Les produits Lego de plus en plus violents, selon une étude

Les produits multicolores de Lego sont de plus en plus violents dans un... (123rf, Peter Decock)

Agrandir

123rf, Peter Decock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Wellington

Les produits multicolores de Lego sont de plus en plus violents dans un contexte de «course aux armements» que se livrent les fabricants de jouets pour retenir l'attention des enfants à l'ère numérique, estiment des chercheurs néo-zélandais.

D'après l'équipe de l'Université de Canterbury, le fabricant danois produit de plus en plus d'armes en sus des briquettes en plastique qui l'ont rendu célèbre tandis que les scénarios guerriers sont plus fréquents dans ses kits à thème.

«Les produits Lego ne sont plus aussi innocents qu'auparavant», a déclaré Christoph Bartneck, chef de l'équipe de scientifiques. «La violence dans les produits Lego semble être allée au-delà du simple enrichissement du jeu».

Dans une étude publiée vendredi par le journal en ligne PLOS ONE, les chercheurs concluent que le Danois a «au fil du temps fait montre d'une augmentation significative et exponentielle de la violence».

Lego fabrique des briques multicolores depuis 1949 et les premières armes sont apparues en 1978, avec un jeu sur le thème du château où figuraient des épées, des haches et des lances, selon l'étude.

Le nombre d'armes a augmenté peu à peu et sont présentes aujourd'hui dans 30% des kits Lego.

Les chercheurs ont étudié les catalogues du fabricant entre 1973 et 2015 et découvert que les scénarios présentés sont devenus plus violents.

«Actuellement, environ 40% contiennent un type ou un autre de violence. En particulier, les scénarios où figurent des tirs et des comportements menaçants ont augmenté au fil des ans», dit l'étude.

Les chercheurs disent que le Danois ne fait que refléter la tendance générale du marché.

«Pour attirer l'attention de leurs clients, les fabricants de jouets sont enfermés dans une course aux armements métaphorique pour de nouveaux produits enthousiasmants», dit l'étude.

M. Bartneck avait mené une autre étude publiée en 2013 qui avait conclu que les personnages à l'expression chagrine avaient augmenté au détriment des personnages souriants.

Un porte-parole de l'entreprise, Troy Taylor, souligne que celle-ci propose toute un spectre d'activités faisant appel par exemple à la construction, à l'imagination, au conflit.

«Le conflit fait partie intégrante du développement naturel d'un enfant», a-t-il dit, expliquant que les armes étaient présentées dans un contexte plus large, comme dans le but de sauver la planète.

«Nous tentons toujours d'utiliser l'humour quand c'est possible car cela permet de réduire les niveaux de conflit».

L'entreprise avait connu de grandes difficultés, victime de la concurrence du numérique et de sa propre diversification, et s'était retrouvée au bord de la faillite en 2003-2004.

Depuis, le géant du jouet s'est réinventé en se concentrant sur son coeur de métier, les briques à empiler, associées à des collections tirées de franchises de films à succès, comme Star Wars, Batman ou Harry Potter.

En 2015, le groupe a annoncé sa onzième année de croissance consécutive.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer