Hydro-Québec offre «un rabais aux industriels financé par les clients résidentiels»

Selon la décision de la Régie, dévoilée lundi,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon la décision de la Régie, dévoilée lundi, les clients résidentiels d'Hydro-Québec chauffant à l'électricité devraient ainsi voir leur facture annuelle grimper en moyenne de 11 $.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Hydro-Québec propose un rabais aux industriels financé par les clients résidentiels.» L'Union des consommateurs (UC) estime que la décision de la Régie de l'énergie prive les ménages québécois d'une baisse tarifaire de 1,2 %.

Mardi matin, la Régie de l'énergie a donné le feu vert à la société d'État pour augmenter de 0,7 % la facture des citoyens à compter du 1er avril prochain. Hydro-Québec demandait initialement une augmentation de 1,9 %, qu'elle a révisée à la baisse en décembre dernier à 1,7 %. 

«Si la Régie avait pris une décision plus neutre entre les classes tarifaires industrielles et résidentielles, c'est une baisse de tarif qu'on aurait eu [pour les ménages]», affirme au Soleil Marc-Olivier Moisan-Plante, analyste en énergie à l'UC, ajoutant que les clients industriels auraient dû assumer «une hausse de 6 %» au lieu d'un «gel de tarif» comme l'indique le tribunal réglementaire. Pour les clients industriels (qui bénéficient du tarif L, comme Agropur, Alcoa et Aluminerie Alouette), Hydro-Québec proposait une augmentation de 1 %.

L'UC affirme que cette décision prive les familles habitant dans un bungalow moyen d'environ 48 $ par année. «C'est un transfert d'environ 100 millions $ de la classe résidentielle pour financer un gel des tarifs industriels», déplore M. Moisan-Plante. «La Régie a préféré soutenir les industriels plutôt que de diminuer les tarifs de la clientèle résidentielle pour qui l'électricité est pourtant un service essentiel», ajoute-t-il.

Alors que le nombre de débranchements a atteint un nouveau record en 2014 avec 62 222 interruptions de service dans le secteur résidentiel, l'UC aurait bien aimé qu'Hydro-Québec offre un petit répit aux consommateurs. Elle craint que le nombre de gens ayant des difficultés à payer leur facture grimpe encore au cours des prochaines années. 

«On a atteint un nouveau record. Heureusement, cet hiver a été plutôt doux. Mais qui sait si l'an prochain dès le mois de novembre, décembre, si les températures ne seront pas plus froides. Que va-t-il arriver à ces gens-là? Nous sommes inquiets de la tangente que cela prend», dit M. Moisan-Plante, ajoutant se questionner sur «cette apparence de parti pris» pour la clientèle industrielle.

Selon l'Union des consommateurs, l'augmentation de 0,7 % des tarifs résidentiels fera bondir à 11 % les hausses cumulatives depuis 2013, soit «le double de l'inflation sur la même période».

Toutefois, l'organisme estime que la décision de la Régie d'ordonner que «les frais d'administration sur les factures en retard de paiement soient calculés à partir de la date d'échéance de la facture plutôt qu'à partir de la date de facturation» est une bonne nouvelle pour les consommateurs. Cette mesure sera en vigueur à partir d'avril 2017.

«Hydro-Québec propose un rabais aux industriels... (Infographie Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Pas de gel pour les PME

Du côté de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), qui compte 24 000 membres au Québec, on déplore le fait que le gel de tarif ne s'adresse qu'aux grands clients industriels. 

«Les petites et moyennes entreprises paient entre 15 % et 30 % plus cher pour leur électricité que les autres groupes tarifaires en fonction du coût de livraison. La FCEI aurait souhaité que les PME puissent aussi profiter d'un gel de leur tarif», indique la Fédération dans un communiqué, ajoutant tout de même être «soulagée» d'une hausse de 0,7 %.

La Régie de l'énergie estime que les clients résidentiels vont voir leur compte d'électricité grimper d'environ 11 $ pour la prochaine année. 

Dans sa décision de 270 pages, le tribunal réglementaire autorise aussi à Hydro-Québec «des investissements de moins de 10 M$ jusqu'à concurrence de 529 M$». Pour 2016, les investissements prévus de la société d'État - qui a engrangé des profits de 3,15 milliards $ pour l'exercice 2015 - se chiffrent à 682 M$. 

La Régie demande également à Hydro-Québec «d'élaborer une proposition pour répondre aux enjeux que soulèvera le nombre grandissant de véhicules électriques». Actuellement, quelque 8500 véhicules électriques ou hybrides rechargeables circulent sur les routes de la province.  Avec La Presse Canadienne

Tableau : Impact sur les résidences chauffées à l'électricité 

Source : Hydro-Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer