Frénésie IKEA à Québec

  • Le nouveau centre de cueillette IKEA à Québec (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Le nouveau centre de cueillette IKEA à Québec

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 1 / 12
  • Quelques petites cuisines pratiques et épurées défilent dans l'entrepôt où l'on peut voir et toucher les matériaux. (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Quelques petites cuisines pratiques et épurées défilent dans l'entrepôt où l'on peut voir et toucher les matériaux.

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 2 / 12
  • Un étal bien rempli proposant des accessoires, des bougies, des cadres, de la literie, parmi les produits les plus populaires de la marque suédoise. (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Un étal bien rempli proposant des accessoires, des bougies, des cadres, de la literie, parmi les produits les plus populaires de la marque suédoise.

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 3 / 12
  • Le centre de cueillette offre 99 articles à vendre et emporter immédiatement. (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Le centre de cueillette offre 99 articles à vendre et emporter immédiatement.

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 4 / 12
  • Des boissons chaudes et des brioches ont été distribuées aux clients dans la file d'attente pour découvrir le nouveau centre.  (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Des boissons chaudes et des brioches ont été distribuées aux clients dans la file d'attente pour découvrir le nouveau centre. 

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 5 / 12
  • Déjà, des clients prenaient place aux bureaux de planification pour se faire conseiller. Plus besoin d'aller à l'autre bout de la 20. (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Déjà, des clients prenaient place aux bureaux de planification pour se faire conseiller. Plus besoin d'aller à l'autre bout de la 20.

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 6 / 12
  • Huguette Noël, ancienne employée du magasin IKEA de Québec fermé en 1996, est de retour sur le plancher. «Je souhaitais ardemment revenir», dit celle qui travaillera dans les ventes et le service aux clients au nouveau centre de cueillette. (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Huguette Noël, ancienne employée du magasin IKEA de Québec fermé en 1996, est de retour sur le plancher. «Je souhaitais ardemment revenir», dit celle qui travaillera dans les ventes et le service aux clients au nouveau centre de cueillette.

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 7 / 12
  • Presque 6000 personnes ont franchi les portes en ce jour d'ouverture du nouveau centre de cueillette de 10h à 21h mardi. (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Presque 6000 personnes ont franchi les portes en ce jour d'ouverture du nouveau centre de cueillette de 10h à 21h mardi.

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 8 / 12
  •  (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 9 / 12
  •  (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 10 / 12
  •  (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 11 / 12
  •  (Le Soleil, Frédéric Matte)

    Plein écran

    Le Soleil, Frédéric Matte

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Mardi à 9h, Annie-Sylvie Tardif était la première en ligne pour voir enfin ce que IKEA avait à offrir aux gens de Québec. En attendant l'ouverture du nouveau centre de cueillette à 10h, elle a eu droit à un café, à une brioche, et même à un selfie avec le président d'IKEA Canada, Stefan Sjöstrand.

À 9h50, la file extérieure comptait une soixantaine de curieux au 3111, avenue Watt, dans l'ancien Maxi voisin du Costco. Puis la foule s'est mise à gonfler par centaines, une fois le ruban coupé. La frénésie IKEA a bel et bien eu lieu dans la capitale.

Les visiteurs ont été accueillis par des applaudissements et une haie d'honneur, composée de la trentaine d'employés de Québec et de quelques conseillers de Boucherville venus prêter main-forte pour l'ouverture.

Que se cachait-il à l'intérieur? Des étals bien remplis proposant des accessoires, un peu de vaisselle, des serviettes de table, de la literie, quelques meubles, des chaises, des commodes, des bibliothèques et le fameux fauteuil Poäng.

Le mobilier plus imposant, comme les lits et les canapés en démonstration, pourra être commandé et livré en deux à quatre jours, moyennant des frais de 20 $. Une dizaine de iPad permettent la consultation sur place, alors que l'environnement Wi-Fi offre aussi la possibilité aux clients de magasiner avec leurs propres appareils. Une quinzaine de bureaux de planification ont été installés pour imaginer et commander une cuisine ou une salle de bain.

Signature typique

Gardé dans le plus grand secret jusque-là, le centre de distribution vu de l'intérieur montre la signature typique de la firme suédoise. Quelques pièces confortables composées de meubles prêts à assembler, des lits dodus de coussins, des petites cuisines pratiques et épurées. Des matériaux à voir, à toucher. Un parcours assez court et condensé. «J'ai fait le tour. C'est un p'tit tour, mais c'est super. Je m'attendais à plus grand, mais ils savent rassembler plusieurs choses dans un petit espace», commente Annie-Sylvie Tardif, retrouvée à l'intérieur. Elle a notamment «spotté» une belle table en acier inoxydable.

Le panier de Marie-Christine Brulotte-Rioux commençait à se remplir. Cette habituée du IKEA de Montréal envisage de passer une commande en ligne à plusieurs, histoire de séparer les frais de livraison de 20 $. «Ça va revenir moins cher qu'un plein d'essence.»

Quant à Sheila Morgan, qui pense refaire sa cuisine au printemps, elle s'est réjouie de trouver des matériaux pour armoires et comptoirs, plus faciles d'accès qu'à Montréal. Elle pensait toutefois trouver plus de produits saisonniers, voire une section de décorations de Noël. «C'était mon espoir pour ce matin.» Elle a cherché en vain.

Peut-être y en aura-t-il éventuellement, indique Annika Lenoir, directrice du centre de cueillette de Québec. «On sait que les articles saisonniers sont très populaires.» Pour l'instant, ils ne sont pas offerts en ligne, mais tout est à réévaluer, souligne-t-elle.

Sans dévoiler d'objectifs de ventes ou d'achalandage, Annika Lenoir souhaite avant tout que la population visite et découvre le nouveau centre de cueillette. «C'est un nouveau concept, on a hâte de voir comment ce sera reçu.» D'origine suédoise, celle qui cumule 20 ans de carrière chez IKEA, dont 17 au Québec, s'est installée dans la capitale avec son mari, qui est d'ici.

Après le centre de distribution, un magasin?

Si ça marche bien, Québec sera peut-être un... (Le Soleil, Frédéric Matte) - image 4.0

Agrandir

Si ça marche bien, Québec sera peut-être un marché potentiel, a indiqué prudemment Stefan Sjöstrand, le président d'IKEA Canada. «C'est un test», a-t-il laissé tomber.

Le Soleil, Frédéric Matte

La question était sur toutes les lèvres mardi. Le nouveau centre de cueillette IKEA ouvre-t-il la porte au retour d'un magasin dans la capitale? Si ça marche bien, Québec sera peut-être un marché potentiel, indique prudemment Stefan Sjöstrand, le président d'IKEA Canada. «C'est un test», laisse-t-il tomber.

Il explique que dans le plan d'expansion d'IKEA, instaurer un centre de cueillette était la façon la plus rapide de répondre à la demande des gens d'ici. «Il y a six mois, on rencontrait le maire de Québec et aujourd'hui, on ouvre. C'est pourquoi j'aime ce nouveau concept. Vous savez, ouvrir un magasin, ça prend trois à quatre ans.»

Annika Lenoir, directrice du centre de cueillette de Québec, parle aussi du désir de se rapprocher des gens de la Beauce, de Charlevoix, du Bas-Saint-Laurent.

Le Canada est un grand territoire, poursuit Stefan Sjöstrand. IKEA prévoit implanter six centres de collecte aux pays, ceux de Québec, de London, de Whitby, de Kitchener, de St. Catharines et de Windsor. Autrement, l'Espagne, la Finlande, la Norvège et l'Angleterre testent aussi ce projet pilote qui mise sur la commande et la vente en ligne.

À ce jour, aucun centre de cueillette implanté à l'étranger n'a encore été remplacé par un magasin à proprement parler. «C'est un début», répète le président d'IKEA Canada, qui ne lorgne aucun autre terrain dans la capitale pour le moment. 

Ce que vous voulez savoir

Ne pensez pas acheter vos décorations de Noël au nouveau centre de cueillette IKEA de Québec. Outre quelques bougies et des couvertures blanches et rouges, il n'y a pas vraiment d'articles saisonniers.

Pas de boulettes à la suédoise au menu - le centre n'a pas de coin restauration, mais un petit comptoir de biscuits, de boissons et de chocolats près des caisses.

Le fameux fauteuil Poäng et la bibliothèque Billy, emblèmes du géant suédois, font partie des 99 produits qui peuvent être achetés sur place.

Sur près de 9000 articles IKEA, environ 7200 sont offerts en ligne. Les exclus sont des produits qui se brisent facilement ou qui ne sont pas bien protégés pour être transportés sans danger, explique Annika Lenoir, directrice du centre de cueillette de Québec.

Le centre de cueillette de Québec représente 10 % de la superficie habituelle d'un magasin IKEA. Le temps approximatif pour faire un tour rapide est de 15 minutes. 

Quelques chiffres

39 554 pieds carrés de superficie pour le nouveau centre de cueillette

25 emplois créés à Québec

cuisines et autant de chambres, ainsi que six salles de bain, en démonstration 

12 magasins IKEA au Canada, 6 centres de cueillette à ouvrir

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer