Le secteur de la vente au détail de vêtements devrait ralentir

La chute du dollar canadien influencera la marge... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La chute du dollar canadien influencera la marge de profit des détaillants de vêtements.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ross Marowits
La Presse Canadienne
Montréal

Le secteur de la vente au détail de vêtements devrait connaître un ralentissement ces prochaines années, même si la bataille pour séduire les consommateurs friands de produits de luxe semble s'intensifier, prédisent certains observateurs.

Après deux années de croissance frôlant les 4 %, les ventes devraient ralentir pour atteindre une maigre progression de 1 % en 2018, selon Trendex North America, une firme de recherche en marketing spécialisée dans l'industrie du vêtement.

Les ventes pour cette année devraient augmenter de 2,4 %, contre 3,8 % l'an dernier, puis chuter à 1,7 % en 2018, avant de regagner 2,1 % d'ici 2020, a indiqué Trendex dans ses prévisions concernant le marché de l'habillement pour 2016.

Ces chiffres pourraient toutefois s'avérer optimistes puisque les estimations de l'organisation sont plus généreuses que celles de la Banque du Canada, qui a revu les siennes à la baisse en prédisant une croissance de 1,4 % pour l'ensemble de l'économie.

Lors d'un entretien, la consultante Wendy Evans a reconnu que 2016 n'allait probablement «pas être une année exceptionnelle» pour l'industrie.

Chute du dollar canadien

La chute du dollar canadien influencera la marge de profit des détaillants, ce qui les forcera à compenser les coûts plus élevés en augmentant les prix, peut-être de 3 à 5 %.

Le secteur des produits de luxe, a poursuivi Mme Evans, devrait cependant contribuer à alléger la morosité dans le créneau des prix bas à moyens alors que Saks Fifth Avenue s'apprête à faire son entrée sur le marché canadien ce mois-ci avec l'ouverture de deux magasins à Toronto et que le détaillant américain Nordstrom est sur le point de renforcer sa présence en ouvrant trois autres succursales à Toronto cette année et la suivante.

Ces nouvelles boutiques permettront aux Canadiens les mieux nantis de magasiner chez eux au lieu de se rendre dans les capitales mondiales de la mode comme New York, en plus d'attirer les Américains souhaitant profiter de la baisse du huard, a-t-elle ajouté.

Simons

Jim Danahy, le chef de la direction de la société de conseil en vente au détail Customer Lab à Toronto, a pour sa part affirmé que le détaillant québécois Simons jouerait un rôle de plus en plus important dans le domaine alors qu'il continue à prendre de l'expansion à travers le Canada.

«Ils font un sacré bon boulot sur le plan de l'assortiment et du service, et ils vont faire une bonne concurrence à Nordstrom, Saks et Holt», a-t-il soutenu au sujet de l'entreprise fondée à Québec il y a 175 ans.

Cette concurrence plus forte ébranlera la mainmise de Holt Renfrew sur le secteur des produits de luxe au moins au début, lorsque les consommateurs visiteront les nouveaux magasins, a estimé Jean Rickli, un expert en vente au détail pour J.C. Williams Group.

«Si Nordstrom tient parole au sujet de l'expérience client, ce sera difficile pour Holt Renfrew», a-t-il prévenu.

Mais M. Rickli a ajouté que la chaîne canadienne avait pris un peu d'avance en planifiant d'agrandir sa succursale de Vancouver plus tard cette année et en ouvrant deux points de vente hr2 en banlieue de Montréal et de Toronto, destinés la clientèle de la génération Y.

Le détaillant de vêtements de luxe pour hommes Harry Rosen s'est aussi préparé à affronter cette concurrence plus féroce en agrandissant quatre de ses boutiques et en ouvrant trois nouvelles succursales l'an dernier.

Commerce électronique

Alors que les ventes au détail seront sous pression, le commerce électronique devrait, selon les analystes, continuer à prospérer. Même si elles ne représentent qu'une fraction du chiffre d'affaires, les ventes en ligne de la Compagnie de la Baie d'Hudson, Le Château, Lululemon et Reitmans ont affiché des augmentations se situant entre 16 et 72 % durant le troisième trimestre.

Les observateurs croient que Sears Canada poursuivra sa «dérive» et qu'au moins quatre détaillants de vêtements établis au Canada fermeront leurs portes ou seront rachetés par la concurrence cette année.

Cuir Danier sera apparemment le premier. La compagnie s'est en effet placée sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité la semaine passée et tente de trouver un acheteur pour ses activités après plusieurs années de difficultés financières.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer