La confiance des épargnants à son plus bas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

La nervosité des épargnants a grimpé à des niveaux qu'elle n'avait pas atteint depuis la dernière crise financière, a indiqué lundi l'une des plus grandes sociétés d'assurance et de services financiers au Canada.

Selon la Financière Manuvie (TSX:MFC), les épargnants canadiens ont moins confiance envers les fonds communs, les fonds indiciels négociables en Bourse et les fonds communs équilibrés qu'il y a six mois.

L'enquête de Manuvie démontre aussi que les Canadiens sont de moins en moins intéressés à investir dans leur propre maison, tandis que la confiance envers les investissements à revenus fixes est demeurée essentiellement stable.

Le rapport s'appuie sur l'indice semestriel de Manuvie sur la confiance des épargnants, lequel a reculé à 16 points en décembre, par rapport à 19 points en mai.

L'indice est calculé à partir de l'opinion des épargnants sur diverses catégories d'actifs et de leur confiance à leur égard.

Les investisseurs de l'Ontario et ceux des provinces atlantiques étaient les plus optimistes, avec un indice de 20 points, tandis que ceux du Québec étaient les plus pessimistes, à 9 points. Les épargnants de l'Alberta étaient les deuxièmes plus pessimistes avec un indice de 14 points.

Le dévoilement de ce rapport survient alors que les marchés financiers connaissent des moments difficiles et que les Canadiens se préparent à la date limite du 29 février pour les contributions à leur régime enregistré d'épargne-retraite.

La Bourse de Toronto est sous pression ces derniers mois et affiche maintenant un recul d'environ cinq pour cent par rapport à son niveau du début de l'année 2016. Son indice phare se situe en outre près de 20 pour cent en deçà de son sommet de l'année dernière.

Par ailleurs, le dollar canadien a touché, dans les récentes semaines, des creux qu'il n'avait pas atteints depuis plus d'une décennie.

«Les épargnants canadiens font face à de nombreuses incertitudes, notamment par l'extrême volatilité des cours pétroliers et du dollar canadien», a observé Frances Donald, économiste principale chez Gestion d'actifs Manuvie.

Selon les résultats de l'enquête, plusieurs Canadiens sont aussi inquiets de la direction future des taux d'intérêt.

«La Banque du Canada a laissé entendre que les taux d'intérêt resteraient stables, ou pourraient même baisser au cours de l'année qui s'en vient», a affirmé Mme Donald.

«Il est plutôt étonnant que 40 pour cent des épargnants canadiens s'attendent tout de même à une remontée des taux d'intérêt, ce qui traduit l'incertitude continue entourant l'évolution des taux d'intérêt.»

L'enquête a été réalisée à partir des données recueillies lors d'un sondage en ligne réalisé en décembre 2015 par la firme Environics Research. L'Association de la recherche et de l'intelligence marketing juge qu'il est impossible d'attribuer une marge d'erreur à un sondage réalisé en ligne puisque la méthode d'échantillonnage est non probabiliste.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer