Frais de cartes de crédit: Blaney demande à Trudeau d'intervenir

Sur la photo, le candidat à la direction... (fournie par l'AMDEQ)

Agrandir

Sur la photo, le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada et député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, le directeur général de l'Association des marchands dépanneurs épiciers du Québec, Yves Servais, et Serge Léveillée, propriétaire du Dépanneur Pétro-Canada, à Saint-Henri-de-Lévis.

fournie par l'AMDEQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, presse le gouvernement de Justin Trudeau d'agir sur les frais d'utilisation des cartes de crédit. Il demande une baisse des «taux d'utilisation» des cartes Visa et MasterCard.

«Les taux d'utilisation prohibitifs étouffent les petits commerçants», déplore le candidat à la course à la direction du Parti conservateur du Canada. «Lorsqu'on dit que Walmart est obligé de boycotter une compagnie de carte de crédit, imaginez-vous une entreprise de plus petite envergure, comme un dépanneur. Le mécanisme que nous avons présentement est une ponction dans nos collectivités qui pénalise nos marchands et met en risque leur viabilité sur le plan économique», poursuit-il. 

Le Soleil révélait vendredi que la Société des alcools du Québec (SAQ) avait pris la décision de couper dans les frais d'utilisation des cartes de crédit en n'offrant plus la possibilité aux détaillants hébergeant dans leur commerce une agence SAQ de régler leurs commandes d'alcool avec ce moyen de paiement. Grâce à cette mesure, la société d'État prévoit réaliser des économies «substantielles».

Pour l'heure, au Canada, les frais imposés par les compagnies de crédit aux commerçants varient entre 1,5 % et 3 %. M. Blaney promet de livrer bataille au cours des prochains mois afin de faire réduire les frais d'utilisation, si possible à 1 %. Selon l'Association des marchands dépanneurs épiciers du Québec (AMDEQ), l'Angleterre et l'Australie offrent actuellement des taux qui s'élèvent respectivement à 0,3 % et 0,5 %, alors pourquoi pas des chiffres similaires pour le Québec? demande le regroupement.

Rentabilité minée

Pour le directeur général de l'AMDEQ, Yves Servais, qui réclame des changements depuis plusieurs années auprès du gouvernement canadien, il est plus que temps que le dossier aboutisse. «C'est de l'argent qui va permettre aux entreprises d'investir dans leur commerce et d'embaucher de nouveaux employés. Les frais élevés sur les cartes de crédit minent la rentabilité des petites et moyennes entreprises. Il faut que le fédéral s'attaque rapidement à cette problématique», dit-il, précisant qu'un projet de loi, piloté par la députée libérale Linda Lapointe, était actuellement à l'étude.

Du côté des dépanneurs, pour le propriétaire d'un Petro-Canada à Saint-Henri de Lévis, les frais entourant l'utilisation des cartes de crédit représentent entre 140 000 $ et 160 000 $ par année, avec un taux d'environ 2,10 %. «Une baisse à 1 %, cela nous aiderait énormément. Nous serions heureux [...] Une modification permettrait de sauver plusieurs commerces au Québec et au Canada. Il y en a beaucoup qui sont pris à la gorge, mais ils ne le disent pas ouvertement», affirme Serge Léveillé, saluant l'implication de M. Blaney dans le dossier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer