L'argent Canadian Tire en voie de disparition

Dans un passé pas si lointain, les détaillants... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dans un passé pas si lointain, les détaillants Canadian Tire commandaient des billets comme ceux-ci toutes les deux semaines, fréquence qui est passée à environ une fois par mois maintenant.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «L'argent» Canadian Tire deviendra-t-il une monnaie de collection? Après vérification auprès de succursales de la région, force est de constater que le plus vieux moyen de fidélisation de la clientèle au Canada est en voie de disparition.

Au début des années 2000, certains franchisés devaient faire le plein de monnaie toutes les deux semaines auprès de la maison mère, basée à Toronto. Aujourd'hui, certaines succursales ne passent même plus - ou presque - de commandes pour les fameux billets verts, rouges ou bleus et vivent avec ceux toujours en circulation.

Depuis l'apparition des nouveaux programmes de récompenses par carte, notamment celui de 2014 Mon Argent Canadian Tire, la cote de popularité de la monnaie maison de la société canadienne ne cesse de chuter. D'ailleurs, depuis le 2 septembre, Canadian Tire ne donne plus les coupons-rabais par papier sur l'essence, qu'on retrouvait dans leur circulaire et en magasin. Ils permettaient de multiplier les gains récoltés à la pompe. Le consommateur ne possédant pas une carte de la compagnie a dorénavant droit à seulement une fois la mise.

«Avec les cartes, notamment la carte de crédit MasterCard Options, c'est certain qu'on en donne moins [de billets]. C'est maintenant des coupons électroniques», indique au Soleil Claude Bouchard, directeur général du magasin de Lebourgneuf. «Avant, on faisait automatiquement des commandes d'argent; maintenant, on n'en fait presque plus jamais. Avec les coupons qu'on récupère, on est en mesure de répondre à la demande. Parfois, on en retourne même à la maison mère lorsque les coffres sont trop pleins», poursuit celui qui est en poste depuis 16 ans.

Bien qu'il estime que les billets Canadian Tire sont «appelés à disparaître d'ici quelques années», M. Bouchard refuse de se prononcer sur une date précise. «Si Canadian Tire en produit encore, c'est très peu. Éventuellement, cela va tout être sur carte électronique», affirme-t-il, notant que pour l'instant, il y a encore des gens qui préfèrent le papier.

Disponible depuis 1958, la monnaie Canadian Tire est offerte en coupures de 5 ¢, 10 ¢, 25 ¢, 50 ¢, 1 $ et 2 $. Plus d'un milliard de billets sont actuellement en circulation, peut-on lire sur le site de la compagnie. On peut toujours en récolter lors de l'achat de produits ou services en magasin et dans les stations d'essence de la bannière (très peu). 

Pour Jean-Marc Leroux, propriétaire du magasin de Vanier, le virage électronique entrepris par la société il y a quelques années a eu un «impact important» sur la monnaie.

«Les clients apprécient beaucoup plus [les cartes]. On commande encore des billets, mais presque plus, c'est vraiment minime. J'ai encore une clientèle qui tient à quelque chose de palpable, mais chaque mois, on voit qu'il y a un changement et que cela s'en va du côté électronique», confie l'homme d'affaires, ajoutant qu'annuellement, il y a cinq ans, il pouvait commander «plusieurs dizaines de milliers de dollars»; aujourd'hui, on parle «de milliers».

Habitudes changeantes

«L'argent Canadian Tire a toujours été un véhicule qui a attiré la clientèle. Il a une belle valeur dans notre programme de fidélisation. C'est la manière de gérer l'argent des clients qui change. Les jeunes paient aujourd'hui par carte de crédit ou carte de débit. Ils ne traînent plus beaucoup d'argent et c'est la même chose pour l'argent Canadian Tire», poursuit M. Leroux, qui dirige une équipe comptant une centaine d'employés.

Même son de cloche du côté de la succursale de L'Ancienne-Lorette. «La technologie prend de plus en plus de place. Nous avons une grosse augmentation du côté de la carte», dit le directeur général Gaétan Tremblay. «Il y a un an, je recevais de grosses briques de billets et là, cela a beaucoup diminué. J'en commande 50 % de moins. Avant, c'était aux deux semaines; aujourd'hui, je commande une fois par mois et c'est pour les caisses libres. Il faut que ce soit des billets neufs. Le vieil argent bloque», explique-t-il.

M. Tremblay est également d'avis que la monnaie Canadian Tire disparaîtra un jour. Il assure n'avoir reçu aucune directive de la maison mère en ce sens pour le moment. «De plus en plus, l'entreprise mise sur les cartes. Nous avons des promotions 20 fois ou 30 fois l'argent Canadian Tire.»

Du côté de Canadian Tire, dans un échange par courriels, on a refusé de dévoiler le nombre de billets qui sont encore imprimés annuellement. «Comme un grand nombre de clients choisissent maintenant le programme Mon Argent, la quantité d'argent Canadian Tire utilisée est moindre, mais demeure, encore aujourd'hui, une devise bien aimée par les Canadiens. Nous continuons à offrir l'argent traditionnel Canadian Tire aux clients qui préfèrent cette option.»

Tous les franchisés de Canadian Tire à travers le pays et les membres de la maison mère sont à Québec cette fin de semaine au Centre des congrès pour leur assemblée générale. L'avenir de l'argent Canadian Tire risque d'être un sujet de discussion. 

À Toronto, l'action de Canadian Tire (TSX : CTC.A) a terminé la séance de jeudi en hausse de 0,92 %, pour clôturer à 134,18 $.

Pas surprenant

«L'argent» Canadian Tire disparaît tranquillement des caisses des succursales à travers la province. Une surprise? Non, répond sans hésiter Yan Cimon, professeur à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval. 

«Les programmes qui sont physiques comme le fameux "argent" Canadian Tire, on peut croire qu'ils subissent une forte pression. Les consommateurs utilisent beaucoup plus aujourd'hui des outils technologiques. [...] Le programme [Mon] Argent Canadian Tire est un énorme succès, mais il reste que les entreprises ont maintenant des moyens plus efficaces et moins coûteux en termes de bénéfice. Le contexte fait que les programmes classiques de coupons physiques vont décroître à mesure que le temps passe, car ça coûte cher à manipuler et à mettre sur pied», poursuit-il.

Le professeur souligne également que l'utilisation des outils technologies est un avantage pour les entreprises. Cela permet notamment de mieux cerner les consommateurs. «C'est une façon supplémentaire de collecter des données sur les clients. Cela va aider l'entreprise à mieux cibler ses promotions et ses efforts de vente et à mieux comprendre le comportement des consommateurs. Si Canadian Tire garde toujours un programme d'argent physique, c'est parce qu'il y a une valeur de symbole très importante à l'arrière», conclut M. Cimon, préférant ne pas avancer de date quant à la disparition de la fameuse monnaie. 

Jean--Michel Genois Gagnon

En bref

  • Fondé en 1922
  • 1700 magasins de détail et postes d'essence (Mark's/L'Équipeur, FGL Sports, Canadian Tire)
  • 85 000 employés au Canada
  • 771 millions $ pour acquérir en 2011 le Groupe Forzani, aujourd'hui FGL Sports, qui détient notamment les enseignes Sport Experts, Intersport, Atmosphere et Hockey Experts. 
  • 3,98 milliards $ 
  • de ventes au détail
  • 100 millions $ remis annuellement grâce aux programmes de fidélisation de Canadian Tire
Source: Canadian Tire

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer