Le «méga gros projet» de Souris Mini

  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 1 / 12
  • Annie Bellavance, cofondatrice de Souris Mini, a choisi d'offrir des soutions complètes en matière de décoration. Elle réalise ainsi un vieux rêve. (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Annie Bellavance, cofondatrice de Souris Mini, a choisi d'offrir des soutions complètes en matière de décoration. Elle réalise ainsi un vieux rêve.

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 2 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 3 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 4 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 5 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 6 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 7 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 8 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 9 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 10 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 11 / 12
  • Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 - (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Photo Jean Marie Villeneuve_Le Soleil_Annie Bellavance-souris-mini-vieux chemin-cap-sante_aff - 30 -

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le «méga gros projet» de magasins concepts d'Annie Bellavance lui trotte dans la tête depuis déjà quelques années. Il deviendra une réalité à l'automne alors que Souris Mini vendra des meubles, de la literie et des produits cosmétiques.

Puis, à compter du printemps 2018, la chaîne de magasins de vêtements pour les enfants de 0 à 12 ans proposera à ses clients des chaises hautes, des coussins d'allaitement, des suces, des bavettes, de la vaisselle et des meubles d'appoint.

Et pour compléter le tout, l'entreprise de Québec offrira, à l'automne 2018, tout ce qui est nécessaire à la réussite d'un shower de bébé ou d'une fête d'enfant. 

«Je suis tellement énervée. C'est trop beau. Il ne se passe pas 30 secondes sans que je pense à tout ça», s'emballe celle qui, en 1989, lançait sa collection de vêtements pour enfants parce qu'elle déchantait chaque fois qu'elle mettait les pieds dans une boutique pour habiller sa fille.

Au Soleil, Annie Bellavance raconte que vendre des lits, des objets décoratifs, des housses de couettes et des douillettes marque la réalisation d'un «vieux rêve» qui l'a poussée, ces dernières années, à prendre de grandes bouffées d'inspiration aux États-Unis et en Europe.

Tout faire soi-même

Comme ce fut le cas pour les vêtements de sa fille, Annie Bellavance n'a pas fait de trouvailles extraordinaires.

«Et si nous ne faisions tout ça nous-mêmes? Nous sommes habitués, chez Souris Mini, à créer et à produire. Pourquoi ne ferions-nous pas la même chose avec la literie et les meubles avec la collaboration, évidemment, de fabricants triés sur le volet? Surtout que Souris Mini compte sur une super équipe de créateurs de talent», expose Mme Bellavance qui, avec son conjoint Steeve Beaudet, est à la tête d'une entreprise qui fait travailler 350 personnes dont 250 dans son réseau de 29 boutiques au Québec et en Ontario et une centaine au siège social de la compagnie à Québec.

«Avec notre proposition de décor complet, nous avons l'occasion d'entrer dans la résidence des futurs parents avant même l'arrivée du nouveau-né et d'y rester jusqu'à ce qu'il devienne un adolescent», explique Annie Bellavance.

«Nous le savons tous, l'aménagement d'une chambre de bébé représente une dépense importante. Quand l'enfant atteint l'âge de deux ou trois ans, les parents veulent apporter des changements. C'est pourquoi nous proposons un concept de chambre évolutive. Pas besoin de tout refaire de A à Z. Le changement de lit et l'ajout de quelques objets décoratifs peuvent faire l'affaire.»

À court terme, Souris Mini transformera une quinzaine de ses boutiques - dont celle de la rue Esther-Blondin à Québec - pour en faire des magasins concepts dans lesquels le détaillant présentera ses nouvelles collections en tout ou en partie.

Les autres boutiques offriront la possibilité aux clients de faire des achats en ligne à partir d'une tablette électronique.

Le nouveau sentier emprunté par Souris Mini fait partie, selon sa cofondatrice, désigner et directrice générale, du «cheminement normal» d'un commerçant qui doit constamment se renouveler pour se démarquer dans un milieu coupe-gorge comme celui du détail. «Il faut se battre.»

En plus des vêtements et du mobilier, Souris... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 2.0

Agrandir

En plus des vêtements et du mobilier, Souris Mini offrira de la literie et des produits cosmétiques.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Les deux pieds dans le commerce en ligne!

Les détaillants québécois sont souvent pointés du doigt pour leur retard à s'engager sur la voie du commerce numérique.

À cet égard, Souris Mini n'a absolument rien à se reprocher. 

Au contraire.

«Les ventes en ligne constituent maintenant 25 % de notre chiffre d'affaires», signale la cofondatrice, désigner et directrice générale du fabricant de vêtements pour enfants de 0 à 12 ans de Québec, Annie Bellavance, qui tient à garder le silence sur les résultats financiers annuels de l'entreprise.

«Un tel pourcentage, c'est élevé», prend-elle soin de mentionner. «Au Québec, un détaillant qui performe bien dans le commerce numérique réalise entre 10 % et 12 % de ses ventes totales par voie électronique. Alors, 25 % pour Souris Mini, c'est élevé. Il a fallu se donner les moyens logistiques pour affronter la demande grandissante.»

Avec ses dollars et ceux du Fonds de solidarité FTQ, Souris Mini a investi au moins 8,5 millions $, au cours des dernières années, pour accélérer son plan d'expansion dont l'objectif est de doubler son chiffre d'affaires entre 2015 et 2020. 

Une poussée de croissance qui passait, entre autres, par une refonte de son site Internet et par l'élaboration d'une stratégie de croissance numérique.

«L'an dernier, à partir de nos installations à Québec, nous avons livré 75 000 colis», mentionne Annie Bellavance en soulignant que le marché de prédilection de Souris Mini demeure le Québec. «Les affaires vont bien dans le reste du Canada et à Toronto, plus particulièrement, mais nos clients sont surtout québécois.»

Achalandage

Si les ventes en ligne progressent à vue d'oeil, l'achalandage dans les boutiques, lui, périclite.

Dans certains centres commerciaux, l'achalandage a régressé de 40 %, fait remarquer la femme d'affaires.

«Il faut être très agressif pour faire entrer les clients dans nos boutiques», constate Annie Bellavance en soulignant que Souris Mini encourageait ses clients à prendre possession en magasin des achats faits en ligne.

Dans les circonstances, Souris Mini pourrait-elle être contrainte à mettre la clé sous la porte d'un certain nombre de ses 29 magasins au Québec et en Ontario?

«Pas cette année. Nous n'en sommes pas encore rendus là», répond Mme Bellavance. «C'est certain, par contre, que nous examinons attentivement la situation de chacun de nos commerces lorsque les baux avec les propriétaires de centres commerciaux arrivent à échéance.» 

À la conquête du Canada

Dans le plan d'expansion 2015-2020 de Souris Mini, l'ouverture de boutiques à Toronto, à Calgary et à Vancouver en 2016-2017 apparaissait parmi les priorités des propriétaires de l'entreprise, Annie Bellavance et Steeve Beaudet.

La baisse d'achalandage généralisée dans les centres d'achats a modifié leur stratégie visant à conquérir le Canada anglais.

Ce n'est que partie remise.

Pour le moment, les deux entrepreneurs vont plutôt opter sur le concept des boutiques éphémères pour se faire connaître dans de nouveaux marchés au Québec et, surtout, au Canada.

Délaissés par des locataires importants, des centres commerciaux offrent des pieds carrés à bon marché à des détaillants afin qu'ils ouvrent des points de vente pour de courtes périodes. Souvent de trois ou six mois. Parfois même plus.

Souris Mini va d'abord tenter l'expérience à Saguenay et à Montréal avec l'ouverture de trois boutiques éphémères. Elle mettra notamment en vedette sa nouvelle gamme de produits pour l'aménagement et la décoration des chambres pour les enfants.

Puis, ça sera au tour de Toronto.

«C'est notre plan pour la prochaine année», indique Annie Bellavance. «Nous y allons pour faire connaître Souris Mini et inciter les consommateurs torontois à nous suivre sur le web et à acheter nos produits à partir de notre site transactionnel.»

Avec tous les espaces disponibles actuellement dans les centres commerciaux au Canada et aux États-Unis, le concept des boutiques éphémères est appelé, à son avis, à connaître une croissance fulgurante.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer