Un déménagement décevant pour un couple de Québec

La mauvaise surprise passée, Klaudy Bégin et son... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

La mauvaise surprise passée, Klaudy Bégin et son conjoint ont dû se résigner à emménager dans cet appartement différent de celui qu'ils avaient visité.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Klaudy Bégin et son conjoint ont eu une bien mauvaise surprise, mercredi, lorsqu'ils sont arrivés les bras chargés de boîtes à leur nouvel appartement du Domaine Versant Nord. Il n'était pas du tout comme celui qu'on leur avait promis.

Lorsque le couple avait visité l'immeuble du 2955, rue de Verdure, à Sainte-Foy, l'appartement du quatrième étage dans lequel ils emménageaient mercredi ne pouvait être visité, sous prétexte que l'on n'avait pas été en mesure de contacter les locataires du moment. Les gens de la corporation Headway, propriétaire du Domaine Versant Nord, leur ont donc offert de visiter un autre appartement, au deuxième étage, identique à celui disponible pour eux.

«On est tombé en amour avec l'appartement», explique MmeBégin. Rapidement, le couple signe un bail pour l'appartement du quatrième, sans avoir pu le visiter. «Ils nous ont dit de ne pas nous inquiéter, que c'était exactement le même appartement.»

Sauf que mercredi, Klaudy Bégin a ouvert la porte sur un quatre et demi qui n'avait rien à voir avec celui visité quelques mois plus tôt. «Ce n'était pas les mêmes dimensions ni les mêmes matériaux. Il y avait une grande salle de bain neuve dans l'appartement visité; là, c'est une petite salle de bain. La cuvette est tellement usée qu'on dirait qu'elle est sale. Les planchers de l'appartement ne sont pas les mêmes...»

Le couple a tout de suite placé un coup de fil à la corporation Headway, qui possède des immeubles à logements un peu partout dans la région, pour obtenir un autre logement comme celui qui leur avait été promis. On leur a seulement proposé des appartements comme l'actuel. Quand, finalement, Klaudy est tombé dans l'immeuble sur un appartement sur le même modèle que ce que le couple avait visité, on lui a dit qu'il était de la même taille que le sien, mais pas disponible. «J'ai croisé un concierge qui m'a plutôt dit qu'il y avait une différence de 3 pieds par 8 pieds.»

«Les gens d'Headway ont fini par me dire que je serais mieux de consacrer mon temps à emménager dans mon appartement et de les amener en cour si je n'étais pas contente.»

Tous de la même taille, réplique Headway

Lorsque contactée par Le Soleil, une représentante de la corporation Headway, une certaine Mme Morin, a nié la version des faits de Klaudy Bégin. «Tous nos appartements sont de la même taille, la seule chose qui peut varier, c'est la boîte électrique», assure-t-elle, sans être capable de donner de détails sur l'espace occupé par ladite boîte.

La preuve, les dimensions inscrites sur notre site Internet sont toutes identiques, pointe-t-elle. Pas moyen de vérifier en se rendant sur les lieux, par contre, car les logements sont habités.

Mme Morin reconnaît que des rénovations sont faites graduellement dans les immeubles. Est-ce possible que le couple ait visité un appartement rénové et que l'appartement décrit comme identique ne l'était pas? «Je ne peux pas savoir, je ne l'ai pas visité avec elle. On a 1800 logements. Peut-être que oui, peut-être que non», répond vaguement la représentante de la corporation d'immobilier avant de couper court à l'appel du Soleil.

«Elle aurait pu, en prenant rendez-vous, venir visiter l'appartement pour lequel elle a signé un bail.»

Faux, répond Klaudy Bégin. Lorsqu'elle et son conjoint ont demandé à visiter leur appartement, Headway s'est contentée de leur donner le numéro de téléphone des résidents du logement. «On a appelé plusieurs fois, mon chum est allé cogner, mais ils n'ont jamais répondu.»

Lorsque joint par Le Soleil, mercredi après-midi, le couple commençait à défaire ses boîtes, à regret, dans un appartement qu'ils ne veulent pas. «On a appelé à la Régie du logement. Ils nous ont dit que, comme le bail était signé, on était mieux de payer notre loyer, habiter là et prendre des mesures légales.» Faute d'autres options, c'est ce qu'ils feront, jusqu'à nouvel ordre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer