Publicités douteuses: plaintes contre la Commission des liqueurs et le Carol

On a reproché à la Commission des liqueurs...

Agrandir

On a reproché à la Commission des liqueurs de faire la promotion de la conduite en état d'ébriété avec son annonce «La dérape hivernale», qui était illustrée par un véhicule qui zigzague sur une route enneigée.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Les bars qui offrent de l'alcool gratuitement ou qui font des promotions mettant en vedette le sexisme et l'exploitation sexuelle devraient voir leur permis d'alcool suspendu sur-le-champ.

Les bars qui offrent de l'alcool gratuitement ou qui font des promotions mettant en vedette le sexisme et l'exploitation sexuelle devraient voir leur permis d'alcool suspendu sur-le-champ.

C'est à tout le moins ce que revendique le Conseil d'éthique de l'industrie québécoise des boissons alcooliques, dans son rapport annuel déposé lundi. L'organisme soutient que vendre de l'alcool n'est pas un droit fondamental, mais «un privilège». Elle aimerait donc que la police ou la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) puisse saisir sans attendre un permis d'alcool lorsqu'une faute est constatée, comme c'est le cas pour le permis de conduire.

À l'heure actuelle, le Conseil déplore que la suspension d'un permis passe par «d'interminables procédures».

Le Conseil a déposé un mémoire à cet effet au ministère de la Sécurité publique, pour lequel il n'a toujours pas obtenu de réponse. «On aurait aimé être entendus. C'est comme si c'était pas important, les problèmes d'alcool gratuit et de sexe dans des bars», lance sur un ton dépité Claude Béland, président du Conseil.

Selon le rapport, les lois québécoises sur la vente d'alcool souffrent «d'un laxisme permettant tous les excès». La RACJ manquerait aussi de moyens pour les faire appliquer. «Nous, on pense qu'il y a un problème social là», réitère M. Béland.

Contrer la concurrence

C'est la concurrence féroce qui inciterait les propriétaires de bar à faire des promotions douteuses. «On me dit qu'il faut attirer les filles dans les bars, sinon, les gars ne viennent pas», donne en exemple M. Béland. Pour contrer ce problème de concurrence, le Conseil voudrait qu'un nombre limité de permis d'alcool soient délivrés.

Au cours de l'année 2014, le Conseil d'éthique de l'industrie québécoise des boissons alcooliques a traité 18 plaintes, comparativement à 21 en 2013.

Exemples de publicités ayant entraîné des plaintes en 2014

- Commission des liqueurs (Sainte-Foy)

«La dérape hivernale», une publicité illustrée par un véhicule qui zigzague sur une route enneigée.

- Cabaret Carol (Sainte-Foy)

Promotions mettant en vedette des femmes nues ou des femmes dans un verre de spiritueux.

- Complexe Bar Chez Pull (Rimouski)

Offre de deux consommations d'alcool gratuites pour les femmes avant minuit.

- Dépanneur du Lac (Matane)

Remise d'un calendrier de femmes nues à l'achat d'une caisse de 24 bières Coors Light. Notons que Miolson s'est dissociée de cette promotion.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer