Dominic Fortin: Estampro

Dominic Fortin, président... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Dominic Fortin, président

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Dossiers

Actualité

Dossiers

soleil affaires dossiers »

<p>Ian Bussières</p>

(SAINT-ÉVARISTE-DE-FORSYTH) Fils d'un père qui possédait une entreprise de transformation du métal et d'une mère qui gérait un chiffre d'affaires de 35 millions $ dans le commerce du bois, Dominic Fortin était destiné à être entrepreneur. L'homme d'affaires beauceron de 39 ans affirme d'ailleurs que c'est à l'âge de... neuf ans qu'il a pris la décision d'un jour prendre la relève dans l'entreprise paternelle!

«Mon père possédait une entreprise de fournaises et les propriétaires d'une entreprise d'estampillage qui était l'un de ses fournisseurs avaient annoncé qu'ils fermaient boutique parce qu'ils n'avaient pas de relève», explique Dominic Fortin à propos de son père Gaétan, qui a finalement racheté le fournisseur en 1984 et l'a rebaptisé Estampro.

Installée dans le parc industriel de Saint-Évariste-de-Forsyth, Estampro a vécu un autre changement de régime en 2009 alors que les deux fils et la fille de Gaétan Fortin ont pris à leur tour les commandes. Dominic, bachelier en génie mécanique, en est devenu le président, secondé par son frère Sébastien, 41 ans et vice-président à la production, et par sa soeur Caroline, 38 ans et vice-présidente aux finances.

«J'ai étudié en génie car j'entendais souvent mon père dire qu'il faudrait un ingénieur dans l'entreprise pour aller chercher certains contrats. Je l'entendais aussi parler de l'importance de parler anglais pour percer le marché américain, alors moi, mon frère et ma soeur sommes allés très jeunes dans des camps d'immersion.»

Devenir entrepreneur, ça allait de soi pour vous?

Oui! Tant mon père que ma mère géraient des entreprises, alors j'entendais toujours parler de business à la maison. J'ai toujours voulu gérer ma propre entreprise. 

Pourquoi être devenu entrepreneur? 

Moi, mon frère et ma soeur avons toujours été fascinés par la transformation du métal et maintenant, c'est une fierté pour moi de dire à mes enfants qu'on trouve des pièces fabriquées par Estampro sur tous les camions Mack et International et les autobus

Novabus ou Prévost, par exemple. 

La conciliation entre le travail et la vie personnelle, ça se passe comment?

Il est important d'avoir une femme forte qui t'appuie dans tes projets. Quand j'ai rencontré ma femme il y a 16 ans, je lui ai dit d'oublier que j'existais du lundi au vendredi! Cependant, de mon côté, j'essaie de mettre la switch à off la fin de semaine. Je consacre ce temps à ma femme, à mes enfants et aux activités familiales. Je ne sacrifierais cet équilibre pour rien au monde car c'est essentiel pour réussir.

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez dans votre vie d'entrepreneur? 

Dans une entreprise, il y a des hauts et des bas et quand tu es dans un bas, tu n'as pas toujours quelqu'un à qui en parler qui te comprenne à 100 %. Il y a aussi la pression, quand on prend des décisions ou investit plusieurs millions de dollars.

La décision la plus difficile que vous ayez eu à prendre? 

Il y avait deux employés que je n'ai pas pu amener où j'aurais désiré les amener et il a fallu se séparer. C'est très difficile car notre entreprise est comme une grande famille avec des gens qui y travaillent depuis 10, 15 et même 30 ans. Mais l'entreprise doit passer en premier et pour annoncer de telles nouvelles, il faut ouvrir notre coeur et le faire dans le respect.

Quelle grande satisfaction vous apporte la profession d'entrepreneur? 

La loyauté de mes clients et de nos employés. Que les gens soient heureux et qu'il y ait un bon esprit d'équipe dans l'entreprise. Je suis particulièrement fier de mon premier contrat en Europe. C'est un contrat majeur qui nous a permis d'aller de l'avant avec des expansions.

Des pièges qu'un jeune entrepreneur doit éviter? 

Se lancer en affaires uniquement pour l'argent. Il faut faire ce qui nous passionne dans la vie. Il faut aussi à tout prix éviter de rester dans sa zone de confort.

Vous voulez faire connaître la région de la Chaudière-Appalaches à un étranger. Vous l'amenez où? Vous lui présentez qui?

Je l'amène dans des entreprises comme Boa-Franc et Groupe Canam pour qu'il voie le côté entrepreneurial de notre région. Je l'amènerais aussi à l'École d'entrepreneurship de Beauce pour qu'il voie qu'on peut s'entraider entre entrepreneurs. Je lui présente l'un de mes modèles, Pierre Thabet, président de Boa-Franc, un homme qui a très bien réussi à concilier le travail et la famille et qui a bâti l'une des plus belles entreprises de Beauce.

La fiche

  • Dominic Fortin (39 ans, président)
  • Détenteur d'un baccalauréat en génie mécanique de l'Université de Sherbrooke
  • Il a repris en 2009 l'entreprise fondée par son père en 1984 avec son frère Sébastien et sa soeur Caroline.

L'entreprise

  • Au départ spécialisée dans l'estampillage, Estampro est devenue un intégrateur en composantes métalliques qui réalise des projets jusqu'à l'assemblage pour l'industrie éolienne, hydroélectrique, la construction, le transport lourd et le transport en commun. L'entreprise compte 135 employés répartis dans trois usines et réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 25 millions $ à 65 % au Québec et à 35 % aux États-Unis, au Mexique et en Europe. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer