Peu de place à l'erreur pour les fabricants de chocolat de Pâques

Chocolat Harmonie, dont l'usine est basée à Stoneham,... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Chocolat Harmonie, dont l'usine est basée à Stoneham, brasse environ 25 000 kilos de chocolat en prévision de la fête sainte. Cette dernière représente 60 % de son chiffre d'affaires.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À Pâques, l'erreur n'est plus permise (ou presque) pour les fabricants de chocolat. Pour plusieurs, cette période de l'année représente plus de 50 % de leur chiffre d'affaires.

Tradition oblige. Oeufs, lapins, poules en chocolat sont les produits vedettes sur les tablettes des kiosques et des supermarchés. Les producteurs chocolatiers doivent se préparer en conséquence. D'ailleurs, pour certains, le travail est commencé depuis l'automne dernier. Et les pauses lors des dernières semaines se font plutôt rares...

«On est toujours dans le rush», indique au Soleil le propriétaire de la compagnie Chocolat Harmonie, Jocelyn Bédard. Cette entreprise, dont l'usine est basée à Stoneham, brasse environ 25 000 kilos de chocolat en prévision de la fête sainte. Cette dernière représente 60 % de son chiffre d'affaires.

Afin de se démarquer sur un marché où la compétition est très «féroce», M. Bédard mise durant Pâques sur une vingtaine de points de vente dans la grande région de Québec. Il doit d'ailleurs embaucher une quarantaine de travailleurs pour répondre aux clients. Son entreprise compte normalement annuellement une quinzaine d'employés.

«On ouvre les kiosques trois semaines avant Pâques, mais 80 % de la business se passe dans la dernière semaine. C'est une période stressante», explique l'homme d'affaires de 58 ans, qui baigne dans le chocolat depuis ses premiers battements de coeur. Son père était confiseur et sa mère chocolatière.

Dans la stratégie d'affaires de Chocolat Harmonie pour faire connaître sa marque, le choix des points de vente est crucial. Bien que les recherches commencent en janvier, souvent, c'est à la dernière minute que M. Bédard obtient le feu vert pour s'installer dans ses locaux.

Locaux temporaires

«C'est souvent des locaux non occupés. On rencontre le propriétaire et on lui offre d'occuper le local durant un mois. Ils ne veulent toutefois pas perdre un locataire pour trois ou cinq ans, alors parfois ils attendent», souligne-t-il.

Fondée en 2001, Chocolat Harmonie ne comptait au départ qu'un seul point de vente. Au fil du temps, l'entreprise a pris du gallon. En 2010, elle a d'ailleurs acheté la compagnie Chocolat Laurentide.

«Le nombre de points de vente a augmenté chaque année. Nous avons même des demandes aujourd'hui du côté de Montréal, où l'on fait une marque privée [pour La Maison du Chocolat]», indique M. Bédard, qui mise sur un «aspect semi-artisanal» du chocolat pour se démarquer de la compétition. «Nous ne faisons pas de Spider-Man ou Batman. On veut garder l'aspect semi-artisanal du chocolat avec de la variété et des produits frais. Ce n'est pas fait industriellement», ajoute-t-il, précisant avoir lancé sa production au mois de novembre.

Annuellement, Chocolat Harmonie travaille environ 50 000 kilos de chocolat, notamment pour de la fondue.

Du côté de la compagnie Chatcolat, Pâques représente 70 % du chiffre d'affaires de l'entreprise, dont l'usine est située dans Beauport. «Ce sont de grosses journées, mais ça va», affirme d'entrée de jeu la propriétaire, Diane Vachon.

Pour percer le marché, Chatcolat mise notamment sur la fabrication de moules personnalisés. L'entreprise possède d'ailleurs une équipe de graphistes.

«Nous offrons des produits pour la saison de Pâques ainsi que le chocolat promotionnel», affirme la femme d'affaires. «Par exemple, une entreprise qui désire faire un modèle de chocolat pour elle, un logo, nous contacte. Nous allons faire le moule et produire le chocolat. Nous allons également faire une boîte personnalisée à eux. On va aussi préparer la publicité qui va être affichée dans leur magasin ou boutique. C'est clés en main», ajoute-t-elle.

Chatcolat produit annuellement plus de 25 000 unités. Durant la période de Pâques, l'entreprise familiale ouvre cinq boutiques à Québec pour répondre à la demande. Ce sont une dizaine d'employés qui sont embauchés. À l'usine, lors de la période forte, ce sont environ 10 travailleurs qui produisent le chocolat.

Le reste de l'année, en plus du kiosque de son usine, Chatcolat possède un point de vente à Place Val-Bélair. Mme Vachon espère en ouvrir un deuxième cet été dans la capitale.

Une dépense de 105 $ par personne en moyenne

L'appel du chocolat a sonné! Cette année, les Québécois dépenseront en moyenne 105 $ pour la fête de Pâques.

Selon un sondage réalisé par la firme L'Observateur pour le compte du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), pour 82 % des Québécois, Pâques est une occasion pour festoyer entre parents et amis. Le cadeau le plus populaire offert - sans surprise - est toujours le chocolat.

«Pour les détaillants, c'est un moment propice pour créer le rendez-vous avec la clientèle et lui offrir une expérience d'achat différente en magasin», a indiqué par voie de communiqué Léopold Turgeon, président-directeur général du CQCD.

D'ailleurs, plusieurs centres commerciaux de la région ont organisé des activités durant la fin de semaine. Par exemple, aux Galeries de la Capitale, une «chasse aux cocos Laura Secord» aura lieu samedi et dimanche. À Fleur de Lys, une miniferme, avec notamment poussins, canards, cochon et lapins, a pris vie.

Bien que le chocolat soit toujours en tête de lice, les produits de l'érable (43 %), un repas au restaurant (32 %) et des fleurs et plantes (31 %) sont aussi des choix très populaires. En moyenne, toujours selon le sondage, plus d'un Québécois sur deux (59 %) ont l'habitude d'offrir un cadeau durant cette période de l'année.

Et la fête de Pâques est-elle perçue comme une fête commerciale ou religieuse? «Pâques est encore perçu comme une fête religieuse pour deux Québécois sur trois (67 %). Cette perception atteint 79 % chez les personnes de plus de 45 ans, alors qu'elle est de 58 % chez les moins de 35 ans», indique le CQCD.

L'étude a été réalisée auprès de 6000 internautes entre les 3 et 8 mars 2016.

Un marché compétitif

«Le marché du chocolat a bien changé depuis quelques années.»

Pour la propriétaire de Chatcolat, Diane Vachon, il est plus difficile de brasser de bonnes affaires. Le nombre de joueurs a augmenté. La compétition est plus présente. D'ailleurs, les ventes de la compagnie ont «énormément» diminué au fil des ans.

«La compétition vient de l'extérieur. Les gens viennent de Montréal pour vendre leurs produits durant la période de Pâques», déplore celle qui a débuté dans l'entreprise familiale à l'âge de 18 ans. «C'est beaucoup plus féroce!»

Pour maintenir une bonne santé financière, son entreprise, dont l'usine est basée dans Beauport, a dû s'adapter aux nouvelles tendances des consommateurs québécois.

«Les gens sont beaucoup plus connaisseurs de chocolat qu'il y a 10 ou 15 ans. Ils veulent avoir un bon chocolat. Ils veulent bien manger, avoir moins de sucre. Ils regardent pour des produits plus santé», affirme la femme d'affaires de 56 ans.

Depuis quelques années, Chatcolat offre d'ailleurs des produits sans sucre. Mme Vachon souligne aussi que les parts de marché pour le chocolat noir ne cessent de grimper. «Il y a 10 ans, tu ne vendais pas ça», indique-t-elle.

La taille des chocolats vendus a également beaucoup changé. «Contrairement à il y a 10 ans, on constate que les gens n'investiront plus sur un gros chocolat de 1,4 kilo. Des chocolats qui peuvent valoir entre 60 $ et 100 $. La production sur les gros a beaucoup diminué», conclut-elle.

La planète chocolat

  • 93 G$: chiffre d'affaires de l'industrie du chocolat, en 2013
  • 4 230 000: tonnes de grains de cacao ont été récoltés en 2014-2015
  • 6,4 kilos: consommation moyenne de chocolat par habitant au Canada en 2013

Production mondiale de cacao en 2013

  • AFRIQUE 71,9 %
  • AMÉRIQUE LATINE 15,8 %
  • ASIE ET OCÉANIE 12,3 %

Sources : Leatherhead Food Research, ConfectioneryNews et Organisation internationale du cacao (ICCO)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer