Marc Dutil: Groupe Canam et L'École d'entrepreneurship de Beauce

Marc Dutil, président et chef de la direction... (Fournie par Groupe Canam)

Agrandir

Marc Dutil, président et chef de la direction de groupe canam et Président-fondateur de l'École d'entrepreneurship de Beauce

Fournie par Groupe Canam

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Dossiers

Actualité

Dossiers

soleil affaires dossiers »

(Saint-Georges) «Je vais certainement vous faire de la peine, mais pour nous autres, la business passe en premier.»

Voilà ce que répondait récemment Marc Dutil à un partenaire d'affaires qui l'avait invité à venir rencontrer les membres de son clan et qui ne cessait de lui répéter que pour lui, la famille passait avant tout.

«Si ta famille passe en premier, ça veut dire que tu ne montreras pas la porte à ton cousin qui fait mal son travail. Ça veut dire que tu vas tolérer la présence de deux ou trois belles-soeurs dans un département de ton entreprise où elles n'ont carrément pas d'affaires là.»

Le président et chef de la direction du Groupe Canam sait pertinemment que sa façon de voir les choses et d'envisager la notion de conciliation entre le travail et tout le reste n'est pas très «contemporaine», pour reprendre son expression.

«Pour moi, le travail passe en premier et la famille, elle, est la bénéficiaire de ce travail-là, expose-t-il. Il y a des privilèges qui viennent avec le travail, mais il faut être prêt à en payer le prix.

«Souvent, à la fin d'une journée à l'École d'entrepreneurship de Beauce, on philosophe un brin. L'autre jour, nous nous faisions la remarque que toutes ces terres qui ont été défrichées par nos ancêtres n'ont pas été l'oeuvre de bâtisseurs qui s'activaient seulement de 9 à 5 ou qui se préoccupaient de maintenir un équilibre entre le travail et la famille et à chasser le stress de leur vie. Ces bâtisseurs étaient des êtres démesurés.»

Marc Dutil dit n'avoir pris aucune journée de vacances depuis le mois de juin. Le Groupe Canam a récemment entrepris une restructuration de ses activités de fabrication de charpentes métalliques. Une opération qui se traduit, entre autres, par l'élimination d'une trentaine de postes.

«J'ai eu un été de fou. Ça prend beaucoup d'énergie, mais ça ne draine quand même pas toutes mes forces. Je suis correct.»

À son agenda, il y a une semaine de congé prévue en octobre et trois jours quelque part en décembre.

Marc Dutil est père de cinq enfants.

«Ne vous inquiétez pas, ils savent c'est qui papa! On fait des voyages. On a du plaisir ensemble.»

Questions/réponses

Devenir entrepreneur, ça allait de soi pour vous?

«La définition du terme entrepreneur est un peu galvaudée. Pour moi, un entrepreneur, c'est quelqu'un qui a le tempérament d'agir sur son environnement et qui n'est pas nécessairement en train de prier le Bon Dieu ou de tirer sur la manche d'un ministre pour qu'il se passe quelque chose. J'ai grandi avec des gens qui avaient ce tempérament.»

Pourquoi être devenu un entrepreneur?

«Pour moi, c'était naturel de le faire. Je n'ai pas connu d'autre chose. Je n'ai jamais coché une case quelque part. En 1995, j'ai lancé le Réseau Acier Plus, un regroupement d'achats pour les matériaux et les services dans l'industrie de l'acier. En 2010, ce fut l'École d'entrepreneurship de Beauce.»

La conciliation entre le travail et la vie personnelle, ça se passe comment?

«J'ai parlé, ce midi, à mon fils qui est à Atlanta. Hier, j'ai appelé l'une de mes filles. J'ai vu l'autre au souper ainsi que mes deux autres boys. Avec ma conjointe Catherine, nous avons prévu une semaine de vacances en octobre et trois jours en décembre.»

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez dans votre vie d'entrepreneur?

«Plusieurs vont parler de l'isolement. Moi, je crois qu'un entrepreneur est aussi isolé qu'il veut bien l'être. D'autres mentionnent la fatigue, l'épuisement et les problèmes de santé. Dans mon cas, je me porte bien et je suis actif. La principale difficulté, c'est la gestion des mauvaises nouvelles. Dans mes fonctions, je ne suis pas toujours le Bonhomme Carnaval!»

La décision la plus difficile que vous ayez eu à prendre?

«Annoncer à un collègue qu'il devra performer davantage s'il veut conserver son emploi chez Canam. Ça crée alors une tension avec le collègue. Il y a quelque chose qui casse entre les individus. C'est pire, à mon avis, que de lui annoncer sa mise à pied, compte tenu des protections accordées aux personnes qui perdent leur emploi.»

Q Quelle grande satisfaction vous apporte la profession d'entrepreneur?

«Être témoin de la croissance des hommes et des femmes au sein de l'entreprise. Voir quelqu'un accomplir des choses que jamais il n'aurait pensé réaliser.»

Des pièges qu'un jeune entrepreneur doit éviter?

«Croire qu'il a réussi. Trop miser sur la carte de l'audace. Oui, il faut de l'audace en affaires. Il faut aussi une bonne dose de prudence. Et d'humilité.»

Vous voulez faire connaître la région de la Chaudière-Appalaches à un étranger. Vous l'amenez où? Vous lui présentez qui?

«D'abord à l'École d'entrepreneurship de Beauce. Puis, dans les parcs industriels de la Beauce, pour lui faire rencontrer les dirigeants des meilleures PME au Canada. Finalement, des visites à Saint-Georges au Rendez-Vous à la rivière et au Symposium international de la sculpture Beauce Art. Pour moi, vous savez, la région de la Chaudière-Appalaches, ça n'existe pas. C'est une structure qui ne veut rien dire. C'est une fabulation gouvernementale. En Beauce, notamment, notre attachement territorial n'a rien à voir avec la région administrative. Mon commentaire est celui d'un Beauceron de sixième génération.»

La fiche

  • Marc Dutil (51 ans, président et chef de la direction de Groupe Canam)
  • Il a terminé des études universitaires en management et en informatique à Boston College.
  • Il s'est joint au Groupe Canam en 1989, une entreprise fondée en 1960 par ses grands-parents Gilberte Lacroix et Roger Dutil dont son père, Marcel, a ensuite assumé la direction.
  • Il a fondé, en 2010, l'École d'entrepreneurship de Beauce, un lieu de transfert d'expé-rience d'entrepreneur à entrepreneur.

L'entreprise

  • Groupe Canam se spécialise dans la conception de solutions intégrées et la fabrication de produits sur mesure, notamment des charpentes métalliques et des ponts, pour l'industrie de la construction en Amérique du Nord.
  • L'entreprise possède 23 usines en Amérique du Nord et fait travailler près de 4300 personnes au Canada, aux États-Unis, en Roumanie et en Inde.
  • En 2015, ses ventes totalisaient 1,6 milliard $.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer