart de tour. Et d'amener à Lévis, mon patelin, un événement d'envergure internationale.»

Q Des pièges qu'un jeune entrepreneur doit éviter?

«Celui de se poser trop de questions et de ne pas avancer. Trop de gens qui ont de bonnes idées se mettent en mode attente. Alors, fais ce que tu aimes et fonce.»

Q Vous voulez faire connaître la région de la Chaudière-Appalaches à un étranger. Vous l'amenez où? Vous lui présentez qui?

«Sans hésiter, les gens d'affaires de Lévis. Ils m'ont tellement soutenu à l'origine de Hit The Floor. J'arrivais de nulle part avec mon projet et les gens d'affaires ont embarqué.»

La fiche

  • Nicolas Bégin (31 ans, fondateur et directeur)
  • Détenteur d'un baccalauréat en administration des affaires de l'Université Laval
  • Il a fondé Hit The Floor en 2010.

L'entreprise

  • Hit The Floor est la plus importante compétition de danse multistyle au Canada. D'abord lancée à Lévis où l'événement a attiré 7000 personnes et présenté pas moins de 1100 routines pendant cinq jours l'an dernier, Hit The Floor a fait des petits à Gatineau puis à Toronto.
  • L'entreprise compte cinq employés permanents et fait appel à des centaines de bénévoles lors de la tenue des compétitions.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer