La séparation difficile pour le portefeuille

Un premier mariage sur quatre se termine par... (123RF)

Agrandir

Un premier mariage sur quatre se termine par un divorce au Canada.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Talbot Boggs
Le Soleil

(Toronto) Les enjeux financiers d'une séparation, qu'on soit un couple marié ou en union de fait, peuvent sembler être une montagne difficile à gravir. Le partage des actifs et des passifs, la mise en oeuvre d'un nouveau plan de retraite ou l'établissement d'une nouvelle planification financière séparée sont autant de défis pour les futurs célibataires.

Selon les statistiques, un premier mariage sur quatre se termine par un divorce au Canada.

Les parties impliquées peuvent ressentir un certain soulagement, du moins sur le plan émotionnel. D'un point de vue financier, cela peut être une toute autre chose, particulièrement pour ceux dont la retraite approche à grands pas.

«La chose la plus importante à faire, quand on est sûr que l'on va se séparer, est de rencontrer un conseiller financier et de réévaluer son plan, dit Christine Van Cauwenberghe, vice-présidente, Planification fiscale et successorale, au Groupe Investors. Quand on se sépare, un certain temps peut s'écouler avant de réaliser qu'on ne travaille plus ensemble et qu'on ne peut plus compter sur son partenaire pour l'aider financièrement. On doit établir un nouveau plan qui tiendra compte des nouvelles circonstances.»

Par exemple: il faut informer sa banque de sa nouvelle situation matrimoniale. Une des premières priorités est de se protéger contre les passifs financiers. Il vaut mieux fermer ses comptes bancaires conjoints et annuler les cartes de crédit dont l'ex-conjoint était un utilisateur autorisé.

Certains veulent établir leur propre marge de crédit afin d'avoir une certaine liquidité et se dégager des responsabilités financières de l'ex-conjoint, comme un prêt automobile, par exemple. «La clé est de bien régler le partage des biens et d'interrompre le flux des fonds sur une base quotidienne, recommande Mme Van Cauwenberghe. Consulter un avocat au sujet de ce qu'on peut faire ou ce qu'on ne peut pas faire. Le but est de pouvoir planifier et gérer ses finances à titre individuel et le plus tôt, ce sera le mieux.»

Il faut aussi réévaluer ses couvertures d'assurances. Si on profitait des avantages sociaux de son ancien conjoint, on doit s'assurer que l'on demeure protégé car les procédures de divorce peuvent être longues.

Retraite

Un divorce ou une séparation a des conséquences sur la retraite. Selon une étude du Groupe Investors, environ 80% des divorcés d'âge mûr (50 ans et plus) reporteront leur départ à la retraite parce qu'ils doivent travailler plus longtemps que prévu, et plus de la moitié (62%) considèrent que leur épargne et leurs placements ne suffiront plus à financer leur retraite.

Certains voudront conserver la maison, tandis que d'autres préféreront garder le régime de retraite. Une maison représente un bel actif, mais on ne doit pas oublier qu'elle entraîne des frais pour l'entretenir. Ce genre d'investissement peut vider le bas de laine qu'on conservait en prévision de sa retraite.

En cas de séparation ou de divorce, on peut transférer ses REER à son ancien conjoint sans qu'on en soit pénalisé sur le plan fiscal, à condition que le couple vive désormais de façon séparée lorsque le partage des biens sera complété et qu'on puisse fournir un jugement écrit de la cour. Les REER sont généralement partagés entre les partenaires au cours d'un divorce, mais beaucoup de choses dépendront des modalités de l'entente.

Un des principaux problèmes des procédures de divorce est qu'on laisse l'amertume affecter son jugement.

L'étude du Groupe Investors indique que ceux qui ont vécu négativement leur divorce éprouvent de plus grandes difficultés financières que ceux dont la séparation a été conclue à l'amiable, qu'il s'agisse de la gestion de leurs dépenses courantes, du stress ressenti lors du partage des biens, du coût des procédures de divorce ou du constat de ne plus avoir assez d'épargnes pour partir à la retraite.

Les gens ont aussi tendance à prendre des décisions à plus court terme lorsqu'ils sont en instance de divorce ou de séparation. Il est important pour un célibataire de faire preuve de réalisme et de discuter avec un planificateur financier. Celui-ci pourra le conseiller pour évaluer sa situation financière, préciser et atteindre ses nouveaux objectifs.

Talbot Boggs est un professionnel de la communication d'affaires de Toronto, qui a travaillé pour des organisations médiatiques nationales, des magazines et des entreprises, dans les secteurs de la finance, du commerce au détail et manufacturier, et d'autres secteurs industriels.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer