HMV: les chasseurs d'aubaine profitent de la fermeture annoncée

Maxence Pelletier était un habitué du HMV à... (Le Soleil, Jean Marie Villeneuve)

Agrandir

Maxence Pelletier était un habitué du HMV à Fleur de Lys. Il s'est empressé de venir dépenser sa carte-cadeau en apprenant la fermeture imminente du magasin.

Le Soleil, Jean Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La mort annoncée de l'ensemble des HMV au Canada attirait déjà bon nombre de clients, au magasin du centre commercial Fleur de Lys, samedi. Des chasseurs d'aubaines, alors que l'ensemble de la marchandise est liquidé, mais également plusieurs clients réguliers de l'endroit.

Samedi avant-midi, les employés du HMV de Fleur de Lys s'affairaient à coller des feuilles fraîchement imprimées sur l'ensemble des présentoirs, annonçant des rabais de 10 à 30 % sur toute la marchandise. Le personnel avait reçu l'instruction de ne pas s'adresser aux médias. 

On avouait quand même avoir pris difficilement l'annonce de vendredi, selon laquelle les 103 magasins HMV canadiens fermeront leurs portes d'ici huit semaines. 

Les employés se doutaient que le marché du CD et du DVD n'en avait pas encore pour 20 ans, mais personne ne s'attendait à une annonce si rapide et draconienne.

D'ailleurs, si les jeunes n'achètent plus leur musique ou leurs films en magasin, la note ne s'est pas rendue à tout le monde, à Fleur de Lys. «On vient à peu près aux trois semaines. Tout ce qu'on achète côté musique et film, c'est ici», expliquait Maxence Pelletier, venu magasiner au HMV avec sa copine, samedi. Le jeune couple avait une carte-cadeau qu'il s'est empressé de dépenser en apprenant la fermeture imminente du magasin. 

Conscient que les chaînes comme HMV ne vivent pas leur âge d'or, loin de là, Maxence Pelletier se disait tout de même surpris de la nouvelle de vendredi. «Ici, il y a encore vraiment un bon achalandage quand on vient. J'aurais misé sur la mort d'autres magasins avant HMV.»

Sans surprise 

Un peu plus loin, un adepte de metal venu faire le plein de CD au rabais, Raphaël Talbot, se disait déçu, mais pas surpris. «C'était prévu que les CD meurent, comme les cassettes et les 33 tours avant eux. Peut-être même qu'un jour, la vente d'albums numériques va mourir aussi au profit des services de streaming, comme Spotify.»

Lui aussi client régulier, il avait l'habitude de passer toutes les deux semaines dans le commerce du boulevard Wilfrid-Hamel. Il n'en a plus pour longtemps. «J'achète aussi sur Internet, mais j'aime vraiment les copies CD, j'en ai plus d'une centaine. Aujourd'hui, c'est le moment pour pogner de bons disques en rabais avant qu'ils épuisent les stocks.»

La mort de HMV ne le fera pas migrer vers Archambault, assure-t-il. «C'est trop cher, et les employés ne connaissent pas la musique comme au HMV.» Il souligne aussi que les HMV avaient la liberté de mettre en vente certains albums de plus petits groupes locaux. Un amateur de metal comme lui y trouvait son compte.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer