Petits caractères, grosse facture

Sur Internet, notre attention pourra se porter vers... (Shutterstock, Thirteen)

Agrandir

Sur Internet, notre attention pourra se porter vers ces publicités où l'on vous fait miroiter, par exemple, les résultats spectaculaires que vous pourriez tirer de l'usage d'un produit naturel favorisant la perte de poids ou encore la cure de rajeunissement à offrir à votre peau en adoptant telle crème aux mille vertus, ou des pilules de toutes sortes.

Shutterstock, Thirteen

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gary Frost
Le Nouvelliste

Avec une régularité propre aux métronomes, l'Office reçoit chaque semaine des plaintes de consommateurs aux prises avec les suites découlant de ce qui est rapidement devenu l'un des classiques des publicités d'Internet, l'appât des essais gratuits. Avouons que l'invitation est séduisante, particulièrement lorsque l'on cherche à tromper l'ennui d'un dimanche d'automne pluvieux.

C'est ainsi qu'au hasard de nos séances de navigation sur Internet, notre attention pourra se porter vers ces publicités où l'on vous fait miroiter, par exemple, les résultats spectaculaires que vous pourriez tirer de l'usage d'un produit naturel favorisant la perte de poids ou encore la cure de rajeunissement à offrir à votre peau en adoptant telle crème aux mille vertus.

Bon, rien de bien original jusqu'ici, me direz-vous: promesse de jeunesse et minceur, on est incontestablement ici dans les grands classiques où le vieux truc des produits miracles tire avantage des possibilités et de l'instantanéité que procure la modernité du commerce en ligne. Ajoutez-y le mirage de la gratuité et vous avez devant vous une stratégie des plus redoutables.

Faite vite, quantité limitée!

Bien que les canaux de communication des messages publicitaires soient modernes, les méthodes de commercialisation, elles, cherchant à amener le consommateur à se hâter sans trop réfléchir, sont familières. «Faites vite, car les quantités sont limitées.» Vraiment?

En laissant s'écouler le compte à rebours des 15 minutes qui sont accordées pour obtenir la marchandise qui nous est réservée parmi les 250 exemplaires disponibles pour le Canada (!), le résultat, prévisible, est que les compteurs sont alors remis aux seuils originaux. Vous avez donc tout le temps pour bien connaître ce à quoi vous vous engagez en cliquant sur «Envoyez-moi ma commande».

Conditions à lire

D'ailleurs, la lecture des proverbiales conditions de vente a de quoi surprendre d'emblée. Avec ses huit pages de texte (!) et quelque 3200 mots, on voudrait par ailleurs en décourager la prise en compte par l'acheteur que l'on ne s'y prendrait sans doute pas autrement.

De plus, dans le cas étudié aux fins de cette chronique, le texte relatif aux conditions liées à l'offre d'essai gratuit était bien discrètement disposé dans une sous-section du site Internet de l'annonceur ce qui, en soi, constitue possiblement une infraction à la Loi sur la protection du consommateur (LPC).

Parmi les règles applicables aux achats effectués à distance, comme c'est le cas pour le commerce en ligne, la LPC stipule en effet, en regard des informations qui doivent être fournies au consommateur avant de conclure la vente, que le commerçant doit présenter ces renseignements de manière évidente et intelligible et les porter expressément à la connaissance du consommateur.

L'engrenage des mensualités

Les consommateurs qui n'y ont vu que du feu font état des suites malencontreuses que ce procédé de vente a entraînées. En confirmant la commande et en fournissant leur numéro de carte de crédit pour le paiement des 2 $ ou 3 $ à assumer pour les frais de manutention et d'expédition, ceux-ci ne se doutaient pas qu'en l'absence d'avis contraire de leur part dans un court délai, ils se trouvaient à donner le feu vert pour recevoir mensuellement un approvisionnement de ces produits.

Plusieurs ont découvert plus tard avec stupeur que leur carte de crédit avait été débitée de 100 $, 200 $, 300 $ ou plus selon le cas et que le manège recommencerait le mois suivant. Une information cruciale que la lecture de ces fameuses conditions de vente aurait révélée.

Ajoutez à ce tableau cette mention qui accompagne l'offre du produit naturel amaigrissant voulant qu'il soit «recommandé aux utilisateurs de suivre une diète stricte et de se soumettre à un programme d'exercices physiques afin de perdre du poids» et le portrait est complet.

En conclusion, il faut faire preuve de circonspection devant les pièges que renferment parfois les méandres d'Internet et si, d'aventure, vous êtes de ceux qui se sont engagés dans cette voie sans vous méfier, vous pourrez peut-être résoudre votre situation en vous fondant sur les droits qui vous sont consentis par la LPC dans le cadre des achats conclus à distance.

Gary Frost est directeur des services aux consommateurs à l'Office de la protection du consommateur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer