Après la tempête, les assurances?

Lors d'un carambolage, la responsabilité est partagée à... (La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Lors d'un carambolage, la responsabilité est partagée à 50 %. Vous paierez donc la moitié de la franchise.

La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Nous n'y pensons pas souvent. Sauf quand il faut acquitter la facture annuelle... ou lorsqu'un événement regrettable survient; une tempête d'envergure qui transforme les bolides en autos tamponneuses, par exemple. Alors, votre contrat d'assurance, il vous protège contre les frasques de Dame Nature?

Véhicules routiers

Vous restez coincés, l'auto ensevelie. «Ce n'est pas couvert», explique Line Crevier, responsable des affaires techniques et du Centre d'information du Bureau d'assurance du Canada. «Ça prend un accident.» Donc, pas de pertes remboursées, pas d'argent pour le taxi qui vous ramène à la maison ni pour le remorquage ou le garagiste. Il faut un «événement déclencheur» couvert pour que les frais encourus soient épongés.

Votre contrat devrait cependant vous protéger contre un toit d'auto qui croule sous le poids de la neige et contre cette branche qui traverse le pare-brise. 

En cas de collision, vous serez bien sûr pris en charge par l'assureur... même si, téméraire, vous n'aviez pas ajusté votre conduite aux conditions météo. L'assureur soustraira cependant votre franchise («déductible») du remboursement si vous êtes responsable. «La franchise, on la paye selon notre pourcentage de responsabilité.»

Et pour les autos tamponneuses? «Dans le cas d'un carambolage, on ne peut pas savoir c'est la faute de qui, note Mme Crevier. Un carambolage, c'est un accident qui est considéré à 50% de responsabilité.» Vous paierez donc la moitié de la franchise.

Maison

Un toit qui s'affaisse sous le poids de la neige sera couvert par la majorité des polices d'assurance, détaille Line Crevier. Et si l'eau s'infiltre après ce bris, ces dommages seront aussi absorbés parce que l'infiltration est causée par un «risque couvert».

Mais, attention, si l'eau rentre par une fissure du toit ou par une fenêtre parce qu'il y a beaucoup de neige dehors, votre assureur pourrait refuser la réclamation, prévient Mme Crevier. Il faut payer un supplément pour cette protection spécifique.

Hydro-Québec n'arrive plus à vous chauffer ? Quand vous décidez de votre propre chef de quitter votre domicile pour l'hôtel ou la maison d'un proche, vous n'avez pas droit au remboursement de vos frais de subsistance. Toutefois, quand les autorités exigent l'évacuation, c'est différent. On l'a vu lorsque Fort McMurray brulait en 2016. Pendant deux semaines, on vous remboursera «ce que ça vous coûte de plus que d'habitude».

Votre police «tous risques» protège en outre vos biens à l'extérieur, même la table du patio écrasée par la neige et le canot aplati. Là, ce sera à vous de juger si le dégât vaut une réclamation, fait valoir Mme Crevier.

Entreprise

Un commerce qui ne peut ouvrir ses portes parce qu'il y a une panne ne recevra rien. Il faut toujours un dommage assuré pour que les conséquences soient compensées, insiste Line Crevier. 

Ainsi, si une surtension provoque la mort des frigos d'un épicier lorsqu'Hydro-Québec relance le courant, là il pourra effectuer une réclamation. 

En cas de réclamation valide, l'assureur absorbera les coûts de réparation. Il s'occupera également des pertes de revenu et pourrait payer pour relocaliser les activités de l'entreprise le temps de réparer.

Nota bene

Chaque police d'assurance comporte des différences avec ses semblables. La couverture n'est pas toujours la même. «Ça dépend des protections qu'on a achetées.» Et ça, il faut le vérifier avant d'être dans le pétrin !

Une police à «risques spécifiés» ne couvrira que les dommages spécifiquement inscrits au contrat. Une police tous risques couvrira tous les risques... sauf les exclusions! Le bris du toit à cause du poids de la neige n'est pas exclu. Mais les inondations, guerres, attaques nucléaires, glissements de terrain et les bris dans une maison laissée vacante le sont. «Ce sont plus des risques catastrophiques qui ne sont pas couverts.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer