La vente de RONA entérinée par le Bureau de la concurrence

Pour le Bureau de la concurrence, la vente... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Pour le Bureau de la concurrence, la vente de RONA à Lowe's pour 3,2 milliards$ ne réduira pas la concurrence dans la vente d'articles de rénovation domiciliaire au Canada.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
Montréal

La vente du quincailler RONA au géant américain de la rénovation Lowe's a franchi une autre étape, jeudi, après que le Bureau de la concurrence eut donné son aval à la transaction.

L'organisme en vient à la conclusion que cette transaction de 3,2 milliards $ annoncée en février ne réduira pas la concurrence dans la vente d'articles de rénovation domiciliaire au Canada.

Il a ainsi décidé d'émettre une lettre de non-intervention.

Cette prise de contrôle est également étudiée pour s'assurer qu'elle répond aux exigences de la Loi sur Investissement Canada. La clôture de la transaction est prévue d'ici la fin du mois.

Dans le cadre de son examen, le Bureau dit avoir déterminé que même après le regroupement des deux entreprises, il y aura suffisamment de concurrents en place dans les marchés concernés.

Lowe's, qui a mis le pied au Canada en 2007, compte actuellement 42 magasins au pays, principalement en Colombie-Britannique, en Saskatchewan ainsi qu'en Ontario.

De son côté, RONA exploite près de 500 établissements corporatifs et magasins affiliés indépendants, qui, ensemble, emploient plus de 23 000 personnes - dont 17 000 au Québec.

Pour tenter d'apaiser les craintes à l'égard de cette acquisition, Lowe's s'est notamment engagée à maintenir le siège social de ses activités canadiennes à Boucherville, à maintenir la «vaste majorité» des postes au sein du quincailler québécois en plus de conserver les diverses bannières.

Critiques

La transaction fait l'objet de critiques de la part des partis d'opposition à l'Assemblée nationale ainsi que d'intervenants qui déplorent le manque de précisions dans les documents officiels de la «convention d'arrangement».

En mars, les détenteurs d'actions ordinaires ont approuvé l'offre de 24 $ par action de Lowe's - soit près du double du cours de l'action de RONA avant la transaction.

Cependant, les actionnaires privilégiés, à qui l'on offrait 20 $ par action, soit 5 $ de moins que le prix d'achat original, ont rejeté l'offre. Seulement le quart de leurs votes, représentant 44 % des titres privilégiés en circulation, ont appuyé la transaction.

D'ici cinq ans, Lowe's souhaite doubler la rentabilité de ses activités canadiennes. Le géant américain de la rénovation dit avoir relevé des occasions d'affaires d'environ 1 milliard $ au pays.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer